Duterte n’achètera que des armes israéliennes car il n’y a pas de restrictions
Rechercher

Duterte n’achètera que des armes israéliennes car il n’y a pas de restrictions

Le dirigeant philippin a déclaré au président Rivlin que les USA, l'Allemagne et la Chine imposent des restrictions aux ventes d'armes ; Rivlin lui a dit : "Hitler était le diable"

Des Israéliens protestent contre la visite du président philippin Rodrigo Duterte lors de son arrivée pour une rencontre avec le président Reuven Rivlin à Jérusalem le 4 septembre 2018 (Yonatan Sindel/Flash90).
Des Israéliens protestent contre la visite du président philippin Rodrigo Duterte lors de son arrivée pour une rencontre avec le président Reuven Rivlin à Jérusalem le 4 septembre 2018 (Yonatan Sindel/Flash90).

Le président des Philippines, Rodrigo Duterte, a déclaré mardi au président Reuven Rivlin que son pays n’achèterait plus que des armes à Israël en raison de l’absence de restrictions, alors que des dizaines de manifestants se sont rassemblés à l’extérieur de la résidence du président à Jérusalem pour protester contre cette visite controversée.

Selon un communiqué en hébreu, Duterte a félicité Israël d’avoir aidé les Philippines à gagner sa guerre contre le terrorisme et a déclaré que l’État juif avait aidé le pays en matière de renseignement à plusieurs reprises.

Il a dit avoir donné instruction à son personnel militaire d’acheter des armes et du matériel militaire exclusivement auprès d’Israël. Les Etats-Unis sont « de bons amis », mais si nous achetons là-bas, il y a des restrictions, de même qu’avec l’Allemagne et la Chine, a ajouté Duterte, sans plus de détails quant aux restrictions.

Bien que cela ne figure pas officiellement sur son agenda, le voyage de Duterte en Israël est censé étudier d’éventuelles acquisitions d’armes. Il a avait déjà affirmé qu’il voit Israël comme un fournisseur alternatif d’armes après que les États-Unis et d’autres pays ont refusé de lui vendre des armes en raison de violations des droits de l’homme. Sa visite s’inscrit dans le cadre d’une violente répression contre les trafiquants de drogue qui a été dénoncé avec force par les ONG de défense des droits de l’Homme.

Israël est l’un des plus grands vendeurs d’armes au monde, avec près de 60 % de ses exportations dans le domaine de la défense vers la région Asie-Pacifique, selon les données du ministère israélien de la Défense. Les Philippines sont devenues un nouveau client important en 2017, avec des ventes d’équipements radar et antichars d’une valeur de 21 millions de dollars.

Duterte, dans ses déclarations, a rejeté les critiques, affirmant que son pays défend « la morale et les principes de la démocratie ».

Des dizaines de manifestants se sont rassemblés devant la résidence de Rivlin mardi pour protester contre la venue de Duterte.

Israël a déjà connu un certain nombre de problèmes concernant ses ventes d’armes, notamment en 2017 pour avoir fourni au Myanmar des « armes sophistiquées » lors de la campagne de nettoyage ethnique du pays contre les Rohingyas, une minorité musulmane.

Duterte a également profité de l’occasion pour faire référence à sa fille juive et au fait qu’en 1947, les Philippines ont donné le vote décisif aux Nations Unies pour la création d’Israël.

Rivlin, qui a subi des pressions pour ne pas rencontrer l’homme fort des Philippines, en a profité pour faire la leçon à Duterte, qui dans le passé s’est comparé positivement à Hitler.

« Hitler était le diable en personne », a expliqué Rivlin au dirigeant philippin.

Rivlin a aussi souligné les liens étroits entre les deux pays : « Nous travaillons avec tout pays qui veut lutter contre le terrorisme », avant d’ajouter que « nous insistons sur les principes de démocratie et d’égalité ».

Les deux pays luttent également pour réprimer le terrorisme islamiste à l’intérieur de leurs frontières respectives.

Dans son discours d’ouverture de cette rencontre, Rivlin a également mentionné le rôle joué par les Philippines dans le sauvetage des Juifs pendant la Shoah. L’État fortement catholique a servi de refuge à près de 1 300 Juifs pendant la Shoah, offrant même d’accorder plus de 10 000 visas aux Juifs à l’époque.

La visite du dirigeant philippin a été critiquée en Israël, en partie à cause de ses déclarations faites en 2016, lorsqu’il a dit qu’il serait heureux de « massacrer » des millions de consommateurs de drogue dans son pays et s’est comparé dans ce contexte à Hitler, qui a également massacré des millions de personnes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...