Des oliveraies palestiniennes vandalisées en Cisjordanie
Rechercher

Des oliveraies palestiniennes vandalisées en Cisjordanie

Un groupe de défense des droits de l'Homme indique qu'une centaines d'arbres sur des terrains privés ont été abattus, ce qui impacte lourdement cette période de récolte

Un olivier détruit près du village de Burin dans le nord de la Cisjordanie. (Publié avec l'autorisation de Yesh Din)
Un olivier détruit près du village de Burin dans le nord de la Cisjordanie. (Publié avec l'autorisation de Yesh Din)

Deux oliveraies appartenant à des Palestiniens ont été gravement endommagées pendant le week-end lors de ce dernier crime de haine perpétré par des résidents d’implantations israéliens en Cisjordanie, selon un groupe israélien de défense des droits de l’Homme.

L’organisation Yesh Din a indiqué que les résidents du village de Yasuf, au nord de la Cisjordanie, ont découvert samedi 56 arbres détruits dans une ferme privée.

Des chercheurs de l’organisation ont déclaré que la plupart des arbres abattus avaient plus de 70 ans, et que les dégâts sont tels que le fermier ne sera probablement pas en mesure de récolter des fruits de sa terre pendant plusieurs années.

Dimanche, les chercheurs de Yesh Din ont signalé que 42 oliviers du village palestinien voisin ont été endommagés de manière similaire.

La police enquête sur l’incident de Yasuf, a fait savoir le quotidien Haaretz.

Selon des données publiées par Yesh Din, des résidents d’implantations extrémistes ont vandalisé des oliveraies au moins 19 fois au moins d’octobre, dont 7 à Burin et une à Yasuf.

Les deux villages sont mitoyens à Yitzah, une implantation que l’establishment de la défense considère comme l’épicentre de la violence et ses résidents sont souvent associés à des attaques contre des Palestiniens et leurs biens.

Illustration : des membres de la famille palestinienen al-Sweity récoltent les olives à Deir Samet, en Cisjordanie, en octobre 2014. (Crédit: AFP/HAZEM BADER)

Ce vandalisme survient en pleine période annuelle de récolte des olives. Plus de 100 000 familles palestiniennes comptent, dans une certaine mesure, sur les revenus générés par leurs olives et elles représentent près de 18 % de la production agricole palestinienne, selon des statistiques du Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA).

La récolte est une occasion fréquente d’accrochages entre les Palestiniens et les habitants israéliens des implantations et l’armée israélienne affirme tenter de les en empêcher.

Les médias palestiniens et les groupes de défense ont signalé de nombreux cas au cours desquels des Israéliens interféraient avec la récolte cette année, attaquant des Palestiniens, volant des olives et déracinant des arbres.

Dans de nombreux endroits, des fermiers affirment être sujets à l’intimidation à la violence de la part d »extrémistes israéliens et sollicitent l’aide de leurs sympathisants étrangers et israéliens, notamment des rabbins juifs, pour protéger leurs terres.

Le mois dernier, un rabbin octogénaire a été blessé quand un groupe de jeunes habitants d’implantations armés de pieds-de-biche l’a attaqué lui et un groupe de bénévoles étrangers aidant des fermiers palestiniens lors de la récolte annuelle d’olives dans le village de Haware.

Moshe Yehudai, militant de Rabbis for Human Rights, dont l’ONG a déclaré qu’il avait été attaqué par un groupe d’habitants d’implantations masqués dans le nord de la Cisjordanie, le 16 octobre 2019. (Crédit : Rabbis for Human Rights)

Les bénévoles  étrangers ont déposé plainte au commissariat de police après l’hospitalisation du rabbin Moshe Yehuda, mais une porte-parole a refusé de dire si l’incident ferait l’objet d’une enquête.

Certains des incidents sont considérés comme des attaques de représailles suite à des attaques palestiniennes sur des Israéliens, même si les fermiers ciblés n’étaient pas impliqués.

Dans d’autres cas, selon les groupes de défense des droits de l’homme, il n’y a pas d’autres motivations que de détruire des propriétés palestiniennes.

Des habitants des implantations affirment que leurs récoltes ont aussi été détruites par des Palestiniens, qui citent un incident de mai 2018 dans lequel 1 000 pieds de vignes ont été détruits.

Plus de 7 000 oliviers palestiniens ont été vandalisés cette année, selon les Nations unies.

Sur 97 plaintes au sujet d’attaques israéliennes contre des arbres palestiniens suivies par Yesh Din, aucune ne s’est soldée par la mise en examen de suspect.

Affrontement entre Israéliens des implantations masqués et Palestiniens, en Cisjordanie, le 3 mai 2013. (Crédit : Issam Rimawi/FLASH90)

Malgré les dizaines de crime de haine ciblant les Palestiniens et leurs biens ces derniers mois et ces dernières années, les arrestations sont rares. La dernière daterait de décembre.

Les incidents, souvent qualifiés « d’attaques du Prix à payer », sont habituellement limités à des incendies et des tags, mais on compte parfois des attaques physiques et même des meurtres.

En décembre, le Bureau des Nations unies pour la Coordination des affaires humanitaires a publié un rapport qui montrait une augmentation de 69 % des attaques d’habitants d’implantations sur les Palestiniens en 2018 par rapport à 2017.

Jacob Magid a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...