Israël en guerre - Jour 202

Rechercher

Herzog lance un nouvel appel au dialogue – en vain

Les députés de la coalition et de l'opposition sont pessimistes quant à ses derniers efforts pour parvenir à un accord de compromis

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Le président Isaac Herzog lors d'une cérémonie à la mémoire du président Shimon Peres, au cimetière du mont Herzl, à Jérusalem, le 6 septembre 2023. (Crédit : Arie Leib Abrams/Flash90)
Le président Isaac Herzog lors d'une cérémonie à la mémoire du président Shimon Peres, au cimetière du mont Herzl, à Jérusalem, le 6 septembre 2023. (Crédit : Arie Leib Abrams/Flash90)

Le président Isaac Herzog a encore exhorté mercredi les dirigeants politiques à engager un dialogue pour mettre fin à ce qu’il a appelé une crise « constitutionnelle aiguë » qui secoue la société, car, a-t-il dit, c’est ce que souhaite la majorité de l’opinion publique.

Herzog s’est exprimé lors d’une cérémonie à la mémoire de l’ancien président Shimon Peres, qui s’est tenue au cimetière national du mont Herzl, à Jérusalem.

Les propos du président sont intervenues après qu’il eut élaboré, en début de semaine, une proposition-cadre devant servir de base aux discussions entre la coalition et l’opposition sur le projet controversé de la première de remanier en profondeur le système judiciaire.

Ce projet de refonte fait l’objet de plusieurs mois de protestations de masse et de mises en garde de la part de personnalités du monde économique et juridique, qui estiment qu’il nuira au pays. Les opposants ont organisé des manifestations hebdomadaires et des grèves, tandis que des milliers de soldats de réserve ont déclaré qu’ils cesseraient d’exercer leurs fonctions si la législation relative à ce projet se poursuivait.

« L’État d’Israël traverse depuis près de neuf mois une crise constitutionnelle et sociétale aiguë qui ébranle très dangereusement la société, l’économie et surtout la sécurité de l’État d’Israël », a déclaré Herzog.

Faisant part de sa « profonde inquiétude et de sa grande préoccupation », il a souligné que « nous devons résoudre la crise difficile et dangereuse entre les branches du pouvoir et déterminer l’équilibre sain et correct entre elles ».

Des dizaines de milliers de manifestants protestant contre la loi de refonte judiciaire du gouvernement, à Tel Aviv, le 22 juillet 2023. (Crédit : Gilad Furst)

« Il n’y a pas de solution sans dialogue, sans écoute et sans respect. Nous devons comprendre que si un camp gagne et que l’autre se rend, nous sommes tous perdants. »

« Chacun doit réfléchir attentivement aux conséquences de ses actes », a poursuivi Herzog. « Je lance à nouveau un appel aux élus : il est temps de faire preuve de responsabilité, de regarder la réalité en face et d’agir par tous les moyens pour parvenir à un large consensus. »

Exhortant les dirigeants à « tendre la main », il a déclaré que « la grande majorité de la population souhaite mettre fin à cette crise, écarter cette controverse de l’ordre du jour et commencer à travailler ensemble sur les choses vraiment importantes ».

Herzog a également semblé évoquer un point critique imminent, lorsque la Haute Cour de justice examinera les recours déposés contre la loi du groupe « caractère raisonnable » récemment adoptée. Si la Cour invalidait la législation – un amendement à une Loi fondamentale quasi-constitutionnelle – mais que le gouvernement refusait de se conformer à la décision, cela créerait une crise constitutionnelle sans précédent.

« La société israélienne et la démocratie israélienne doivent être préservées, sur la base de l’État de droit, ce qui inclut bien sûr l’obéissance totale aux décisions de la Cour », a déclaré Herzog.

Tsvia Walden, la fille de Peres, a pris la parole lors de la cérémonie commémorative, rappelant que son père avait craint une guerre civile en Israël, tout en restant convaincu qu’elle ne pourrait jamais se produire.

« Il n’imaginait pas qu’il y aurait un discours condescendant sur le séparatisme dans notre pays. Il n’avait pas imaginé que les relations en notre sein se détérioreraient à ce point », a déclaré Walden.

La petite-fille de Peres, Mika Almog, actrice et scénariste, a également protesté silencieusement contre le gouvernement en brandissant une banderole sur laquelle on pouvait lire : « Je fais aussi campagne pour toi, grand-père. »

Almog portait un tee-shirt avec le slogan « La démocratie ne souffre aucun compromis ».

Auparavant, les législateurs de la coalition et de l’opposition avaient réagi de manière pessimiste à la dernière proposition de compromis de Herzog, les deux parties s’accusant mutuellement de ne pas être prêtes à résoudre la crise politique.

Mardi, le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait lancé un appel public au chef du parti d’opposition HaMahane HaMamlahti, le député Benny Gantz, l’implorant de négocier. Gantz a répondu lors d’une conférence de presse au cours de laquelle il s’est dit ouvert à un compromis, mais a qualifié l’appel du Premier ministre de « pirouette ».

S’exprimant à la station de radio 103 FM mercredi, le député Danny Danon (Likud) a attaqué Gantz, affirmant qu’il n’avait pas répondu aux attentes. « Nous attendions plus d’ouverture de la part de Gantz, il a été décevant », a-t-il déclaré. « La bonne chose à faire est de négocier, pas de s’adresser aux médias. »

Cependant, le député Alon Schuster (HaMahane HaMamlahti) a déclaré à la chaîne : « Je ne crois pas Netanyahu. » « Il y a quelque chose à discuter, mais il n’y a personne à qui s’adresser à ce stade », a-t-il déclaré.

Le député du Likud Danny Danon, à la Knesset, à Jérusalem, le 13 décembre 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le député Simcha Rothman, membre du parti d’extrême-droite HaTzionout HaDatit, qui souhaite mettre en œuvre la refonte sans compromis, a publié une déclaration vidéo dans laquelle il réaffirme la nécessité de réformer le système judiciaire, affirmant que cette mesure est nécessaire pour préserver la démocratie.

« Si le tribunal décide de toutes les questions, nous ne serons pas un pays démocratique », a déclaré Rothman, en faisant référence aux éléments de la refonte qui réduiraient considérablement le contrôle judiciaire. Les opposants, qui ont lancé des mois de protestations de masse, soutiennent que le projet priverait la Cour de son pouvoir de contrôle de l’exécutif, érodant dangereusement les fondements démocratiques d’Israël.

Des sources au sein du parti de la coalition Otzma Yehudit ont déclaré à Walla que le parti d’extrême-droite considérait le cadre proposé comme « une honte » représentant une « capitulation sur tout ce que la coalition » s’efforce d’obtenir dans le cadre de la refonte.

« Il s’agit d’une capitulation totale et il est clair que tous les membres d’Otzma Yehudit voteront contre une telle proposition à la Knesset », a déclaré une source. « Nous espérons que le Likud reviendra à la raison, car [sinon] cela signifie se rendre aux menaces, aux pressions et aux refus. »

La cheffe du parti Avoda, la députée Merav Michaeli, a déclaré à la radio North 104.5 FM qu’elle s’opposait à la négociation avec le gouvernement.

« J’étais d’avis que c’était une erreur de tenir des discussions avec eux dès le début. Ils [les partis d’opposition] sont allés aux discussions et Netanyahu les a trompés », a-t-elle déclaré, faisant référence au premier cycle de négociations qui a échoué au début de l’année.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.