Deux Druzes du Golan inculpés pour le lynchage des blessés syriens
Rechercher

Deux Druzes du Golan inculpés pour le lynchage des blessés syriens

Une femme et un homme ont été accusés d'avoir tué un civil syrien et blessé un autre qui étaient en route vers un hôpital israélien

Une ambulance de Tsahal qui a été attaquée par des résidents druzes israéliens dans le Golan alors qu'elle transportait des blessés de guerre syriens pour être soigné en Israël, le 22 juin 2015 (Crédit : Basel Awidat / Flash90)
Une ambulance de Tsahal qui a été attaquée par des résidents druzes israéliens dans le Golan alors qu'elle transportait des blessés de guerre syriens pour être soigné en Israël, le 22 juin 2015 (Crédit : Basel Awidat / Flash90)

Deux résidents d’un village druze dans les hauteurs du Golan ont été inculpés lundi pour leur rôle supposé dans la tuerie de juin et pour avoir blessé des victimes de la guerre civile syrienne qui étaient transportées vers des hôpitaux israéliens en ambulance.

Bashira Mahmoud, une mère de 48 ans de quatre enfants, et Amer Abou Salah, 21 ans, tous deux de Majdal Shams, ont été déférés devant un juge du tribunal de district de Nazareth et ont été mis en accusation pour avoir tué Munzir Halil et avoir aggravé les blessures d’un autre homme lors d’un incident que le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait qualifié de « lynchage » à l’époque.

La détention provisoire des deux accusés a été prolongée en attendant leur procès.

Lors de l’incident du 22 juin, une foule s’en est prise à une ambulance transportant Halil et un autre homme syrien, Alah Shaban, qui étaient transportés d’un passage à la frontière avec la Syrie vers un hôpital israélien. Les deux souffraient de blessures par balle mineures aux jambes.

La foule, croyant apparemment que des djihadistes syriens se trouvaient à bord, ont bloqué le chemin de l’ambulance. Le convoi, qui comprenait une jeep de Tsahal, a d’abord réussi à s’échapper vers le village juif voisin de Neve Ativ, mais des dizaines de Druzes armés l’ont suivi et l’ont rattrapé.

Après avoir pris le contrôle de l’ambulance, la foule a extrait les deux blessés par une vitre cassée de l’arrière du véhicule et les a déposés sur la route.

Selon l’acte d’accusation, Salah a frappé à plusieurs reprises Halil sur le haut de son corps avec une planche de bois alors qu’il gisait sans défense sur le sol. Il a ensuite pris une pierre et l’a frappé à la hanche.

Au même moment, Mahmoud aurait martelé avec un rocher la tête de Halil, fracturant son crâne. Ces coups ont entraîné sa mort. Shaban a été grièvement blessé dans l’incident.

Une secouriste de Tsahal qui a essayé de traiter les deux sur le lieu de l’incident a été empêchée de le faire.

Finalement, un groupe de soldats est arrivé et a extrait les deux Syriens, qui étaient tous les deux dans un état grave. Halil a été déclaré mort sur le chemin de l’hôpital. Deux soldats ont également été légèrement blessés dans l’incident.

Salah aurait admis son rôle dans le meurtre après avoir visionné la vidéo de l’incident. L’avocat de Mahmoud, Muhammad Milham, a cependant, affirmé que son client était innocent.

La police a déclaré que l’enquête était toujours en cours et qu’ils avaient l’intention de mettre en accusation des suspects supplémentaires.

L’incident et une attaque similaire survenue deux jours plus tôt que celui-ci ont été largement condamnés à travers Israël.

Le chef spirituel des Druzes en Israël, Sheikh Mofaq Tarif, a condamné l’attaque, mais a affirmé que les esprits se sont agités après que des habitants druzes aient entendu parler d’un article qui affirmait qu’Israël pourrait, peut-être, par inadvertance soigner les membres de groupes djihadistes combattant dans la guerre civile syrienne.

Suite à l’incident, Israël a révisé sa politique d’aide médicale aux Syriens blessés pour s’assurer qu’il ne traite pas des combattants d’al-Qaïda affiliés au Front al-Nosra, qui combat le président syrien Bashar el-Assad et la communauté syrienne druze pro-Assad.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...