Hapoalim signe des accords avec les centres financiers de Dubaï et d’Abou Dhabi
Rechercher

Hapoalim signe des accords avec les centres financiers de Dubaï et d’Abou Dhabi

Des accords "historiques" permettront au prêteur de faciliter l'accès des clients aux banques, aux investisseurs et aux entreprises technologiques relevant des centres DIFC et ADGM

Le directeur de la banque Hapoalim, Dov Kotler, avec Arif Amiri, directeur du Centre financier international de Dubaï  (DIFC), le 20 septembre 2020 (Autorisation)
Le directeur de la banque Hapoalim, Dov Kotler, avec Arif Amiri, directeur du Centre financier international de Dubaï (DIFC), le 20 septembre 2020 (Autorisation)

La banque israélienne Hapoalim Ltd. a déclaré dimanche avoir signé des accords « historiques » avec deux centres financiers des Émirats arabes unis, permettant au prêteur de donner à ses clients un accès plus facile au réseau de banques, d’investisseurs, de régulateurs et de sociétés technologiques qui font partie des centres financiers.

Hapoalim a déclaré avoir signé des protocoles d’accord avec l’Abu Dhabi Global Market (ADGM), un centre financier situé sur l’île d’Al Maryah dans la capitale des ÉAU, et avec le Dubai International Financial Center (DIFC).

Ces centres sont des zones économiques spéciales qui servent de centres financiers pour les marchés du Moyen-Orient, de l’Afrique et de l’Asie du Sud. Elles ont généralement leurs propres règles et système judiciaire indépendants et réglementés au niveau international, un cadre de droit commun, une bourse financière mondiale et un régime fiscal favorable. Les districts abritent des centaines d’institutions financières, y compris des fonds de patrimoine et des investisseurs privés ainsi que des multinationales.

Cette coopération permettra à la banque Hapoalim d’offrir à ses clients un accès plus facile aux Émirats arabes unis via le réseau d’entreprises des centres financiers, et donnera aux entrepreneurs du secteur des technologies financières l’accès aux programmes d’accélération gérés par ces centres, qui leur fourniront des bureaux ainsi que des connexions avec les banques et les institutions financières pour tester leurs technologies.

De droite à gauche : Steve Barnet, chef de la division du développement commercial de l’ADGM, Asaf Azulay et Karen Mazor, représentants de la Bank Hapoalim aux Émirats arabes unis, et Wai Lum, directeur exécutif principal des marchés des capitaux de l’ADGM.

L’ADGM a commencé ses activités en 2015 et a joué un rôle clé en faisant d’Abu Dhabi un centre financier mondial qui relie les économies en développement du Moyen-Orient, de l’Afrique et du sud de l’Asie au reste du monde. Plus de 3 000 organisations et institutions financières opèrent à partir du centre, y compris des organismes d’investissement et des start-ups. L’organisation a signé 116 accords de coopération avec des entités financières du monde entier.

Le DIFC, créé en 2004, a été le premier centre financier mis en place dans la région du Moyen-Orient, de l’Afrique et de l’Asie du Sud. Il compte 2 584 sociétés enregistrées opérant à partir de ce centre, parmi lesquelles des banques, des sociétés d’investissement et des bureaux juridiques, qui emploient 25 600 personnes.

L’accord permettra à la banque Hapoalim d’accéder aux opportunités bancaires et à la technologie financière au Moyen-Orient, en Afrique et en Asie du Sud (MEASA) depuis Dubaï, a déclaré le DIFC dans une déclaration séparée, ajoutant que les parties travailleront ensemble pour partager les connaissances, accueillir des délégations et promouvoir des événements industriels.

Dov Kotler, le PDG de la banque Hapoalim, s’exprimera lors d’une conférence sur les technologies financières à Abou Dhabi le 26 novembre, et la banque conduira une délégation commerciale à Dubaï en décembre. Dans le cadre de cette visite, les responsables de la banque et les représentants du DIFC se rencontreront pour finaliser les détails de la coopération.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...