Grèce : réunion de leaders pour défendre le « pluralisme » au Moyen-Orient
Rechercher

Grèce : réunion de leaders pour défendre le « pluralisme » au Moyen-Orient

Des dignitaires et des dirigeants politiques ont ouvert lundi à Athènes une réunion sur la promotion de la coexistence religieuse et culturelle

Nikos Kotzias en 2013 (Crédit : CC BY SA 3.0)
Nikos Kotzias en 2013 (Crédit : CC BY SA 3.0)

Des dignitaires chrétiens, juifs et musulmans et des dirigeants politiques ont ouvert lundi à Athènes une réunion sur la défense du « pluralisme religieux et culturel et de la coexistence pacifique au Moyen-Orient » organisée par le ministre grec des Affaires Étrangères.

Cette rencontre vise à promouvoir l’engagement des leaders religieux dans la défense des minorités religieuses, en particulier chrétiennes, au Moyen-Orient, et la promotion de la coexistence religieuse et culturelle, selon le ministère.

La conférence doit examiner « les modes de protection les plus pertinents des droits et des libertés fondamentales des différentes communautés religieuses et culturelles dans la région du Moyen-Orient », ajoute le ministère dans un communiqué.

Elle permettra aussi « d’engager un dialogue global et inclusif de tous les acteurs régionaux et internationaux, tout en mettant l’accent sur la crise humanitaire que vivent les populations des régions du Moyen-Orient ».

Les participants doivent aussi se pencher sur la crise migratoire et les moyens de soutenir les réfugiés.

Ouvrant les travaux, le ministre grec des Affaires étrangères Nikos Kotzias a mis en avant le rôle que peut jouer la Grèce au nom de ses « liens historiques et traditionnels très étroits » dans la région. Il a plaidé pour un effort supplémentaire de l’UE pour ramener la stabilité dans la région, et pour la sauvegarde « en particulier » de la stabilité en Egypte.

Les travaux réunissent jusqu’à mardi des dirigeants des Églises orthodoxes, dont le patriarche œcuménique Mgr Bartholomée et le chef du département des relations extérieures du patriarcat de Moscou, le métropolite Ilarion, le chef de la diplomatie du Vatican, Mgr Paul Richard Gallagher, et le grand rabbin David Rosen du Comité juif américain. Invité, le grand mufti du Caire n’est finalement pas venu.

Les ministres des Affaires étrangères égyptien, néerlandais et chypriote doivent aussi participer aux travaux.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...