El Al licencie 600 personnes, face à la crise du coronavirus
Rechercher

El Al licencie 600 personnes, face à la crise du coronavirus

La compagnie a été touchée par la baisse des voyages, les restrictions interdisant l'entrée aux touristes et les avertissements exhortant les Israéliens à s'abstenir de voyager

Luke Tress est le vidéojournaliste et spécialiste des technologies du Times of Israël

Les salles de départ vides de l'aéroport Ben Gurion. Les gens annulent leurs voyages par crainte du coronavirus. Le 4 mars 2020. (Yossi Zamir/Flash90)
Les salles de départ vides de l'aéroport Ben Gurion. Les gens annulent leurs voyages par crainte du coronavirus. Le 4 mars 2020. (Yossi Zamir/Flash90)

La compagnie aérienne El Al a licencié quelque 600 employés permanents mercredi, alors qu’elle est aux prises avec des pertes financières continues causées par l’épidémie de coronavirus.

La compagnie a été frappée ces dernières semaines par le ralentissement mondial des voyages, les restrictions gouvernementales interdisant aux étrangers d’entrer en Israël, et les avertissements du ministère de la Santé exhortant les Israéliens à s’abstenir de se rendre à l’étranger.

D’autres employés occupant des postes à forte rémunération risquent de voir leur salaire réduit.

Une réunion entre les représentants du syndicat d’El Al et la direction de l’entreprise s’est, peu après avoir commencé, transformée en désaccord, a rapporté le quotidien d’affaires Calcalist.

La compagnie aérienne a également licencié des centaines de travailleurs temporaires, employés depuis moins de cinq ans. Le personnel licencié comprend des équipages de vol, des agents de bord, du personnel au sol et d’autres.

« Ce n’est pas une journée facile, et les mesures que nous prenons sont douloureuses et se conjuguent avec un sens des responsabilités et un exemple personnel », a déclaré Gonen Ussishkin, PDG d’El Al.

Gonen Ussishkin, PDG d’El Al, assiste à une conférence de presse à Beit Sokolov à Tel Aviv, le 28 mars 2018. (Crédit : Flash90)

« Nous avons connu des crises dans le passé, mais il ne fait aucun doute que le défi auquel nous sommes confrontés à l’heure actuelle est l’un des plus complexes et des plus difficiles. Ensemble, nous ferons tout, aussi difficile et douloureux que cela puisse être, pour assurer l’avenir de l’entreprise », a assuré M. Ussishkin.

L’entreprise semble être l’une des plus durement touchées en Israël par le virus. Mercredi, la Banque d’Israël a déclaré que l’économie du pays résisterait à la crise, mais qu’elle était prête à intervenir pour aider si nécessaire.

La semaine dernière, El Al a déclaré aux investisseurs israéliens que la société s’attendait à une perte de 50 à 70 millions de dollars de revenus entre janvier et avril. Ce chiffre ne tient pas compte de l’arrêt des vols en provenance d’Italie. Les actions de la compagnie aérienne à la bourse de Tel-Aviv ont chuté de plus de 23 % au cours du mois dernier.

Mardi, El Al a réduit les salaires de ses cadres supérieurs de 20 %. Cette réduction concerne les membres du conseil d’administration et le président de la compagnie, et prend effet rétroactivement à partir du 1er mars, a rapporté la Douzième chaîne.

Dimanche, El Al a licencié quelque 160 employés et gelé l’embauche de nouveaux travailleurs, après avoir déclaré la semaine dernière qu’elle élaborait un plan pour licencier 1 000 employés environ, soit près d’un sixième de ses effectifs. L’entreprise emploie quelque 6 300 personnes, dont 3 600 sont des travailleurs permanents.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...