France : le cinéma a ouvert tôt les yeux sur le risque terroriste
Rechercher

France : le cinéma a ouvert tôt les yeux sur le risque terroriste

Confronté à des critiques qui affirmaient que leurs "personnages n'existaient pas", le cinéma français a réalisé des films quasi prémonitoires

Extrait du film "Made in France" de Nicolas Boukhrief, sur l'infiltration par un journaliste de culture musulmane d'une cellule jihadiste en banlieue parisienne. (Crédit : capture d'écran YouTube)
Extrait du film "Made in France" de Nicolas Boukhrief, sur l'infiltration par un journaliste de culture musulmane d'une cellule jihadiste en banlieue parisienne. (Crédit : capture d'écran YouTube)

Le cinéma français a su ces dernières années s’emparer du thème du jihadisme, au point de réaliser plusieurs films prémonitoires sur la radicalisation des jeunes et le fossé avec les banlieues.

« Il y a eu une mutation chez les cinéastes, se félicite auprès de l’AFP le critique et spécialiste du cinéma, Jean-Luc Douin. Aujourd’hui, ils osent regarder la réalité en face, traiter des sujets brûlants. »

Mais ce ne fut pas simple. Philippe Faucon dit avoir été confronté au déni à la sortie de « La désintégration » (2012), parcours de trois garçons de banlieues, endoctrinés par un prêcheur salafiste qui va les conduire au terrorisme.

« On me disait que mes personnages n’existaient pas, a-t-il dit en 2015 à Télérama. Puis les regards ont changé, et le film a même été considéré comme prémonitoire. En tout cas, le cinéma, à travers moi ou d’autres réalisateurs, joue un rôle essentiel pour donner à comprendre cette évolution de la société française. »

Bertrand Bonello a, lui, commencé à réfléchir à un film sur le terrorisme en 2010, ressentant alors « quelque chose d’étouffant » dans la société. « Nocturama », l’histoire de jeunes qui posent des bombes dans Paris, sortira six ans plus tard.

D’autres réalisateurs se sont penchés sur la question du terrorisme comme Nicolas Saada et « Taj Mahal » ou Thomas Bidegain et « Les Cowboys », sortis en 2015. « Les événements viennent donner un éclairage cruel, monstrueux à certains de nos films », a commenté ce dernier. Pour lui, cela montre au moins que « le cinéma a les yeux ouverts ».

Sans mentionner les nombreux documentaires ou téléfilms sur le sujet, on peut aussi citer « Bastille day » (thriller franco-britannique sorti le 13 juillet 2016, presque aussitôt retiré des salles à la suite de l’attentat de Nice), le franco-mauritanien « Timbuktu » (vainqueur des César 2015), « La Route d’Istanbul » (2016) de Rachid Bouchareb (aidé au scénario par l’écrivain Yasmina Khadra), ou « La chute des hommes » (2016) de Cheyenne-Marie Carron.

Accompagner son film

Initialement prévue en 2014, la sortie de « Made in France » de Nicolas Boukhrief avait été reprogrammée au 18 novembre 2015, avant d’être à nouveau repoussée. Il n’est finalement pas sorti en salles mais en vidéo à la demande (VOD).

Ce film sur l’infiltration par un journaliste, de culture musulmane, d’une cellule jihadiste en banlieue parisienne, a nécessité quatre ans avant de prendre forme.

« En 2012, les financements publics nous ont été refusés sous prétexte que le sujet était anecdotique. Aujourd’hui, ça paraît dément », a dit le réalisateur.

Il s’est dit auprès de l’AFP « malheureusement pas surpris [des attentats de janvier 2015] parce que toutes les personnes que j’avais interrogées pour faire le film, notamment dans la police, me disaient que cela arriverait. »

Marie-Castille Mention-Schaar, réalisatrice du film « Le Ciel attendra » (sorti en septembre 2016), a suivi Dounia Bouzar, directrice du Centre de prévention contre les dérives sectaires liées à l’islam (CPDSI), et son équipe dans son travail de dé-radicalisation.

Le tournage de cette histoire de jeunes filles qui vont basculer dans le fanatisme a commencé deux jours après les attentats du 13 novembre 2015. La réalisatrice a failli tout annuler. Finalement, elle a poursuivi son travail parce qu’il était « encore plus urgent pour moi d’essayer de comprendre ».

Pour avoir un maximum d’impact, ces films doivent, après leur sortie, être accompagnés de débats et de rencontres avec le public. Philippe Faucon a parlé de son travail l’an passé, dans son ancien lycée marseillais.

En attendant, aucun réalisateur français ne semble encore prêt à tourner un film sur, par exemple, l’attaque contre le Bataclan. « Sans doute qu’une pudeur, une forme de respect des victimes et de leurs proches bloquent aujourd’hui un tel projet », estime Douin. Mais je ne serai pas étonné qu’un tel film se fasse un jour ».

L’été dernier, un des deux frères Dardenne, Luc, avait annoncé vouloir « aborder un personnage fanatique, qui a un rapport avec le terrorisme islamiste », ajoutant que ce film devait être tourné fin 2017. Mais leur société de production a assuré peu après que ce projet n’était pas à l’ordre du jour.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...