Flottilles à Gaza : Stockholm dénonce une violation du droit international
Rechercher

Flottilles à Gaza : Stockholm dénonce une violation du droit international

En tout, quatre bateaux sont partis de Scandinavie mi-mai et se sont arrêtés en chemin dans quelque 28 ports ; Un rapport de l'ONU de 2011 autorise un blocus maritime sur Gaza

Margot Wallström, ministre suédoise des Affaires étrangères, dans son bureau à Stockholm, le 31 octobre 2014. (Crédit : Jonathan Nackstrand/AFP)
Margot Wallström, ministre suédoise des Affaires étrangères, dans son bureau à Stockholm, le 31 octobre 2014. (Crédit : Jonathan Nackstrand/AFP)

Stockholm a accusé Israël d’avoir violé le droit international après l’interception d’un bateau anti-blocus battant pavillon suédois, au large de la bande de Gaza contrôlée par le groupe terroriste palestinien du Hamas, et la détention des activistes qui se trouvaient à bord, dont sept étaient renvoyés la semaine dernière en Suède.

« Le gouvernement (suédois) a été en contact avec les autorités israéliennes au sujet du ‘Ship to Gaza' », l’organisation dont le bateau « Liberté pour Gaza » a été intercepté vendredi soir par la marine israélienne, a déclaré la ministre suédoise des Affaires étrangères Margot Wallström.

« Et il a insisté sur le fait que les actions des autorités israéliennes concernant le ‘liberté pour Gaza' » battant pavillon suédois et les personnes à son bord ne s’appuient pas sur le droit international », poursuit la cheffe de la diplomatie dans une lettre à Ship to Gaza, qui l’a rendue publique mercredi.

Sept activistes suédois, qui se trouvaient à bord et détenus par la marine israélienne, ont été renvoyés en Suède, a annoncé par ailleurs Ship to Gaza.

Quatre sont revenus mercredi dans le pays scandinave, les trois autres sont attendus plus tard dans la journée, a déclaré à l’AFP le porte-parole de Ship to Gaza pour la Suède, Dror Feiler.

Le navire transportait du matériel médical à destination de l’enclave palestinienne, et avait à son bord 12 membres d’équipage et activistes venus de Suède, d’Espagne, du Canada, d’Allemagne et de France. Tous ont été renvoyés d’Israël, a indiqué M. Feiler.

En tout, quatre bateaux sont partis de Scandinavie mi-mai et se sont arrêtés en chemin dans quelque 28 ports. Le « liberté pour Gaza » est le deuxième bateau de cette « Flottille de la Liberté » à être intercepté en chemin pour « briser le blocus », selon l’association.

L’armée israélienne avait annoncé la semaine dernière l’arraisonnement de l’un d’eux battant pavillon norvégien, au large de la bande de Gaza.

Israël impose depuis plus de dix ans un blocus terrestre, aérien et maritime à la bande de Gaza, gouvernée par le mouvement islamiste Hamas auquel l’Etat hébreu a livré trois guerres depuis 2008.

Le pays a justifié vendredi l’arraisonnement du bateau, rappelant qu’un rapport de l’ONU datant de 2011 autorisait un blocus maritime sur Gaza.

Les habitants de l’enclave souffrent de coupures d’électricité provoquées par la suspension des livraisons de fioul, et selon l’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens (UNRWA), environ 80% de ses quelque deux millions d’habitants sont tributaires d’une aide.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...