Hamas : le présumé chef du terrorisme de la Cisjordanie nommé leader adjoint
Rechercher

Hamas : le présumé chef du terrorisme de la Cisjordanie nommé leader adjoint

Saleh al-Arouri, expulsé du Qatar en début d'année, servira sous Ismail Haniyeh dans le bureau politique du groupe terroriste

Saleh al-Arouri (Crédit : capture d'écran YouTube)
Saleh al-Arouri (Crédit : capture d'écran YouTube)

Le Hamas a annoncé jeudi que le haut commandant Saleh al-Arouri, qui, au cours des dernières années, a été chef des opérations de la Cisjordanie, sera nommé leader politique adjoint de l’organisation.

Arouri servira donc sous Ismail Haniyeh, qui a lui-même remplacé Khaled Meshaal à la tête du bureau politique du groupe en mai.

Arouri, qui a été jugé par Israël pour avoir planifié l’enlèvement et le meurtre de trois adolescents israéliens en 2014 en Cisjordanie, a été expulsé de Doha en juin avec d’autres responsables du Hamas en raison des pressions exercées par d’autres États arabes du Golfe.

Il se serait installé au Liban et a été vu publiquement à Beyrouth en août.

Le chef du Hamas, Ismail Haniyeh, en arrivant au passage transfrontalier de Rafah, en provenance d'Égypte après la réconciliation avec le mouvement Fatah négocié par les renseignements égyptiens, dans le sud de la bande de Gaza, le 19 septembre 2017 (Crédit : Abed Rahim Khatib / Flash90)
Le chef du Hamas, Ismail Haniyeh, en arrivant au passage transfrontalier de Rafah, en provenance d’Égypte après la réconciliation avec le mouvement Fatah négocié par les renseignements égyptiens, dans le sud de la bande de Gaza, le 19 septembre 2017 (Crédit : Abed Rahim Khatib / Flash90)

Le ministre de la Défense, Avigdor Liberman, a déclaré qu’Arouri continue de planifier des attaques terroristes contre Israël et qu’il a tenté de « renforcer les relations entre le Hamas et le Hezbollah » avec le soutien iranien.

Saleh al-Arouri, 2e à droite, responsable du Hamas, avec Hossein Amir Abdollahian, à droite, responsable iranien, et d'autres membres du Hamas à Beyrouth, au Liban, le 1er août 2017. (Crédit : autorisation)
Saleh al-Arouri, 2e à droite, responsable du Hamas, avec Hossein Amir Abdollahian, à droite, responsable iranien, et d’autres membres du Hamas à Beyrouth, au Liban, le 1er août 2017. (Crédit : autorisation)

Arouri a purgé plusieurs peines de prison dans les prisons israéliennes et a été libéré en mars 2010 dans le cadre de l’échange de prisonniers pour la libération de Gilad Shalit, un caporal de l’armée israélienne enlevé par le Hamas en 2006. Arouri a été impliqué dans la négociation de l’accord qui a permis la libération de plus de 1 000 prisonniers palestiniens des prisons israéliennes en échange de la libération de Shalit.

Il a opéré pendant plusieurs années depuis la Turquie à l’époque où les relations diplomatiques entre Jérusalem et Ankara étaient au plus bas, mais il a été obligé de partir lorsque les deux Etats se sont réconciliés en 2016. Il a ensuite déménagé au Qatar avant d’être expulsé en juin de cette année.

Les responsables israéliens des renseignements sont persuadés qu’Arouri a aidé à planifier l’enlèvement et le meurtre de trois adolescents israéliens de juin 2014 : Gil-ad Shaar, Eyal Yifrach et Naftali Fraenkel, ainsi que de nombreuses autres attaques.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...