Israël en guerre - Jour 255

Rechercher

Frappes américaines en Irak contre des groupes armés pro-Iran

Les frappes ont visé les Brigades du Hezbollah, a confirmé Lloyd Austin, qui assure que Washington était "disposé à prendre des mesures supplémentaires pour protéger" le personnel américain

Un partisan yéménite armé du mouvement Houthi assis à l'arrière d'un véhicule blindé lors d'un rassemblement anti-Israël et anti-américain à Sanaa, la capitale contrôlée par les Houthis, le 22 janvier 2024. (Crédit : Mohammed Huwais/AFP)
Un partisan yéménite armé du mouvement Houthi assis à l'arrière d'un véhicule blindé lors d'un rassemblement anti-Israël et anti-américain à Sanaa, la capitale contrôlée par les Houthis, le 22 janvier 2024. (Crédit : Mohammed Huwais/AFP)

Les Etats-Unis ont revendiqué des frappes menées tôt mercredi en Irak contre des sites tenus par des groupes armés pro-Iran et qui ont fait deux morts, des bombardements initiés en représailles aux attaques récurrentes visant les soldats américains dans le pays.

Selon des sources irakiennes, les frappes ont visé les Brigades du Hezbollah, faction affiliée aux anciens paramilitaires du Hachd al-Chaabi, dans le secteur de Jurf al-Sakhr à une soixantaine de kilomètres au sud de la capitale Bagdad, ainsi que dans la région d’Al-Qaïm, à la frontière avec la Syrie voisine.

Les bombardements dans le secteur d’Al-Qaïm ont fait deux morts et deux blessés, selon un premier bilan communiqué à l’AFP par un responsable au ministère de l’Intérieur irakien, et une source au sein du Hachd al-Chaabi, dont les combattants ont été enrôlés dans les forces régulières.

Les frappes américaines interviennent dans un contexte régional déjà explosif, alimenté par les répercussions de la guerre à Gaza entre Israël, allié de Washington, et le groupe terroriste islamiste palestinien Hamas, soutenu par l’Iran.

Ces derniers bombardements « n’aident pas à l’apaisement », a fustigé sur X (anciennement Twitter) le conseiller irakien à la sécurité nationale, Qassem al-Aaraji, dénonçant « une violation flagrante de la souveraineté irakienne ».

Frappes « nécessaires »

« La partie américaine devrait faire pression pour stopper l’agression à Gaza plutôt que de cibler et bombarder les locaux d’une institution nationale irakienne », a-t-il ajouté.

Plus tôt, le ministre américain de la Défense Lloyd Austin confirmait dans un communiqué « des frappes nécessaires et proportionnées » menées en Irak contre « trois installations utilisées par les Brigades du Hezbollah » mais aussi « d’autres groupes affiliés à l’Iran.

Le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, lors du discours d’ouverture du Groupe de contact sur la défense de l’Ukraine, le 23 janvier 2024, depuis son domicile de Great Falls, en Virginie. (Crédit : Département américain de la défense via AP)

« Nous ne voulons pas une escalade du conflit dans la région », assurait-il toutefois, en avertissant que Washington était « disposé à prendre des mesures supplémentaires pour protéger » le personnel américain.

Ces bombardements, selon M. Austin, sont « en réponse directe » à une série d’attaques menées par « des milices parrainées par l’Iran » contre les militaires américains et les troupes de la coalition internationale antijihadistes en Irak et en Syrie.

De son côté, le Commandement militaire américain au Moyen-Orient (Centcom) a indiqué que les bombardements avaient visé des sites et des entrepôts utilisés par les Brigades du Hezbollah ainsi que des bases d’entraînement servant à l’initiation aux « roquettes, missiles et drones ».

Depuis la mi-octobre, plus de 150 attaques de drones ou tirs de roquettes ont visé des soldats américains et ceux de la coalition internationale.

Ces attaques ont été revendiquées par la « Résistance islamique en Irak », nébuleuse de combattants issus des groupes armés pro-Iran.

Classées groupe « terroriste » par Washington et visées par des sanctions, les Brigades du Hezbollah ont déjà été ciblées ces dernières semaines par des bombardements. Le groupe a publiquement affiché sa participation et son soutien aux actions de la « Résistance islamique » irakienne, hostile à la présence militaire américaine en Irak et à Israël.

« Sécurité et stabilité »

Tard mardi, plusieurs « drones d’attaques » ont été lancés contre les troupes de la coalition internationale stationnées sur la base d’Aïn al-Assad, dans l’ouest de l’Irak, faisant « des blessés et des dégâts » selon un responsable militaire américain.

Samedi déjà, la base d’Aïn al-Assad avait été visée par plusieurs salves de missiles balistiques.

En représailles aux attaques contre son personnel militaire en Irak, Washington a déjà mené plusieurs frappes ces dernières semaines contre des groupes armés favorables à l’Iran dans le pays.

La situation oblige le Premier ministre irakien Mohamed Chia al-Soudani à se livrer à un délicat exercice d’équilibriste. Porté au pouvoir par une coalition de partis pro-Iran, il cherche aussi à préserver les liens stratégiques unissant Bagdad à Washington.

Le chef du gouvernement a plusieurs fois réitéré son appel pour le retrait de la coalition internationale, estimant que mettre un terme à la mission de ces troupes étrangères était « une nécessité pour la sécurité et la stabilité » de son pays.

Washington compte environ 2 500 soldats en Irak et près de 900 en Syrie engagés avec la coalition internationale lancée en 2014 pour combattre le groupe jihadiste Etat islamique (EI).

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.