Émeutes dans les prisons de haute sécurité en protestation des nouvelles mesures
Rechercher

Émeutes dans les prisons de haute sécurité en protestation des nouvelles mesures

Des prisonniers ont incendié leurs cellules après des tentatives de transfert; des troubles ont été signalés dans d'autres établissements suite aux mesures après l'évasion de lundi

Un autobus devant la prison de Ketziot, le 3 août 2009. Illustration. (Crédit : Moshe Shai/Flash90)
Un autobus devant la prison de Ketziot, le 3 août 2009. Illustration. (Crédit : Moshe Shai/Flash90)

Des prisonniers palestiniens ont mis le feu dans plusieurs cellules de la prison de Ketziot, dans le sud d’Israël, mercredi, pendant de violents affrontements suite aux nouvelles restrictions imposées aux détenus après l’évasion de six prisonniers d’une prison de haute sécurité en début de semaine.

Les incendies dans sept cellules ont été allumés par des membres du Jihad islamique palestinien (PIJ) qui refusaient d’être déplacés entre les sections, selon les médias israéliens, après que le service pénitentiaire israélien ait commencé à déplacer les détenus du PIJ entre les établissements à la suite de l’évasion de lundi. Cinq des évadés étaient des membres du PIJ.

L’unité Metzada, une force d’élite au sein de l’administration pénitentiaire chargée de gérer les troubles, s’est rendue à la prison située dans le désert du Néguev afin d’aider à résoudre les troubles en cours.

Les rapports de presse indiquent que les incendies ont été maîtrisés après un court laps de temps. Il n’a pas été précisé si les cellules avaient été endommagées ou si quelqu’un a été blessé dans l’incendie.

Des affrontements ont également été signalés dans la prison d’Ofer, près de Jérusalem, mercredi.

Tôt mercredi matin, un prisonnier de sécurité a tenté de jeter de l’eau chaude sur un gardien de la prison de Gilboa. Le Service des Prisons a déclaré que le gardien était indemne et que le détenu avait été envoyé en isolement.

L’autorité des prisonniers de l’Autorité palestinienne a annoncé mercredi que les représentants des prisonniers avaient convenu que les Palestiniens incarcérés continueraient à s’opposer aux nouvelles restrictions imposées aux détenus après l’évasion de lundi.

Le conseil des prisonniers du PIJ a annoncé que ses membres emprisonnés dans les prisons israéliennes entameraient une grève de la faim illimitée après que le service des prisons a imposé des « mesures punitives contre les prisonniers et leurs mouvements ».

« Nous nous préparons à nous engager dans une grève de la faim illimitée au cours de la semaine prochaine, à moins que l’attaque féroce contre nous ne cesse », a ajouté l’organisme.

L’agent de l’administration pénitentiaire israélienne Arik Yaakov, au centre, examine une preuve à l’extérieur de la prison de Gilboa, dans le nord d’Israël, après que six détenus palestiniens se soient échappés de l’établissement le 6 septembre 2021. (Crédit : JALAA MAREY / AFP)

Mercredi, le groupe terroriste du Hamas a également mis en garde contre une riposte si Israël poursuit ses « mesures de représailles » contre les prisonniers palestiniens, en particulier ses membres.

« Nous mettons en garde l’occupation sioniste contre la poursuite de ces mesures répressives et de représailles contre les prisonniers, et la tenons entièrement responsable de tous les résultats et conséquences de ces politiques dangereuses », a déclaré le Hamas dans un communiqué.

La branche militaire du Front populaire de libération de la Palestine a également mis en garde contre toute « atteinte » aux prisonniers palestiniens détenus dans les prisons israéliennes. « Nos combattants sont en attente, sont prêts, et toutes les options sont disponibles pour répondre et défendre nos braves prisonniers », a déclaré le groupe terroriste.

Israël a lancé une vaste chasse à l’homme pour capturer les six prisonniers, considérés comme très dangereux, après qu’ils se soient échappés de la prison de haute sécurité de Gilboa tôt lundi, dans ce qui est considéré comme l’une des plus graves évasions de l’histoire du pays.

Mercredi, l’armée a déclaré qu’elle renforçait son aide aux efforts de recherche, avec deux bataillons, six compagnies, deux équipes de reconnaissance, un certain nombre d’escouades des forces spéciales et des équipes de surveillance aérienne.

La police des frontières israélienne dans le village de Nau’ra recherche six fugitifs palestiniens qui se sont échappés d’une prison de haute sécurité dans le nord d’Israël, le 7 septembre 2021. (Crédit : Flash90)

L’évasion a provoqué un tumulte dans le système pénitentiaire israélien. Des hauts responsables de la prison ont été convoqués pour être interrogés mardi soir, a rapporté Kan. Plus tôt dans la journée, au moins 14 membres du personnel du service des prisons ont été interrogés par la police, qui soupçonne les évadés d’avoir bénéficié d’une aide.

Les responsables de l’administration pénitentiaire et la police sont largement critiqués pour les manquements qui ont facilité l’évasion, avec une litanie de bévues qui ont permis à l’évasion de se produire en premier lieu, et une incapacité à saisir la gravité de la situation pendant plusieurs heures après qu’elle se soit produite.

Les autorités ont déclaré qu’elles n’avaient réalisé aucune avancée dans la recherche des terroristes mardi soir, mais des articles de presse israéliens et palestiniens ont indiqué que trois suspects avaient été arrêtés, soupçonnés d’avoir aidé les fugitifs.

Les six fugitifs se sont échappés par un tunnel dans le système de drainage de leur cellule, bien que les autorités aient déclaré qu’une faille de sécurité signifiait qu’ils n’avaient pas besoin de creuser pour créer un passage vers l’extérieur.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...