Menaçant implicitement les Juifs, Erdogan accuse Netanyahu d’être un « tyran »
Rechercher

Menaçant implicitement les Juifs, Erdogan accuse Netanyahu d’être un « tyran »

Alors que la guerre des mots s'intensifie, le président turc a clamé : "nous n'avons jamais opprimé un juif dans ce pays, ne nous provoquez pas, nous n'entrerons pas dans ce jeu"

Le président turc Recep Tayyip Erdogan lors d'un rassemblement pro-palestinien à Istanbul, le 18 mai 2018 (Crédit :  AFP Photo/Ozan Kose)
Le président turc Recep Tayyip Erdogan lors d'un rassemblement pro-palestinien à Istanbul, le 18 mai 2018 (Crédit : AFP Photo/Ozan Kose)

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a accusé Benjamin Netanyahu d’être un « tyran » qui « massacre des enfants », après que le Premier ministre israélien l’eut traité de « dictateur », en pleine montée de tensions entre les deux dirigeants.

« Qu’il ne nous donne pas de leçons. Eh Netanyahu, tiens-toi bien. Tu es un tyran », a déclaré le chef de l’Etat turc lors d’un meeting à Ankara, accusant le dirigeant israélien d’avoir « massacré des enfants palestiniens ».

« Ce voleur qui est à la tête d’Israël est en train d’être jugé dans son pays. Pourquoi Netanyahu et sa femme sont jugés? Pour vol », a-t-il également déclaré, faisant allusion à l’inculpation du dirigeant israélien dans trois affaires de corruption présumée.

Le ton est monté cette semaine entre la Turquie et Israël après que M. Netanyahu, en pleine campagne électorale, a déclaré dimanche qu’Israël n’était pas l’État-nation « de tous ses citoyens », mais « uniquement du peuple juif », et donc pas de l’importante communauté arabe.

Ibrahim Kalin, porte-parole du président turc, a dénoncé mardi le « racisme flagrant » manifesté selon lui par le Premier ministre israélien.

« Erdogan, le dictateur turc, s’en prend à la démocratie israélienne alors que ses prisons sont remplies de journalistes et de juges turcs. Quelle plaisanterie », s’est écrié M. Netanyahu dans un message diffusé par ses services durant la nuit de mardi à mercredi.

Cette réaction a suscité une nouvelle charge mercredi de M. Kalin contre le Premier ministre israélien.

« L’Etat d’apartheid qu’il dirige occupe des territoires palestiniens, tue des femmes et des enfants et emprisonne les Palestiniens sur leur propres terres. Les mensonges et la pression ne dissimuleront pas vos crimes », a tweeté le porte-parole présidentiel turc.

M. Erdogan a également évoqué mercredi les heurts qui ont opposé la veille des policiers israéliens et des Palestiniens sur le mont du Temple à Jérusalem, déplorant que les policiers et militaires israéliens pénètrent sur ce lieu saint.

« Ne nous provoque pas. Nous n’avons jamais opprimé un juif dans ce pays, nous n’avons jamais fait à une synagogue ce que vous faites (sur le mont du Temple). Ne nous provoquez pas, nous n’entrerons pas dans ce jeu », a-t-il mis en garde.

Mevlet Cavusoglu, le ministre turc des Affaires étrangères, s’est mêlé à l’échange d’insultes entre le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président de Turquie Recip Tayyip Erdogan, accusant le Premier ministre israélien de s’en prendre à Erdogan « pour cacher ses problèmes judiciaires ».

« Dans le même temps, il alimente la discrimination et la haine contre les citoyens d’Israël, sans parler des Palestiniens. C’est pathétique et honteux », a tweeté Cavusoglu.

Le procureur général Avichai Mandelblit a annoncé qu’il avait l’intention d’inculper Netanyahu pour corruption, fraude et abus de confiance dans une série d’affaires de corruption. Netanyahu a nié toute malversation.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...