Rechercher
UN PHÉNOMÈNE RARE

Des raies roses, une espèce en voie d’extinction, observées près d’Eilat

Un inspecteur de l'INPA a repéré les poissons à 5 mètres sous le niveau de la mer et a déclaré qu'ils "nageaient ensemble en faisant preuve d'une interaction impressionnante"

Une raie rose observée au large d'Eilat, le 2 octobre 2022. (Crédit : Omri Amosi/Autorité israélienne de la nature et des parcs)
Une raie rose observée au large d'Eilat, le 2 octobre 2022. (Crédit : Omri Amosi/Autorité israélienne de la nature et des parcs)

Trois raies roses ont été aperçues au large d’Eilat jeudi.

Un inspecteur maritime de l’Autorité israélienne de la nature et des parcs (INPA) a repéré le groupe de poissons à cinq mètres sous le niveau de la mer, ont rapporté les médias israéliens.

« Elles étaient grandes et impressionnantes, mesurant plus de 100 centimètres de long, et nageaient ensemble en faisant preuve d’une interaction impressionnante », a déclaré Omri Amosi.

Les raies roses qu’Amosi a repérées sont une espèce de raie appartenant à la famille des Dasyatidae, considérée comme rare en mer Rouge.

« C’est une espèce de raies très impressionnante qui a une queue particulièrement longue », a déclaré Amosi.

« Je les ai suivies pour m’assurer qu’elles nageaient librement, car dans cette zone de la baie, il y a une activité de pêche intensive avec des cannes et des filets qui mettent en danger ces grands animaux », a-t-il ajouté.

Intrigué par sa découverte, Amosi a contacté Adi Barash, un scientifique maritime et président de l’association Sharks in Israel, qui a confirmé que les animaux qu’il avait vus étaient effectivement rares dans la région.

« Jusqu’à récemment, la présence de raies roses dans le golfe d’Eilat était totalement inconnue. Mais quelques une ont été observées ces dernières années », a déclaré Barash.

Trois raies roses ont été repérées au large de la côte d’Eilat, le 2 octobre 2022. (Crédit : Omri Amosi/Autorité israélienne de la nature et des parcs)

Barash a déclaré qu’il y a très peu d’informations sur l’espèce et sa condition dans le monde.

« Cette espèce est en danger parce qu’elle se développe dans des zones où l’activité de pêche est accrue et est souvent confondue avec d’autres espèces de Dasyatidae », a déclaré Barash, notant toutefois qu’en Australie, l’espèce est sauve en raison de l’utilisation d’outils qui empêchent la pêche de plus gros poissons et autres créatures marines.

En août, un poisson-guitare rare, en voie d’extinction, a été repéré au large des côtes d’Eilat, ce qui a ravivé les craintes que la surpêche ne mette en péril l’écosystème maritime unique qui existe dans cette région.

L’INPA a exhorté les plongeurs à observer les poissons rares à une distance de plusieurs mètres, en leur laissant la liberté de se mouvoir, et a demandé aux personnes de signaler toutes observations d’animaux rares ou en détresse au numéro *3639.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...