Rechercher

Hadas Klein : Sara Netanyahu dessinait les bijoux qu’elle voulait en cadeau

Dans le procès pour corruption de l'ex-Premier ministre, cette témoin déterminante a raconté avoir caché des bouteilles de champagne pour les faire entrer chez Benjamin Netanyahu

Sara Netanyahu au cimetière militaire du Mont Herzl, à Jérusalem, le 16 juin 2021 (Olivier Fitoussi/Flash90 ).
Sara Netanyahu au cimetière militaire du Mont Herzl, à Jérusalem, le 16 juin 2021 (Olivier Fitoussi/Flash90 ).

Une témoin déterminante dans le procès pour corruption de l’ancien Premier ministre, chef actuel de l’opposition et leader de longue date du Likud, Benjamin Netanyahu, a déclaré lundi que l’épouse de ce dernier, Sara, dessinait les bijoux qu’elle voulait que le milliardaire australien James Packer lui achète.

Hadas Klein, assistante personnelle de Packer, a expliqué que Sara Netanyahu lui donnait les dessins de sorte qu’elle puisse aller les acheter.

Dans l’Affaire 1000, Netanyahu et sa famille sont accusés d’avoir reçu des cadeaux de luxe en échange de contreparties offertes aux deux milliardaires.

Klein était également l’assistante du producteur de Hollywood Arnon Milchan.

La témoin avait précédemment raconté à la barre comment elle avait servi d’intermédiaire dans la livraison de cigares et autres champagnes coûteux chez le couple Netanyahu, des produits qui, selon elles, n’étaient pas naturellement donnés par Milchan et Packer au nom d’une quelconque amitié mais qui étaient réclamés par l’ex-Premier ministre et par son épouse.

Klein avait déclaré qu’un autre assistant de Packer avait acheté un bracelet en diamant d’une valeur de 46 000 dollars à Sara Netanyahu, cette dernière ayant demandé « quelque chose de beau » à la veille de l’anniversaire de mariage du couple.

Amit Hadad, avocat de la défense de Netanyahu, a contesté la valeur des bijoux, lundi, présentant des reçus indiquant qu’elle était bien inférieure à ce que Klein pouvait affirmer.

Hadad a aussi dit que le témoignage apporté par Klein n’était pas exact en ce qui concernait la joaillerie où avaient été achetés les bijoux qui, selon l’avocat, avaient été trouvés à la Citadelle de David de Jérusalem et non au centre commercial Mamilla, comme l’assistante des deux magnats l’avait précédemment déclaré.

Cette dernière a reconnu qu’elle ne se souvenait « que partiellement » de ces achats, ce à quoi Hadad a répondu qu’elle confondait peut-être les cadeaux faits à l’épouse de l’ex-Premier ministre avec des cadeaux été offerts à quelqu’un d’autre. Klein a alors riposté que : « [Sara] Netanyahu dessinait ce qu’elle voulait sur un bout de papier, ça ne vous suffit pas ? »

Lors de l’audience de lundi, la témoin a aussi raconté qu’elle cachait des bouteilles de champagne dans des sacs noirs pour les emmener à la résidence de Césarée de Netanyahu pour éviter que les voisins ne les aperçoivent.

« Nous voir transportant des cartons et des bouteilles de champagne coûteux au Premier ministre – ça aurait fait vraiment mauvaise impression », a-t-elle commenté.

Hadas Klein arrive à une audience dans le procès contre l’ex-Premier ministre Benjamin Netanyahu à la Cour de district de Jérusalem, le 19 septembre 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Hadad, de son côté, a affirmé que Klein avait pris seule cette décision et que le couple Netanyahu ne lui avait jamais demandé de dissimuler les bouteilles.

L’acte de mise en examen qui a été émis dans le cadre de l’Affaire 1000 contre l’ancien Premier ministre accuse Netanyahu de s’être livré à des conflits d’intérêt en offrant son aide à Milchan lors du renouvellement du visa de résidence aux États-Unis de ce dernier. Il précise que cette aide – en plus des 700 000 shekels environ de cadeaux qui auraient été offerts à Netanyahu et à son épouse sous forme de cigares, champagne, bijoux et autres objets de luxe – est constitutive de fraude et d’abus de confiance.

En plus de l’Affaire 1000, Netanyahu doit répondre de fraude et d’abus de confiance dans deux autres dossiers et de pots-de-vin dans l’un d’entre eux. Il n’a cessé de clamer son innocence et il affirme, sans preuves, que les accusations ont été inventées de toutes pièces et qu’elles s’inscrivent dans une tentative du parquet et de ses rivaux politiques de mettre fin à sa carrière.

A LIRE – Etat d’Israël vs. Netanyahu : détails de l’acte d’accusation du Premier ministre

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...