Hotovely : Le sud de Tel Aviv est en proie au « terrorisme des migrants »
Rechercher

Hotovely : Le sud de Tel Aviv est en proie au « terrorisme des migrants »

Lors d'une réunion très animée à la Knesset, le ministère de l'Intérieur a été interpellé sur sa politique concernant les demandes d'asile des Africains

Des demandeurs d'asile africains et des activistes pour les droits de l’Homme protestent contre les expulsions devant l'ambassade du Rwanda à Herzliya, le 7 février 2018 (Miriam Alster / Flash90)
Des demandeurs d'asile africains et des activistes pour les droits de l’Homme protestent contre les expulsions devant l'ambassade du Rwanda à Herzliya, le 7 février 2018 (Miriam Alster / Flash90)

Tel Aviv Sud vit sous le « règne du terrorisme des migrants illégaux », a accusé lundi la vice-ministre des Affaires étrangères Tzipi Hotovely (Likud) lors d’une réunion orageuse du Comité de contrôle de la Knesset sur la question des demandeurs d’asile africains.

La présidente du comité, Shelly Yachimovich (Union sioniste), a contesté la décision du conseiller juridique de l’État en réponse à la décision du tribunal de jeudi, selon laquelle les Érythréens fuyant le service militaire devraient bénéficier du statut de réfugié. Roy Shondorf, le conseiller juridique adjoint, a déclaré qu’ils étudiaient encore la décision pour déterminer la réponse de l’État.

« Je ne pense pas qu’il y aura des expulsions quand elles sont censées avoir lieu, et j’espère que les expulsions n’auront jamais lieu », a déclaré Yachimovich.

Il y a environ 38 000 migrants et demandeurs d’asile africains en Israël, selon le ministère de l’Intérieur. Environ 72 % sont érythréens et 20 % sont soudanais. La grande majorité est arrivée entre 2006 et 2012. Une loi approuvée par la Knesset en décembre stipule que le ministère de l’Intérieur expulsera les demandeurs d’asile au Rwanda et en Ouganda à partir du mois de mars.

Selon les rapports, le gouvernement compte expulser 600 demandeurs d’asile par mois pour la première année.

Les personnes ayant des demandes d’asile ouvertes ne peuvent pas être expulsées avant que les demandes ne soient réglées. Actuellement, les femmes et les enfants ne sont pas non plus menacés d’expulsion. Un demandeur d’asile qui refuse l’expulsion sera emprisonné pour une durée indéterminée dans la prison de Saharonim.

Les gardes de sécurité ont dû évacuer un certain nombre de résidents israéliens en colère du sud de Tel Aviv de la discussion de lundi à la Knesset pour avoir hurlé leur colère contre Yachimovich et les demandeurs d’asile érythréens qui se sont exprimés devant le comité.

Yossi Edelstein, chef de la police et des affaires étrangères à l’Autorité de l’immigration et des frontières, a déclaré que le ministère de l’Intérieur est toujours en train de déterminer comment la décision de jeudi affectera les Erythréens qui ont demandé l’asile.

Il n’a pas non plus statué sur le sort des quelque 2 000 personnes qui ont demandé l’asile après la date limite du 1er janvier 2018. Auparavant, la PIBA [Population Immigration and Borders Authority] avait déclaré qu’elle ne tiendrait compte que des demandes d’asile déposées avant le 1er janvier.

La discussion s’est concentrée sur le processus de demande du statut de demandeur d’asile, qui a été mal organisée et truffée de fausses informations, selon la députée Michal Rozin (Meretz). Jusqu’en 2013, les demandeurs d’asile érythréens et soudanais bénéficiaient d’une protection collective et n’étaient pas tenus de déposer une demande d’asile. Depuis que la politique a changé en 2013, les organisations ont eu du mal à transmettre cette information aux communautés de demandeurs d’asile.

La députée Meretz Michal Rozin réagit lors de la réunion du Comité des Affaires Intérieures concernant l’expulsion des demandeurs d’asile africains à la Knesset le 29 janvier 2018. (Alster/Flash90)

Le dépôt d’une demande d’asile est également très difficile, obligeant les demandeurs d’asile à faire la queue pendant la nuit, parfois plusieurs nuits d’affilée.

Hotovely a défendu la gestion de la situation par le gouvernement.

« Israël fait de son mieux, nous sommes un petit pays et nous ne pouvons pas absorber de grandes vagues d’immigration », a déclaré Hotovely.

« Comme toute nation souveraine, nous devons décider qui peut entrer et sortir. Je n’hésite pas à dire que le sud de Tel Aviv est terrorisé par des infiltrés qui font grimper les taux de criminalité et de harcèlement sexuel et rendent les rues dangereuses pour les Israéliens. »

Rozin a également contesté l’affirmation du ministère de l’Intérieur selon laquelle il assure le suivi des demandeurs d’asile expulsés au Rwanda et en Ouganda.

« Je ne peux pas retourner en Érythrée, je me suis enfui parce que j’ai été emprisonné après avoir tenté d’échapper à l’armée », a déclaré au comité Michael Teklit, ancien coureur national de longue distance pour l’Érythrée et présent en Israël depuis 2007.

« Cette nouvelle décision [de justice] me donne de l’espoir, mais 90 % de mes amis n’ont pas pu demander l’asile. Ils ont essayé, mais les bureaux sont toujours fermés. Personne ne nous a parlé de la date limite du 1er janvier 2018. »

Des demandeurs d’asile africains attendent pendant des heures à l’extérieur pour tenter de déposer leur demande d’asile au bureau de l’Autorité de l’immigration, de la population et des frontières à Bnei Brak, Israël, le 13 février 2018. (Miriam Alster/Flash90)

Yachimovich a demandé au ministère de l’Intérieur d’expliquer pourquoi les taux israéliens d’approbation des demandes d’asile sont si loin derrière les taux internationaux.

L’Union européenne a reconnu les demandes d’asile de 90 % des Erythréens qui demandent le statut de réfugié et de 56 % des Soudanais, selon l’European Stability Institute. Israël a reconnu le statut de réfugié pour un Soudanais et 10 Erythréens, sur des milliers de demandes d’asile, soit un taux d’acceptation de 0,056 %, selon la Hotline des Refugees and Migrant Workers.

Le statut de réfugié est un statut juridique reconnu qui permet aux personnes d’obtenir certains droits qui varient en fonction du pays d’accueil, y compris les permis de travail, l’assurance maladie, l’éducation des enfants, l’aide au logement et les cours de langue.

Entre 2009 et 2017, 15 400 personnes ont ouvert des dossiers de demande d’asile au bureau de la PIBA. Israël a refusé le statut de demandeur d’asile à 6 600 personnes et 8 800 demandes d’asile sont toujours ouvertes.

L’extérieur de la nouvelle gare routière centrale de Tel Aviv. (Wikimedia/Roi Boshi)

Environ 600 avis d’expulsion ont déjà été distribués, 200 à des Erythréens dans le centre de détention pour migrants du sud, Holot, et 400 à des demandeurs d’asile par ailleurs.

L’activiste Shula Keshet, qui est née et a grandi dans le quartier Neve Shaanan de Tel Aviv, a accusé les politiciens d' »utiliser cyniquement la souffrance du sud de Tel Aviv » pour leur propre intérêt politique.

« Je peux aussi parler de règne de la terreur, mais aussi du gouvernement israélien contre le sud de Tel Aviv. Si vous vous inquiétez tant pour nous, pourquoi donner des millions à Koby Maimon pour continuer à exploiter la gare routière ? » demanda-t-elle. « Toute la pollution de l’air, toute la prostitution, tout le trafic de drogue, tout vient de la gare routière ».

« C’est le véritable cancer dans notre corps », a-t-elle dit, faisant allusion au ministre de la Culture Miri Regev, qui en 2012 a qualifié les Africains du sud de Tel Aviv de « cancer dans notre corps ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...