Rechercher

Eaux contestées Israël-Liban: encore du travail avant un accord, selon Hochstein

Washington mène une médiation pour parvenir à un accord visant à délimiter les frontière maritime et lever les obstacles à la prospection d'hydrocarbures sur le champ de Karish

Le ministre libanais intérimaire de l'Énergie, Walid Fayad, à droite, rencontrant le conseiller principal américain pour la sécurité énergétique, Amos Hochstein, au centre, en présence de l'ambassadrice américaine Dorothy Shea, à Beyrouth, le 31 juillet 2022. (Crédit : Anwar AMRO / AFP)
Le ministre libanais intérimaire de l'Énergie, Walid Fayad, à droite, rencontrant le conseiller principal américain pour la sécurité énergétique, Amos Hochstein, au centre, en présence de l'ambassadrice américaine Dorothy Shea, à Beyrouth, le 31 juillet 2022. (Crédit : Anwar AMRO / AFP)

Des « progrès » ont été réalisés dans les discussions indirectes entre le Liban et Israël sur l’épineuse question du gaz offshore, mais il « reste encore du travail à faire » avant de parvenir à un accord, a affirmé vendredi le médiateur américain Amos Hochstein, en visite à Beyrouth.

Les Etats-Unis mènent depuis deux ans une médiation entre le Liban et Israël, pays voisins officiellement en état de guerre, pour parvenir à un accord visant à délimiter leur frontière maritime et lever les obstacles à la prospection d’hydrocarbures sur le champ offshore controversé de Karish.

Pour le Liban, le champ de Karish se trouve dans une partie des eaux contestées avec Israël. Mais pour Israël le champ est situé dans sa zone économique exclusive.

Les tensions ont été exacerbées avec l’arrivée en juin au champ de Karish d’un navire affrété par l’Etat hébreu par la société Energean Plc basée à Londres, qui a affirmé jeudi être prête à commencer « dans quelques semaines » la production de gaz sur ce champ controversé pour le compte d’Israël.

Plate-forme flottante de production et de stockage (FPSO) d’Energean sur le champ gazier de Karish, en mer Méditerranée. (Crédit : Energean)

« Je sens réellement que nous avons fait des progrès ces dernières semaines », a déclaré M. Hochstein, qui est arrivé vendredi au Liban pour sa troisième visite depuis juin.

« J’ai bon espoir après ce que j’ai entendu aujourd’hui et après les discussions que nous avons eues, mais il reste encore du travail à faire », a-t-il ajouté après des rencontres avec le président, le Premier ministre et le chef du Parlement libanais.

Le puissant groupe terroriste armé libanais du Hezbollah, qui domine la vie politique au Liban, a mis en garde à plusieurs reprises Israël contre toute activité à Karish. Et début juillet, l’armée israélienne a intercepté des drones non armés envoyés par le Hezbollah vers ce champ.

Le 22 août, le ministre israélien de la Défense Benny Gantz a averti qu’une attaque du Hezbollah contre Karish pourrait mener à une nouvelle guerre entre son pays et le mouvement chiite libanais.

Le Liban et Israël avaient entamé en octobre 2020 des négociations inédites par l’intermédiaire de Washington pour délimiter leur frontière maritime. Mais elles ont été suspendues en mai 2021 à la suite de différends concernant la surface de la zone contestée.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...