Israël en guerre - Jour 281

Rechercher

Entre la peste et le choléra, des Juifs de France piégés entre des extrêmes

Les partis d'extrême droite et de gauche, entachés d'antisémitisme, espèrent gagner des sièges au Parlement, alors que la haine des Juifs a explosé depuis le 7 octobre

Illustration : Des manifestants hissant une banderole sur laquelle on peut lire "L'antisémitisme n'est pas une promesse de campagne" à l'entrée d'une conférence de presse au cours de laquelle les dirigeants français de gauche ont annoncé qu'ils formaient une alliance appelée le nouveau Front populaire, à Paris, en France, le 14 juin 2024. (Crédit : Thomas Padilla/AP)
Illustration : Des manifestants hissant une banderole sur laquelle on peut lire "L'antisémitisme n'est pas une promesse de campagne" à l'entrée d'une conférence de presse au cours de laquelle les dirigeants français de gauche ont annoncé qu'ils formaient une alliance appelée le nouveau Front populaire, à Paris, en France, le 14 juin 2024. (Crédit : Thomas Padilla/AP)

PARIS, France – Reuters – En tant que Juifs français, Maury et Alain Fischler se sentent pris au piège entre des extrêmes tout aussi désagréables l’un que l’autre, alors que la France s’apprête à vivre des élections anticipées avec l’extrême droite en tête des sondages, suivie d’un bloc de gauche qui, selon les Fischler, abrite des antisémites.

Le président français Emmanuel Macron a convoqué les élections législatives le 9 juin après que son alliance centriste Ensemble a été battue aux élections européennes par le Rassemblement national (RN) anti-immigrés, qui est maintenant le favori pour former le prochain gouvernement de la France.

Cette situation inquiète profondément les Fischler, qui détestent l’idéologie d’extrême-droite et considèrent que le passage du RN d’un parti qui flirtait ouvertement avec l’antisémitisme à un parti qui le dénonce n’est qu’un stratagème cynique pour se donner un vernis de respectabilité. « Ce n’est pas parce qu’ils ont peint la porte en brillant et produit dix belles personnes à la rhétorique impeccable que nous devons les croire », explique Alain Fischler, 61 ans, créateur de meubles, dans l’appartement du couple à Paris.

Le parti a été fondé en 1972 par Jean-Marie Le Pen, condamné à plusieurs reprises pour discours de haine antisémite et négationnisme, et par Pierre Bousquet, ancien commandant de la Waffen-SS du parti nazi.

Depuis que Marine Le Pen, la fille de Jean-Marie Le Pen, a pris la tête du parti en 2011, elle a entrepris une tentative de dédiabolisation du parti pour gagner le soutien du grand public. Elle a assuré avoir pris ses distances avec la rhétorique antisémite de son père et l’a exclu du parti en 2015. Elle s’est ensuite focalisée sur les musulmans, qui représentent 11 % de la population française, et qu’elle considère comme une menace pour le pays.

Cependant, bien que Marine Le Pen ait publiquement dénoncé l’antisémitisme, son proche entourage et nombre de ses partisans sont largement accusés de défendre des positions antisémites, homophobes et xénophobes de manière disproportionnée, selon les experts.

Le RN affiche une position fortement pro-Israël – le président du parti, Jordan Bardella, condamnant les massacres du 7 octobre tel un Bataclan et un 11 septembre en même temps, en référence aux attaques terroristes contre la salle de concert survenues le 13 novembre 2015 à Paris, et revendiqués par l’organisation terroriste État islamique.

Marine Le Pen, dirigeante du parti d’extrême droite français Rassemblement national (RN) et membre du Parlement du pays, participant à une marche contre l’antisémitisme à Paris, France, le 12 novembre 2023. Le président du parti et candidat au poste de Premier ministre français, Jordan Bardella, est à droite. (Crédit : Geoffroy Van der Hasselt/AFP)

Les efforts de Le Pen ont séduit certains Français Juifs, dont Serge Klarsfeld, 88 ans, avocat renommé et chasseur de nazis, qui a déclaré le 15 juin qu’en cas de second tour entre le RN et la gauche, il voterait pour le RN, qu’il qualifie de « pro-juif ».

Mais pour d’autres, dont Fischler, fils d’un survivant de la Shoah, cela ne tient pas. Il a accusé le RN de courtiser les Juifs comme excuse pour stigmatiser les musulmans.

L’antisémitisme n’est pas résiduel

Tout aussi effrayant pour les Fischler est le Nouveau Front populaire, une coalition de partis de gauche assemblée en quatre jours pour contrer la poussée de l’extrême droite et actuellement en deuxième position dans les sondages, devant le camp centriste de Macron.

Serge Klarsfeld, activiste français et chasseur de nazis, et son épouse, Beate Klarsfeld, journaliste franco-allemande et chasseuse de nazis, lors d’une cérémonie de remise de prix à l’ambassade de France à Berlin, en Allemagne, le 27 mai 2024. (Crédit : Ludovic Marin/AFP)

Le groupe comprend le mouvement d’extrême-gauche radicale anti-Israël, La France Insoumise (LFI), dirigé par Jean-Luc Mélenchon. Les opposants affirment que LFI a franchi à maintes reprises la ligne entre la critique d’Israël et l’antisémitisme, ce que le parti nie.

« J’ai l’impression d’être prise entre la peste et le choléra », a déclaré Maury Fischler, opticienne de 61 ans, en utilisant une expression familière pour décrire un choix entre des alternatives tout aussi désagréables l’une que l’autre.

La question de Gaza était déjà controversée en France, où vivent les communautés juive et musulmane les plus importantes d’Europe, avant que les élections inattendues n’exacerbent les tensions politiques.

Les actes antisémites, allant des insultes au vandalisme et aux agressions physiques, ont augmenté de 300 % au cours du premier trimestre 2024 par rapport à la même période l’année dernière, selon les chiffres publiés par le Premier ministre français Gabriel Attal, qui est juif. Le nombre d’incidents anti-musulmans a également augmenté, mais moins fortement.

French Founder of La France Insoumise (LFI) party Jean-Luc Melenchon (C) gestures as he addresses a speech next to French LFI member of Parliament Jean-Francois Coulomme (R) at a demonstration for a cease-fire in Gaza and in solidarity with the Palestinian people in front of the United Nations Offices in Geneva on February 3, 2024. (Photo by Fabrice COFFRINI / AFP)

Mélenchon, le chef de LFI, a déclaré au début du mois que l’antisémitisme était « résiduel » en France, ce qui fait partie d’une longue liste de déclarations très controversées de sa part et d’autres membres de son parti qui, selon les critiques, ont attisé et normalisé la haine anti-juive.

Après qu’un groupe d’adolescents a été accusé d’avoir violé collectivement une jeune fille juive de 12 ans tout en lui lançant des insultes antisémites au début du mois, des manifestants à Paris ont brandi des pancartes portant des slogans tels que « L’antisémitisme n’est pas résiduel » et « Vous êtes-vous habitués à l’antisémitisme ? Pas nous ».

Le manifestant Sidney Azoulay, lui-même juif, a décrit les positions politiques de certains partis comme s’apparentant à « un pyromane devenu pompier ».

« C’est une honte qu’au XXIe siècle, les Juifs français fassent encore la une des journaux pour de telles raisons », a déclaré Azoulay.

Des manifestants tenant des pancartes sur lesquelles on peut lire « Vous vous habituez à l’antisémitisme, pas nous », lors d’un rassemblement pour condamner le viol collectif antisémite d’une jeune fille de 12 ans, devant l’Hôtel de ville de Paris, le 19 juin 2024. (Crédit : Alain Jocard/AFP)

Mélenchon, qui nie être antisémite, a condamné le viol, tout comme des hommes politiques de tous bords, y compris le RN.

Prenant part à une manifestation après l’incident, Yonathan Arfi, président du CRIF, l’organisation qui chapeaute les groupes Juifs français, a appelé les électeurs à se rassembler autour des valeurs de la République française et à rejeter les deux extrêmes.

« Notre responsabilité pour l’instant est de veiller à ce que ni la France insoumise ni le Rassemblement national n’arrivent pas au pouvoir », a-t-il déclaré.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.