Israël en guerre - Jour 228

Rechercher

Haïfa : Libération de la mère qui avait enfermé son bébé dans une cage

La Cour déclare que ses enfants pourront retourner sous sa garde ; des sources proches du parquet estiment qu'une mise en examen est improbable

Un bébé d'un an enfermé dans une cage métallique, trouvé par la police lors d'une opération de recherche de drogue dans un immeuble d'habitation à Haïfa, le 15 janvier 2023. (Crédit : Police israélienne)
Un bébé d'un an enfermé dans une cage métallique, trouvé par la police lors d'une opération de recherche de drogue dans un immeuble d'habitation à Haïfa, le 15 janvier 2023. (Crédit : Police israélienne)

La Cour des magistrats de Haïfa a ordonné, vendredi, la libération d’une femme qui avait été placée en détention lorsque la police avait retrouvé son tout jeune enfant enfermé dans une cage métallique, pendant une perquisition qui était effectuée dans un immeuble de cette ville du nord du pays. Les forces de l’ordre recherchaient alors des stupéfiants.

Cette initiative a été prise en accord avec la police. La femme avait été arrêtée dimanche pour enfermement, négligence et pour violences contre un jeune mineur.

Elle a été libérée sans condition et elle a récupéré la garde de ses enfants dans la foulée, ont indiqué les juges.

Le dossier n’a pas été clos mais il est improbable que la mère soit mise en examen par le ministère public, ont confié des sources à la station de radio Kan.

Dimanche dernier, la police avait retrouvé un petit garçon de 16 mois dans la cage, avec seulement un oreiller et un petit biberon. Les cinq frères et sœurs du bébé se trouvaient aussi dans l’appartement.

La mère, âgée de 35 ans, n’était pas présente lorsque les forces de l’ordre avaient fait cette découverte.

Les responsables des services sociaux de la ville avaient été appelés pour prendre en charge le tout-petit et le reste de sa fratrie.

« Comme je l’ai dit depuis dimanche, il n’y a pas pas d’élément criminel dans ce dossier. Et la recommandation faite par la police de libérer cette femme sans condition n’est pas une coïncidence. Cette recommandation parle d’elle-même », a estimé l’avocat de la femme, Daniel Dravitsky.

La sœur de la femme a dit à Kan qu’il n’y avait pas de fait de négligence et qu’elle n’avait placé l’enfant dans la cage que pendant quelques minutes, alors qu’elle était allée pendre son linge sur le toit. Elle a ajouté que sa mère voulait protéger le petit garçon « qui est vraiment agité et qui ne comprend encore rien ».

« Tous les enfants vont bien et il n’y a aucune négligence ici », a-t-elle poursuivi.

Pendant cette opération, la police a aussi arrêté deux hommes de 22 et de 27 ans dans un autre appartement de l’immeuble, après avoir trouvé ce qui serait de la méthamphétamine et du haschisch en très importante quantité.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.