Israël en guerre - Jour 192

Rechercher

Entreprises et start-ups en grève avant les votes finaux sur la « raisonnabilité »

Des organisations représentant 150 grandes entreprises, des employés du secteur high-tech et des avocats se rassembleront lundi en marge des derniers votes

Des médecins arrivant pour un rassemblement de protestation contre la refonte judiciaire du gouvernement, au Centre international des congrès de Jérusalem, le 23 juillet 2023. (Crédit : Renee Ghert-Zand/Times of Israel)
Des médecins arrivant pour un rassemblement de protestation contre la refonte judiciaire du gouvernement, au Centre international des congrès de Jérusalem, le 23 juillet 2023. (Crédit : Renee Ghert-Zand/Times of Israel)

Un important forum d’entreprises représentant 150 des plus grandes sociétés israéliennes a annoncé une grève pour lundi, qui verrait certaines banques, centres commerciaux et stations-service fermés, et certaines entreprises travailler dans un cadre réduit, au milieu d’une impasse nationale sur le drastique remaniement du système judiciaire prévu par le gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

La coalition se prépare à un vote final à la Knesset sur le projet de loi sur le « caractère raisonnable » qui, s’il est adopté tel quel lundi ou mardi, priverait les tribunaux de la possibilité d’utiliser la doctrine pour examiner les décisions des hommes politiques.

Le forum, qui comprend la chaîne de centres commerciaux Big Shopping Centers, des entreprises du groupe Azrieli et des institutions bancaires, a appelé d’autres entreprises et organisations à « se joindre à la mesure d’urgence qui a été prise, sans autre choix, pour mettre un terme à la législation unilatérale, et entamer des pourparlers [sur un compromis] », selon une déclaration citée par les médias israéliens dans la nuit de dimanche à lundi.

« Nous devons parvenir à des accords qui empêcheront les dommages dramatiques causés à l’économie et la fracture qui déchire la société, démantèle l’armée du peuple et met en danger la sécurité et l’avenir de chacun d’entre nous. Le forum demande au Premier ministre de remplir son devoir, de comprendre l’ampleur du désastre qui risque de se produire et d’arrêter immédiatement la législation et d’entamer des négociations », a déclaré le forum.

Quelque 200 entreprises du secteur de la high-tech, qui a été à l’avant-garde des manifestations contre la refonte, et de grandes organisations juridiques ont également annoncé qu’elles autoriseraient les employés à faire grève lundi, afin de faire pression sur le gouvernement pour qu’il mette fin au projet de loi, qui a incité des centaines de milliers de personnes à manifester pendant plusieurs jours et a incité plus de 10 000 réservistes militaires à se préparer à interrompre leur service volontaire.

Parmi les start-ups participantes figurent Wix, Wiz, Papaya Global et Lemonade, selon les médias israéliens. Les annonces de minuit sont intervenues quelques heures après qu’une proposition de compromis de la Histadrout, la plus grande organisation syndicale d’Israël, sur le projet de loi du « caractère raisonnable » eut été rapidement rejetée par le parti au pouvoir, le Likud, les manifestants anti-gouvernement et une partie de l’opposition.

Le centre commercial Big, à Yehud, le 4 mai 2021. (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)

Ce rejet a renforcé les spéculations selon lesquelles le puissant syndicat pourrait appeler à une grève générale, comme il l’avait fait à la fin du mois de mars lorsque la coalition radicale avait tenté de faire passer à la Knesset de multiples projets de loi de refonte. Cette grève n’avait duré qu’une seule journée, le Premier ministre Benjamin Netanyahu ayant rapidement interrompu le processus législatif pour permettre des discussions avec les représentants des partis d’opposition, sous l’égide du président Isaac Herzog.

Ces discussions ont échoué, mais Herzog a lancé dimanche un ultime effort pour parvenir à un compromis dans le but de forger un paquet de réformes judiciaires consensuel.

Tout juste rentré de sa visite aux États-Unis, Herzog s’est empressé de rencontrer séparément Netanyahu – qui était toujours hospitalisé à la suite de la pose d’un stimulateur cardiaque – et les chefs de l’opposition Yaïr Lapid et Benny Gantz, avec un optimisme croissant quant à l’éventualité d’une percée.

Lapid a semblé apporter son soutien à la proposition du président, qui impliquerait un assouplissement des dispositions du projet de loi du « caractère raisonnable » et un gel des projets de loi ultérieurs afin de permettre des négociations de fond, mais Gantz s’y serait opposé. Les organisateurs des manifestations sont farouchement opposés à un compromis avec le gouvernement.

Il n’y a pas eu de déclaration officielle sur les propositions discutées lors des réunions. La Douzième chaîne a rapporté dimanche soir que les divergences entre les parties sur un éventuel assouplissement du projet de loi sur la »raisonnabilité » n’étaient pas insurmontables, et que le principal point d’achoppement était la demande de l’opposition d’un gel de 18 mois sur toute nouvelle législation, pendant que les parties tentent de trouver un consensus – une période que la coalition considère comme trop longue.

Le leader de la Histadrout, Arnon Bar-David, a été soumis à une pression intense de la part des opposants au remaniement judiciaire pour qu’il déclare une grève générale afin de tenter d’empêcher le projet de loi de la coalition visant à limiter le contrôle des tribunaux sur les décisions du gouvernement. Il avait précédemment promis de se réunir et de discuter « d’autres mesures » si aucun accord n’était trouvé d’ici dimanche à 16h.

Arnon Bar-David, président de l’organisation syndicale de la Histadrout, s’exprimant lors d’une conférence, à Tel Aviv, le 7 décembre 2022. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Dimanche à minuit, la Histadrout n’avait pas encore pris de décision quant à ses prochaines actions. La grève prévue lundi par les grandes entreprises n’a pas été coordonnée avec l’organisation syndicale.

La coalition devrait faire passer une loi lundi ou mardi pour annuler le critère judiciaire du « caractère raisonnable » pour les décisions gouvernementales et ministérielles, promulguant la loi malgré de fortes objections politiques et sociétales, et malgré les annonces de plus en plus nombreuses des réservistes de l’armée qui ne se présenteront plus au travail, ainsi que les préoccupations diplomatiques, professionnelles, sociales, économiques et sécuritaires soulevées par les principaux responsables israéliens et les alliés internationaux.

En vertu de cette proposition, les tribunaux ne seront pas en mesure d’annuler les décisions du gouvernement pour des raisons de « raisonnabilité » si elles concernent des « questions de politique » et ont été approuvées par l’ensemble du cabinet. Les juges ne pourront pas non plus exercer la norme judiciaire pour contrôler les nominations des ministres et des vice-ministres.

Des militants anti-refonte lors d’une manifestation contre le paquet de réformes du gouvernement, près de la Knesset, à Jérusalem, le 23 juillet 2023. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)

« Toutes les autres décisions prises par les ministres continueront à être soumises à un contrôle judiciaire, y compris selon le critère du ‘caractère raisonnable' », précise la déclaration, tout en ajoutant que les changements n’entreront pas en vigueur tant qu’un nouveau gouvernement n’aura pas été formé à l’issue des prochaines élections législatives.

La proposition prévoit également la reprise des négociations entre les représentants de la coalition et de l’opposition afin de parvenir à un accord « sur le reste des questions », le gouvernement s’engageant à ne pas proposer d’autres lois au cours des 18 prochains mois si elles ne sont pas soutenues par au moins 75 membres de la Knesset.

Dimanche également, des milliers de médecins israéliens sont arrivés à Jérusalem en provenance de tout le pays pour protester contre l’initiative législative du gouvernement.

La marche et le rassemblement de dimanche font suite à une « grève d’avertissement » de deux heures dans le système de santé le 19 juillet, à l’appel de l’Association médicale israélienne (IMA). Zion Hagay, président de l’IMA, a annoncé que le secrétariat de l’IMA commencerait à délibérer dès dimanche soir sur l’opportunité d’une telle action.

Des professionnels de la santé se rassemblent à la CPI de Jérusalem pour manifester contrele projet de réforme judiciaire de la coalition, le 23 juillet 2023. (Crédit : Renee Ghert-Zand/The Times of Israel)

Hagay a déclaré qu’entre-temps, l’IMA a déclaré un conflit de travail qui lui permettra de faire grève si elle décide de le faire. Il a également déclaré que si le projet de loi du « caractère raisonnable » était adopté, l’IMA ferait immédiatement appel à la Cour suprême.

Plus tôt dans la journée de dimanche, le chef d’état-major de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi, a averti que la cohésion au sein de l’armée était « dangereusement » compromise, des milliers de réservistes ayant juré de mettre fin à leur service volontaire en signe de protestation contre les mesures prises par le gouvernement.

Halevi a également tenu une rare réunion – avec l’approbation de Netanyahu – avec Gantz, alors que Lapid s’est assis avec le chef de l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet, Ronen Bar, pour discuter de la situation en matière de sécurité et des tensions accrues au sein de l’armée.

« La situation en matière de sécurité est très préoccupante et nécessite une attention particulière et des décisions stratégiques sur plusieurs fronts », a déclaré Gantz à l’issue de la réunion. Il a promis que même si le projet de loi sur le « caractère raisonnable » est adopté, « nous l’annulerons, tôt ou tard ».

Après la rencontre de Lapid avec Bar, le chef du parti Yesh Atid a déclaré qu’il avait reçu un aperçu des menaces « de l’intérieur et de l’extérieur » et qu’il était préoccupé par la cohésion nationale.

« Nous avons la responsabilité commune de préserver la sécurité et l’unité nationales », a-t-il déclaré.

Renee Ghert-Zand a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.