Erdogan déclare qu’il peut “réparer” les liens tendus avec Israël
Rechercher

Erdogan déclare qu’il peut “réparer” les liens tendus avec Israël

Les services de sécurité ont évacué des journalistes avant que le président turc ne puisse préciser son idée

Le président turc Recep Tayyip Erdogan, à droite, avec le chef du Hamas Khaled Meshaal avant leur réunion au palais présidentiel à Ankara, en Turquie, le 12 août 2015. (Crédit : capture d'écran Youtube/TayyipErdoganArabic)
Le président turc Recep Tayyip Erdogan, à droite, avec le chef du Hamas Khaled Meshaal avant leur réunion au palais présidentiel à Ankara, en Turquie, le 12 août 2015. (Crédit : capture d'écran Youtube/TayyipErdoganArabic)

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré lundi à un journaliste de Radio Israël qu’il pensait être capable de « réparer les liens » avec l’État juif, après cinq ans de relations tendues, exacerbées par le raid maritime de l’armée israélienne qui a fait dix morts côté turc.

Recep Tayyip Erdogan discutait avec des journalistes à la conférence des Nations Unies sur le changement climatique, près de Paris. Mais ses services de sécurité avaient évacué des journalistes avant que le président turc ne puisse préciser les détails de son projet.

Les relations entre Israël et la Turquie se sont refroidies depuis que des commandos israéliens ont abordé le Mavi Marmara, battant pavillon turc, le plus grand navire de la flottille d’aide à destination de la bande de Gaza de mai 2010.

L’abordage a eu lieu dans les eaux internationales, après que la marine israélienne ait demandé aux bateaux de naviguer vers Ashdod, où les cargaisons auraient été débarquées et transférées vers Gaza par voie terrestre, après avoir été inspectées.

Les activistes à bord ont refusé, neuf turcs ont été tués et sept soldats de l’armée israélienne ont été blessés quand des manifestations violentes ont éclatées au moment où les troupes israéliennes ont été attaquées avec des massues et des barres de fer en abordant le vaisseau, et ont ouvert le feu sur leurs assaillants. Un dixième activiste est décédé des suites de ses blessures en 2014, après quatre années de coma.

L’incident a déclenché une crise diplomatique majeure entre Ankara et Jérusalem.

Ankara a expulsé l’ambassadeur israélien, demandé des excuses formelles et une compensation, ainsi que la fin du blocus maritime de la bande de Gaza, qui est dirigée par l’organisation palestinienne terroriste du Hamas.

Erdogan est un fervent soutien du Hamas, et rejette la notion de terrorisme concernant cette organisation.

Des pourparlers sur une compensation financière ont débuté en 2013 après qu’Israël se soit formellement excusé auprès de la Turquie, via une avancée initiée par le président américain Barack Obama.

Le gouvernement israélien a présenté une propostion pour payer des compensations aux familles des victimes, mais un accord n’a pas encore été trouvé. La Turquie a déclaré en juin que cela empêchait les discussions avec Israël sur un accord pour réconcilier les deux anciens alliés.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...