G. Saar rencontre Netanyahu au lendemain d’une brouille en ligne avec le fils
Rechercher

G. Saar rencontre Netanyahu au lendemain d’une brouille en ligne avec le fils

Les deux rivaux du Likud ont discuté "des efforts autour d'un gouvernement d'unité" après le partage par Yair Netanyahu d'un tweet accusant Saar d'envisager de lâcher le Likud

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu serre la main de Gideon Saar (à droite) à son arrivée au centre du patrimoine Menachem Begin à Jérusalem, le 11 mars 2019. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu serre la main de Gideon Saar (à droite) à son arrivée au centre du patrimoine Menachem Begin à Jérusalem, le 11 mars 2019. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Benjamin Netanyahu a rencontré son rival en chef au sein du Likud, Gideon Saar, lundi, un jour après que le fils du Premier ministre a accusé Saar de mijoter une fuite de députés au profit d’un gouvernement dirigé par Benny Gantz.

Dans un bref communiqué publié à la suite de l’entrevue au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le Likud a indiqué que les discussions avaient porté sur « l’impasse politique et les efforts visant à établir un gouvernement d’unité nationale et empêcher un dangereux gouvernement minoritaire ».

Netanyahu a redoublé ses attaques contre la possibilité que Gantz forme un gouvernement minoritaire soutenu par les formations arabes de la Knesset et a été accusé de verser dans l’incitation et le racisme et de tenter de déclencher une guerre civile.

Gideon Saar est perçu comme le principal concurrent du chef du Likud pour prendre la tête du parti, et c’est le seul membre de la formation à avoir déclaré qu’il se présenterait contre Netanyahu en cas de primaires.

Des sources proches du Premier ministre ont par le passé reproché à Gideon Saar de tenter d’orchestrer un « coup d’État » contre ce dernier.

Samedi, le rebelle du parti au pouvoir a exprimé de rares critiques dans les rangs du Likud au sujet de la réaction israélienne aux roquettes tirées sur les localités proches de la bande de Gaza, estimant que les mesures contre les terroristes de l’enclave « devaient être bien plus sévères que celles qui ont été prises ».

Yair Netanyahu, fils du Premier ministre Benjamin Netanyahu, lors d’un événement électoral à Tel Aviv, le 18 septembre 2019. (Gili Yaari/Flash90)

Dimanche, le fils du chef du gouvernement, Yair Netanyahu, a partagé un tweet chargeant Saar de prévoir de quitter le Likud avec sept ou huit autres députés pour rejoindre le gouvernement Kakhol lavan.

Saar a riposté en tweetant que « des diffamations absurdes conspirationnistes me sont adressées depuis Balfour », faisant référence à la rue où se trouve la résidence du Premier ministre.

Lors d’une de ses auditions dans le cadre d’une affaire de corruption concernant son père, Yair Netanyahu aurait également assuré à la police que Gideon Saar avait violé l’une de ses secrétaires et acheté son silence. Un avocat de l’intéressé a déposé une requête pour accéder à cette partie du témoignage, expliquant à Avichai Mandelblit que le haut responsable du Likud voulait laver son nom et que l’accusation de viol était « un mensonge le concernant inventé de toutes pièces, une histoire qui n’a jamais eu lieu », avait rapporté la Douzième chaîne qui avait diffusé des retranscriptions de ces auditions.

En 2013, une rumeur avait laissé entendre que Saar entretenait une liaison avec une subordonnée et qu’il avait profité d’elle en utilisant sa position de supérieur hiérarchique, des rumeurs entraînées par une lettre qui avait été prétendument écrite par l’employée en question. La femme avait toutefois ultérieurement démenti l’avoir écrite et expliqué que ces bruits de couloir étaient infondés. L’enquête de la police sur cet éventuel cas de harcèlement sexuel avait été finalement close.

Le fils aîné du Premier ministre est connu pour son style direct et sans retenue. Militant de droite qui se fait entendre sur les réseaux sociaux, il a, par le passé, défendu son père et déclenché à plusieurs reprises des controverses par des déclarations incendiaires sur ces plateformes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...