Haut responsable de Tsahal : Nasrallah nous a demandé un cessez-le-feu
Rechercher

Haut responsable de Tsahal : Nasrallah nous a demandé un cessez-le-feu

Le chef du Hezbollah a demandé la fin des combats par l'intermédiaire du Premier ministre libanais Saad Hariri et des responsables français, égyptiens et américains

Un discours du chef du Hezbollah Hassan Nasrallah est retransmis sur un écran géant dans la banlieue sud de la capitale libanaise, le 31 août 2019. (Photo par ANWAR AMRO / AFP)
Un discours du chef du Hezbollah Hassan Nasrallah est retransmis sur un écran géant dans la banlieue sud de la capitale libanaise, le 31 août 2019. (Photo par ANWAR AMRO / AFP)

Un haut responsable de la défense israélienne affirme que l’escarmouche frontalière de dimanche s’est rapidement terminée parce que le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah a demandé à Israël de ne pas intensifier les combats, après que ses hommes ont lancé des missiles sur un poste frontière israélien et qu’Israël a répondu avec une centaine d’obus d’artillerie tirés sur des objectifs libanais.

Nasrallah a envoyé un message par l’intermédiaire de ses interlocuteurs, dont le Premier ministre libanais Saad Hariri et des responsables français, égyptiens et américains, selon lequel « du point de vue du Hezbollah, l’événement est terminé », a dit la source israélienne.

« Nous avons reçu le message de trois pays qui nous ont dit qu’il n’y avait aucune raison de répliquer », raconte l’officier de la défense. « Ils se sont adressés à nous. Pour nous, il était clair que du point de vue de Nasrallah, il était intéressé par la conclusion des combats, parce qu’il voulait y mettre fin tout en préservant sa dignité. Cela ne me dérange pas, d’après les calculs de Nasrallah, tant que nos efforts pour faire face aux menaces auxquelles nous sommes confrontés sont poursuivis. En fin de compte, le Hezbollah nous a envoyé un mot nous demandant d’arrêter ».

La source affirme également qu’Israël a modifié sa priorité stratégique, passant de la prévention de l’enracinement iranien en Syrie au démantèlement du programme de missiles de précision du Hezbollah, une décision prise il y a environ cinq mois par le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

« Nous avons changé l’ordre de priorité des menaces, parce que nous avons compris que nous ne pouvions pas tolérer les missiles de précision au Liban », a déclaré le responsable.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...