Rechercher

Floride: les Juifs ne parviennent pas à empêcher un partisan de Farrakhan d’être élu

Interrogé lors d'un vote du conseil municipal qui a finalement été approuvé à 4 contre 3, Frère John Muhammed a refusé de condamner l'antisémitisme du leader de Nation of Islam

Frère John Muhammad (Autorisation)
Frère John Muhammad (Autorisation)

JTA – Lorsque Frère John Muhammad est apparu cet automne comme le principal candidat à un siège vacant au conseil municipal de St. Petersburg, en Floride, les Juifs de ce secteur ont été bouleversés.

Muhammad est bien connu dans la ville en tant que président d’une association de quartier et en tant que défenseur fréquent des groupes minoritaires. Mais les dirigeants juifs ont appris qu’il était également un adepte de Louis Farrakhan, le leader de Nation of Islam, connu pour ses antécédents en matière d’antisémitisme, et qu’il avait émis des remarques rejetant les inquiétudes concernant le passé de Farrakhan.

Les dirigeants juifs ont essayé d’empêcher la nomination de Muhammad, en faisant pression pour un examen plus approfondi des sept candidats et le musée local de la Shoah a fait activement pression contre lui. Mais le conseil l’a confirmé par un vote de 4 contre 3, ce qui a causé une certaine frustration chez les Juifs de la région, qui ont ensuite réfléchi à la manière de tirer des enseignements de cette situation.

« Quand je vois une situation comme celle-ci, elle me fait penser à une opportunité », a déclaré Michael Igel, président du musée de la Shoah de Floride, situé à St. Petersburg, à la Jewish Telegraphic Agency.

La saga qui se déroule à St Petersburg, cinquième plus grande ville de Floride, s’est déroulée à la même période où plusieurs célébrités noires, notamment Kanye West et Kyrie Irving, ont été impliquées dans une controverse à propos de leurs propres propos et messages antisémites sur les réseaux sociaux. Cette coïncidence a fragilisé la possibilité d’entamer une conversation sur l’antisémitisme de Nation of Islam, dont la rhétorique dénigrant les Juifs se recoupe avec celle des Black Hebrew Israelites, l’idéologie qu’Irving a promue en partageant un lien vers un film antisémite.

Elle a également fait de St. Petersburg une sorte de vitrine permettant de comprendre comment les liens tissés entre les groupes juifs et les autres peuvent être mis à l’épreuve.

Les dirigeants juifs de la ville ont d’abord cherché à empêcher Muhammad d’obtenir le siège du conseil municipal, qui était vacant après la démission de sa précédente titulaire à la suite d’un redécoupage et d’accusations selon lesquelles elle ne vivait plus dans son district. Ils ont appris la candidature de Muhammad au conseil municipal une semaine seulement avant le vote du conseil, ce qui leur a laissé peu de temps pour se mobiliser. L’information est venue d’un rival politique de Muhammad, l’ancien candidat à la mairie Vince Nowicki, qui a partagé des informations sur l’affiliation de Muhammad à Nation of Islam avec des groupes juifs de St Petersburg.

L’entrée du musée de la Shoah de Floride à St Petersburg, le 27 novembre 2016. (Crédit : Jeffrey Greenberg/Universal Images Group via Getty Images via JTA)

Nowicki a également partagé un commentaire que Muhammad avait fait sur les Juifs dans une vidéo de 2016 dans laquelle Muhammad interviewait des militants LGBTQ noirs. Dans la vidéo intitulée « A Conversation About Growing Up Black And LGBT », que JTA a visionnée, Muhammad a déclaré que « le pasteur Farrakhan a été accusé d’être antisémite pendant longtemps parce qu’il a souligné et fait quelques corrections sur l’activité des Juifs. Et quiconque dit quoi que ce soit de critique à l’égard de la communauté juive est taxé d’antisémitisme. Bon, mauvais, juste ou faux, ce que vous dites n’a pas d’importance. Si vous les critiquez, c’est ce que vous êtes ».

« Et je constate que cela se produit lorsque vous critiquez la communauté gay, lorsque vous dites quoi que ce soit de critique ou quoi que ce soit qui ne s’aligne pas avec cette idéologie, maintenant tout d’un coup vous êtes homophobe », a-t-il poursuivi. Les commentaires de Muhammad sur les homosexuels ont suscité quelques réactions légères mais amicales de la part de ses invités.

Frère John Muhammad dans une vidéo YouTube de mai 2015. (Utilisé conformément à l’article 27a de la loi sur le droit d’auteur)

Muhammad n’a pas répondu aux multiples demandes de commentaires de JTA, y compris aux questions qui lui ont été envoyées par courriel à sa demande. Il a déclaré lors d’une réunion publique précédant le vote du conseil qu’il pensait que l’examen de sa personne par les groupes juifs avait été injuste.

Pour les dirigeants juifs, les commentaires contenus dans la vidéo et l’affiliation de Muhammad à Nation of Islam sont des signes clairs qu’il ne devrait pas être nommé au conseil municipal.

« J’aurais espéré que l’antisémitisme soit une ligne rouge, que cela empêche d’être candidat », a déclaré le rabbin Philip Weintraub de la Congrégation B’nai Israel, une synagogue de la ville affiliée au mouvement massorti.

Les dirigeants juifs ont commencé à agir, en publiant des déclarations et en lançant une campagne d’envoi de lettres au conseil municipal. Ils ont ressenti une telle urgence que certains ont même mené leurs activités le jour de Simhat Torah, une fête juive au cours de laquelle les organisations juives interrompent généralement leurs activités conformément à la loi juive.

En tant qu’organisation à but non lucratif, la fédération locale était limitée dans sa façon d’intervenir. Comme elle ne pouvait pas soutenir ou s’opposer à des candidats spécifiques, elle a fait pression pour que chaque candidat soit « correctement examiné » et a informé les membres du conseil des affiliations et des commentaires passés de Muhammad, selon Maxine Kaufman, directrice exécutive de la Jewish Federation of Florida’s Gulf Coast. Selon elle, ces efforts n’ont pas eu l’effet escompté.

« Je ne pense pas que quelqu’un ait dit : ‘Qui est ce Farrakhan, que représente-t-il ?’  » a déploré Kaufman. « Je ne pense pas qu’on en ait fait assez, personnellement. »

Le musée de la Shoah de Floride a adopté une autre approche, en diffusant des informations sur Muhammad à l’ensemble de la communauté, ainsi qu’une déclaration s’opposant à la candidature de toute personne qui soutiendrait l’antisémitisme de Farrakhan. Leur objectif, selon Igel, était de sensibiliser la communauté à la gravité de ces opinions.

« Il n’y a rien d’autre à dire lorsque quelqu’un soutient Louis Farrakhan », a déclaré Igel à JTA. « En particulier lorsque vous cherchez à obtenir un poste représentatif d’une ville, notamment une ville comme St. Petersburg qui est si connue pour son inclusivité et son ouverture. »

Louis Farrakhan chef du groupe Nation of Islam , durant un rassemblement à l’occasion du 20e anniversaire de la Million Man March, au Capitol Hill, à Washington, le 10 octobre 2015. (Crédit : AP/Evan Vucci)

Igel a fait l’éloge de certains membres du conseil municipal qui ont posé à Muhammad des questions précises sur ses opinions lors du vote, lui donnant ainsi l’occasion de réfuter les commentaires de Farrakhan sur les Juifs. Lisset Hanewicz, membre du conseil municipal qui a voté contre Muhammad, a raconté que son beau-père, qui est Juif et a lu les déclarations antisémites passées de Farrakhan dans le procès-verbal, a affirmé que « les gens doivent comprendre pourquoi une certaine partie de cette communauté est bouleversée. »

Igel a reconnu que s’impliquer dans une nomination au conseil municipal était une démarche inhabituelle pour un musée de la Shoah. Il a déclaré que les dirigeants du musée avaient tenu une réunion au préalable pour déterminer comment procéder, mais qu’ils avaient pris la décision d’intervenir assez rapidement.

« Dans ce cas, nous ne considérons pas qu’il s’agit d’une question de politique », a déclaré Igel. « C’est une question de moralité. Et c’est ce que nous enseignons. » Si le candidat avait été un suprémaciste blanc, a déclaré Igel, « cette personne aurait été disqualifiée d’emblée. »

L’Anti-Defamation League (ADL) et le Southern Poverty Law Center, deux organismes de lutte contre la haine, définissent Nation of Islam comme un groupe qui propage l’antisémitisme et d’autres formes de sectarisme, et non comme une religion. Fondé en 1930 par Wallace Fard Muhammad, ce groupe nationaliste noir n’a rien à voir avec l’islam traditionnel et est rejeté par la plupart des religieux musulmans. Il a acquis une certaine notoriété dans les années 1960 après que le leader des droits civiques Malcolm X et le boxeur Muhammad Ali ont publiquement rejoint le mouvement. (Tous deux ont ensuite quitté le groupe, Malcolm X dénonçant publiquement sa direction ; il a été assassiné peu après, et deux membres de Nation of Islam qui avaient été condamnés à tort pour son meurtre ont récemment reçu un important dédommagement de la part de la ville de New York).

Nation of Islam est devenu ce qu’il est aujourd’hui après que Farrakhan a pris la tête du groupe en 1977. Aujourd’hui âgé de 89 ans, il a utilisé sa plateforme pour diffuser un flot continu d’antisémitisme, notamment en qualifiant les Juifs de « méchants » et de « synagogue de Satan« , en disant qu’ils ont « enroulé leurs tentacules autour du gouvernement américain » et en qualifiant Hitler de « très grand homme ». Il y a quelques années seulement, le collectif d’activistes progressistes de la Marche des femmes a failli dérailler en raison des liens de certaines de ses fondatrices avec Farrakhan.

Il est rare, mais pas impossible, que des personnalités publiques aient des liens actuels ou passés avec Nation of Islam. Le procureur général du Minnesota, Keith Ellison, musulman pratiquant, a été accusé d’avoir été membre du groupe lorsqu’il s’est présenté pour la première fois au Congrès en 2006 ; il a présenté ses excuses pour ses liens passés avec le groupe. Trayon White, membre du conseil municipal de Washington DC et ancien candidat à la mairie qui a propagé des théories de conspiration antisémites, a fait des dons au groupe dans le passé. L’ancien président George W. Bush a déjà fait l’éloge du groupe, et une photographie montrant Barack Obama dans la même pièce que Farrakhan a alimenté les critiques d’Obama pendant sa course à la présidence.

Keith Ellison, élu démocrate de la Chambre des représentants des Etats-Unis, pendant la campagne présidentielle d’Hillary Clinton, en avril 2016. (Crédit : Lorie Shaull/CC BY-SA 4.0/WikiCommons)

Muhammad, dont le nom est John Muhammad sur le site Web du conseil municipal et dont le nom légal est John C. Malone, a refusé de condamner Farrakhan lors de la réunion du conseil municipal.

« Je ne suis pas prêt à dénoncer le leader de ma foi, pas plus qu’un catholique ne serait prêt à dénoncer son pape », a-t-il déclaré.

La réaction de Muhammad aux questions sur Farrakhan a particulièrement inquiété la fédération et d’autres groupes juifs locaux. Mme Kaufman a déclaré à JTA qu’elle ne savait pas si Muhammad était lui-même antisémite, mais elle a ajouté que son refus de désavouer Farrakhan était alarmant.

« J’ai un problème avec le fait qu’il vénère quelqu’un qui est manifestement antisémite, et qu’il ne le désavoue pas, qu’il ne le rejette pas », a-t-elle déclaré, faisant écho à la déclaration officielle de la fédération sur le vote.

Lors de la réunion, Muhammad a déclaré qu’il avait contacté le musée de la Shoah de Floride mais qu’il n’avait pas eu de réponse – et qu’il pensait que les critiques du musée à son égard étaient injustes.

« Ce que j’ai découvert lorsque nous avons cherché à dialoguer avec le directeur du musée de la Shoah, c’est qu’ils ne voulaient pas me parler », a-t-il déclaré. « Ils voulaient m’évaluer et me disqualifier sur la base de l’association que j’ai en tant qu’individu. Je ne pense pas que ce soit juste ».

Muhammad a également défendu son bilan avec les Juifs en affirmant qu’ils faisaient partie de la « diversité de ceux qui me soutiennent. »

« Et si vous regardez ceux qui s’opposent à moi, ils viennent d’un groupe particulier », a-t-il ajouté.

Depuis le vote, un journal de la communauté afro-américaine a condamné l’examen minutieux de Mahomet, le qualifiant de « perquisition dans sa pratique religieuse ».

Igel a déclaré que le musée n’avait aucune trace d’un contact de Muhammad, mais l’a encouragé à venir et à en apprendre davantage sur la Shoah et la nature de l’antisémitisme. Stuart Berger, responsable du Conseil des relations de la communauté juive locale, a reconnu lors de la réunion du conseil municipal que Muhammad « s’est mis à notre disposition » à la fédération, mais qu’aucun membre du personnel de la fédération « n’avait été en contact direct avec lui ».

L’implication de la fédération dans le cas de Muhammad est devenue une question à part entière lors du vote du conseil, lorsque le candidat a fait référence à un courriel que Berger avait écrit au commissaire du comté. Dans cet e-mail, Berger a écrit que le processus de vérification de Muhammad avait été « assez bon pour moi ! ».

Alors que Muhammad a pris l’email comme une preuve que la fédération le croyait apte à exercer ses fonctions, Berger et Kaufman maintiennent qu’il ne signifiait rien de tel. Berger ne s’exprimait pas au nom de la fédération, disent-ils, et n’avait pas l’intention de rendre son courriel public.

Maintenant que Muhammad fait partie du conseil, l’attention s’est portée sur l’établissement de relations avec lui. Mme Kaufman a rencontré des membres individuels du conseil municipal et espère rencontrer Muhammad lui-même. Elle souhaite également que la fédération fasse une présentation au conseil sur les dangers de l’antisémitisme et les pousse à faire une déclaration à ce sujet.

Elle pense que ce n’est pas compliqué. « Je pense que la haine est la haine », a-t-elle dit. « Elle peut prendre diverses apparences. »

La congrégation de Weintraub célèbre son 100e anniversaire en mars, et l’un de ses fidèles, Eric Lynn, est également impliqué dans la politique : il était le candidat démocrate pour le 13e district du Congrès de Floride lors des élections de mi-mandat, mais a perdu sa course face à la républicaine Anna Paulina Luna, qui a déclaré avoir été élevée comme une juive messianique et a fait campagne aux côtés de la représentante d’extrême droite Marjorie Taylor Greene.

Weintraub lui-même est membre d’un groupe de dialogue ministériel interconfessionnel avec des églises noires et se dit « optimiste professionnel » lorsqu’il s’agit de gérer les conflits entre différentes communautés. Il a envoyé à JTA un épisode du podcast de la radio publique « Hidden Brain » sur la façon d’empêcher les conflits de s’envenimer, en disant qu’il « décrit ce que j’ai essayé de faire ».

Depuis que Muhammad a été nommé, Weintraub l’a rencontré ; les deux hommes ont eu ce que Weintraub a décrit comme « une conversation agréable ». Les deux hommes ont parlé de l’éducation des enfants et de « traumatismes communs », a-t-il dit. Ils n’ont pas discuté des commentaires de Muhammad soutenant Farrakhan, mais le rabbin n’a pas pu s’empêcher de penser à lui.

« Je pensais que j’étais une termite, selon Farrakhan », a déclaré Weintraub. En revanche, Muhammad « a dit que j’étais une personne, donc c’était bien ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.