Fureur après le renvoi d’une employée El Al ayant critiqué les Islandais Hatari
Rechercher

Fureur après le renvoi d’une employée El Al ayant critiqué les Islandais Hatari

Les critiques menacent de boycotter la compagnie aérienne qui a renvoyé une employée ayant publié, sur Facebook, le placement du groupe candidat à l'Eurovision dans l'avion

Le groupe représentant l'Islande, Hatari, tient des drapeaux palestiniens lors de l'Eurovision à Tel Aviv, le 10 mai 2019. (Capture d'écran YouTube)
Le groupe représentant l'Islande, Hatari, tient des drapeaux palestiniens lors de l'Eurovision à Tel Aviv, le 10 mai 2019. (Capture d'écran YouTube)

Le renvoi par El Al d’une employée à l’origine d’une publication Facebook critiquant le représentant de l’Eurovision a suscité des réactions enflammées et des menaces de boycott sur les réseaux sociaux.

Le groupe de steampunk, Hatari, s’est attiré les huées du public pendant la finale du concours, le mois dernier, parce qu’il a brandi des drapeaux palestiniens lors du décompte des votes.

Après l’événement, une publication issue d’un groupe Facebook El Al fermé est apparue. Un employé de la compagnie y divulguait le placement de la délégation islandaise dans l’avion, aux derniers rangs.

« Voilà comment la délégation islandaise sera traitée », a-t-elle écrit, laissant entendre que les places avaient été attribuées par vengeance du geste pro-palestinien.

Lorsque le groupe a découvert la publication à son retour en Islande, Hatari avait annoncé qu’il envisageait de déposer une réclamation auprès d’El Al.

Mardi, la Douzième chaîne révélait que l’employée avait été renvoyée.

Le militant de droite et rappeur The Shadow a immédiatement publié une vidéo de lui mettant feu à sa carte de fidélité El Al.

Le rappeur et militant de droite « The Shadow” s’est filmé en train de mettre feu à sa carte de voyageur El Al (Crédit : Douzième chaîne)

« Voilà ce que je pense d’El Al, et tous ceux qui en ont marre que l’État d’Israël soit humilié devraient en faire autant. Si vous ne réembauchez pas cette hôtesse de l’air, nous vous boycotterons. Nous avons déjà mis des entreprises à genoux, nous vous réserverons le même sort. »

Parmi les autres commentaires publiées sur la page Facebook d’El Al, on pouvait lire : « Honte à vous pour avoir renvoyé une hôtesse de l’air qui se soucie de la fierté nationale ! » et « Faites revenir l’hôtesse de l’air immédiatement ! ».

La Douzième chaîne a rapporté jeudi que l’hôtesse de l’air, qui n’a pas été identifiée, a assuré qu’elle travaillait encore pour la compagnie aérienne et qu’elle n’était pas au courant de l’agitation ambiante. « Je ne sais pas ce qu’il s’est passé. Je n’ai rien vu, rien entendu ».

Des sources au sein d’El Al ont néanmoins confirmé qu’elle avait été licenciée, mais que ce n’était pas lié aux places attribuées, dont elle n’est pas responsable, mais à la violation du règlement de la compagnie, car elle a photographié l’ordinateur d’El Al, divulguant ainsi des informations commerciales et contrevenant à la vie privée des passagers.

Le site d’information islandais mbl.is avait rapporté que le groupe avait obtenu les sièges du milieu aux trois derniers rangs de l’avion — un geste interprété comme une protestation de la partdes employés d’El Al.

Un Israélien, du nom de Daher Dahli, selon les médias islandais, avait affirmé sur les réseaux sociaux qu’il avait entendu le personnel au sol d’El Al se féliciter des sièges attribués et rapporté leurs propos : « Voilà ce qu’ils auront ».

Une photo d’un écran El Al affichant le placement dans l’avion de la délégation islandaise candidate à l’Eurovision, pour son vol retour au départ de Tel Aviv. (Crédit : capture écran / Douzième chaîne)

Le représentant de l’Islande avait suscité la controverse en Israël en jurant initialement d’utiliser l’Eurovision pour exposer « le visage de l’occupation ».

Les organisateurs de l’Eurovision avait réagi et rappelait que le concours ne devait pas être politisé.

Les prestations d’Hatari sur scène se sont finalement déroulées sans incident, si ce n’est les drapeaux palestiniens brandis lors du décompte des votes.

Après ce geste de protestation, un membre du groupe portant un masque en cuir a publié une vidéo en ligne sur laquelle on voit des agents de sécurité tenter de confisquer les drapeaux.

L’Union de diffusion européenne a dit l’exposition du drapeau allait à l’encontre de ses règles et que cela pouvait avoir des conséquences, selon Reuters.

Ces manifestations de solidarité n’ont néanmoins pas impressionné le mouvement de boycott palestinien, qui avait appelé les candidats de l’Eurovision à annuler leur venue en Israël. Il a ainsi fait savoir qu’il « rejette les gestes de solidarité insignifiants d’artistes internationaux qui ne respectent pas notre boycott pacifique ».

A lire : Bilan de l’Eurovision : Israël 12 points, le BDS éliminé

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...