Israël en guerre - Jour 148

Rechercher
Les victimes du 7 octobre

Gil et Inbar Buyum, 55 et 22 ans : un père et un fils qui ont voulu défendre Beeri

Tués alors qu'ils cherchaient à défendre le kibboutz Beeri de l’invasion du Hamas le 7 octobre

Gil Buyum (à gauche) et son fils, Inbar Buyum. (Autorisation)
Gil Buyum (à gauche) et son fils, Inbar Buyum. (Autorisation)

Gil Buyum, 55 ans, et son fils Inbar Buyum, dit Buri, 22 ans, ont tous deux été tués le 7 octobre alors qu’ils tentaient de repousser chacun de leur côté l’assaut du Hamas contre le kibboutz Beeri.

Après plusieurs jours d’incertitude sur leur sort, leurs corps ont finalement été retrouvés et ils ont été enterrés à Savyon le 17 octobre.

Ils laissent dans le deuil leur épouse et mère, Ayelet, et leurs enfants et frères et sœurs Omer, 20 ans, Anog, 18 ans et Adi, 16 ans. La sœur de Gil, Shiri Weiss, avait été kidnappée à Gaza avec sa fille Noga ; elles ont été libérées le 25 novembre. Le mari de Shiri, Ilan, a été porté disparu pendant près de trois mois avant d’être déclaré mort le 1er janvier. Gil laisse également dans le deuil sa mère, Tamar, et ses frères, Yaron et Lior.

En tant que membre de l’équipe de sécurité locale du kibboutz, Gil a été reconnu rétroactivement comme un soldat tombé au combat avec le grade d’adjudant.

Gil était chez lui lorsque l’attaque a démarré. Il a quitté son domicile pour lutter contre l’invasion terroriste. Son beau-frère, Ofer Revivo, a déclaré au New York Times que Gil « s’était battu avec eux et a réussi à en tuer quelques-uns, mais il a ensuite manqué de munitions ». Il a reçu deux balles dans les jambes et est décédé peu de temps après à la clinique du kibboutz.

Inbar se trouvait chez sa petite amie Yuval, dans la localité voisine de Mabuim, après avoir travaillé de nuit en tant qu’agent de sécurité à Ashkelon. Après avoir entendu ce qu’il se passait, il a décidé d’aller récupérer son arme sur son lieu de travail pour essayer de protéger la maison familiale à Beeri. Il s’est retrouvé pris dans une embuscade et a été tué en chemin. La famille pense qu’ils sont tous deux décédés à quelques minutes d’intervalle, dans deux endroits différents.

Gil, qui travaillait à l’imprimerie de Beeri, laisse le souvenir d’un père aimant et dévoué, qui aimait voyager en Israël et à l’étranger et qui était un grand fan de musique. Inbar, qui envisageait de démarrer des études de médecine après avoir été libéré mi-2023 de son service militaire – où il était ambulancier dans la brigade Golani – a été décrit comme un grand frère aimant, qui était également un grand fan de musique et de tatouages.

« Tout mon corps crie ‘pourquoi eux’, car ils étaient des anges », a déclaré Ayelet au New York Times. « Tous deux avaient la foi et un cœur pur. » Alors que son mari était membre de l’équipe de sécurité du kibboutz, son fils lui n’avait pas à se rendre en première ligne, a-t-elle noté, « mais ce n’est pas ce genre de personne… il a toujours voulu assurer la sécurité de ses amis et de sa famille ».

Dans une interview accordée à la Treizième chaîne, Ayelet a déclaré : « Je veux crier mon chagrin pour que les gens sachent qui étaient Gil et Inbar… Chaque soir, il me disait ‘Je t’aime’, jusqu’à sa dernière nuit », a-t-elle déclaré au sujet de son mari.

« Tout ce que nous voulions, il le faisait pour nous », a déclaré Anog, la fille de Gil, à la Treizième chaîne. « La moindre chose, même au milieu de la nuit, si quelque chose ne fonctionnait pas, il venait immédiatement nous aider. C’était un père parfait. »

La petite amie d’Inbar, Yuval Tal, a déclaré à la chaîne de télévision qu’« il était merveilleux, un peu timide, alors il m’a approché de manière timide. Nous avons tout de suite commencé à parler de nos tatouages et nous avons découvert que nous avions le même tatouage ».

Inbar « Inbar était un enfant qui était toujours au centre des choses. Il était fait ainsi, il était toujours celui qui écoutait – l’ami qui écoutait, l’ami qui soutenait », a raconté sa mère.

Son frère, Adi, a déclaré qu’il n’était pas surpris qu’Inbar avait décidé de protéger le kibboutz : « Ce sont les valeurs avec lesquelles ma mère et mon père nous ont élevés, tous nos frères et sœurs : y aller, aider autant que nous le pouvons, la famille, tout le monde – pour donner la priorité aux autres. »

Dans un message sur Facebook, Omer a écrit à son père et à son frère : « Gil et Inbar, le bien-aimé et l’adorable, ne se sont pas séparés dans la vie comme dans la mort. Vous êtes tous les deux sortis pour protéger et vous nous avez tous deux été enlevés à 7h30 – à des endroits différents mais ensemble. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.