Hamas : Israël applique l’accord de cessez-le-feu avec Gaza
Rechercher

Hamas : Israël applique l’accord de cessez-le-feu avec Gaza

Cette confirmation de l'organisation terroriste survient alors que la distribution des aides qataries pour les familles gazaouïes dans le besoin a accusé des retards

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Les Palestiniens reçoivent leur aide financière dans le cadre d'une aide de 480 millions de dollars allouée par le Qatar, dans un bureau de poste de la ville de Gaza, le 19 mai 2019. (Abed Rahim Khatib/Flash90)
Les Palestiniens reçoivent leur aide financière dans le cadre d'une aide de 480 millions de dollars allouée par le Qatar, dans un bureau de poste de la ville de Gaza, le 19 mai 2019. (Abed Rahim Khatib/Flash90)

L’organisation terroriste du Hamas, qui gouverne la bande de Gaza, a indiqué mercredi qu’Israël respectait les termes de l’accord de cessez-le-feu officieux conclu le mois dernier.

Dans un communiqué, le porte-parole du Hamas, Hazem Qassim, a fait savoir que des médiateurs avaient assuré au groupe qu’Israël appliquerait « un ensemble plus vaste » de concessions dans les jours suivants, dont l’autorisation du transfert d’aides financières dans la bande, le traitement de la crise de l’eau et de l’électricité, l’établissement de programmes d’emploi et « l’assouplissement des restrictions de mouvement des Gazaouis ».

Cette confirmation du respect d’Israël de ses obligations est survenu après la parution d’un article dans le quotidien libanais al-Akhbar, qui affirmait que Jérusalem empêchait le transfert de fonds qataris à environ 5000 familles gazaouies dans le besoin.

L’envoyé du Qatar à Gaza, Mohammed Al-Emadi, a réfuté cette information, indiquant que les retards étaient dus à une décision de consacrer l’argent à des projets de développement à la place.

Israël ne reconnaît pas officiellement l’accord de cessez-le-feu avec le Hamas et d’autres organisations de la bande conclu début mai après deux jours d’intenses combats.

Des roquettes lancées vers Israël depuis Gaza, le 5 mai 2019. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)

En vertu de cette trêve, le Hamas aurait accepté de mettre un terme aux incidents violents près de la barrière frontalière, en établissant une zone tampon à 300 mètres de la frontière ; de cesser le lancement de ballons incendiaires sur des communautés israéliennes et les affrontements nocturnes entre Gazaouis et forces de sécurité israéliennes ; et d’empêcher les flottilles tentant de violer le blocus naval de la bande.

En échange, Israël a consenti à autoriser le Qatar de distribuer de l’argent au territoire ; étendre la zone de pêche ; permettre la mise en place des programmes de versement d’espèces en échange de travail des Nations unies ; d’autoriser l’entrée d’aide humanitaire et médicale dans la bande ; et à entamer des négociations sur des sujets comme l’électricité, les poins de passage et les oins de santé.

Le Hamas a largement empêché les violences à la frontière, renvoyant et interpellant les émeutiers s’approchant trop près de la clôture, ainsi que les flottilles. Néanmoins, le flux de ballons incendiaires et de dispositifs explosifs n’a pas été interrompu au cours de ce mois et demi, et sont considérés par les analystes israéliens comme un outil de pression sur Israël pour le Hamas.

Un émeutier palestinien jette des pierres sur les soldats israéliens alors qu’une femme portant une tenue palestinienne traditionnelle agite un drapeau national près de la frontière avec Israël, à l’est de la ville de Gaza, le 10 mai 2019. (Photo par Said KHATIB / AFP)

Malgré les attaques incendiaires actuelles, l’État juif a également respecté l’accord de cessez-le-feu.

La compagnie nationale des eaux israélienne, Mekorot, a entamé des travaux de réhabilitation d’une canalisation pour Gaza, laquelle permettra l’arrivée d’une plus grande quantité d’eau potable dans l’enclave sous blocus, dont elle manque grandement.

Israël devrait également établir une nouvelle canalisation pour récupérer les eaux usées de Gaza qui se déversent sur le pays et les traiter côté israélien.

Une équipe d’ingénieurs israéliens a également visité la région en vue de la création d’une nouvelle ligne électrique d’Israël à Gaza.

Al-Emadi, qui assure régulièrement la liaison entre le Hamas, l’Autorité palestinienne et Israël au sujet de Gaza, est arrivé dans l’enclave dimanche via le passage d’Erez, la seule voie piétonne reliant l’État juif et la bande.Il a déclaré à la chaîne qatarie Al-Jazzera dimanche que 100 000 familles recevront chacune des paiements sous la forme d’un billet de 100 dollars

Le travail de construction d’une quatrième canalisation qui fera entrer de l’eau potable dans le centre de Gaza depuis le secteur du conseil régional d’Eshkol, dans le sud d’Israël, juin 2019 (Capture d’écran : YouTube)

Dans la bande de Gaza, 53 % des Palestiniens vivent dans la pauvreté, selon un rapport de juin 2018 des Nations unies. Selon l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine au Proche-Orient (UNRWA), la principale organisation qui fournit des services de santé, d’éducation et autres aux réfugiés palestiniens, 80 % dépendent de l’aide internationale.

La semaine dernière, des terroristes palestiniens de la bande de Gaza ont tiré deux roquettes sur le sud d’Israël. L’une a été interceptée par le système de défense Dôme de fer alors qu’elle se dirigeait vers la région d’Eshkol. La seconde a touché une école religieuse de Sderot, causant des dégâts matériels mais aucun blessé.

En réaction, l’armée israélienne a mené une série de frappes aériennes contre des cibles du Hamas dans le territoire gazaoui.

Adam Rasgon a contribué à cet article..

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...