Iran : interdiction d’un quotidien après un article sur la visite d’Assad
Rechercher

Iran : interdiction d’un quotidien après un article sur la visite d’Assad

Le site internet de Ghanoon a taxé le président syrien d'"Invité Indésirable" ; il s'agit de la troisième interdiction du journal en un an

Sur cette photo diffusée par l'agence de presse syrienne SANA, le président Bashar Assad, à gauche, parle avec le  chef suprême iranien, l'Ayatollah Ali Khamenei, pendant leur rencontre à Téhéran, le 25 février 2019 (Crédit :  SANA via AP)
Sur cette photo diffusée par l'agence de presse syrienne SANA, le président Bashar Assad, à gauche, parle avec le chef suprême iranien, l'Ayatollah Ali Khamenei, pendant leur rencontre à Téhéran, le 25 février 2019 (Crédit : SANA via AP)

Les autorités iraniennes ont interdit mardi la parution d’un quotidien réformiste ayant publié un article sur la rencontre la veille, à Téhéran, du président syrien Bachar al-Assad avec le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, a rapporté l’agence semi-officielle Isna.

« Le quotidien Ghanoon a reçu une notification et sa publication a été stoppée à cause de son titre (en une) mardi », a indiqué Isna sans plus de précisions sur le titre en question.

La notification, remise à la direction du journal par le tribunal de la culture et des médias de Téhéran, précise que Ghanoon sera « temporairement interdit », ajoute Isna.

Le site internet de Ghanoon a publié l’article sous le titre « L’invité Indésirable ».

L’article est accompagné d’une photo de l’accolade entre le guide suprême et le président Assad, qui a été publiée par d’autres journaux iraniens.

Sur cette photo diffusée par l’agence de presse syrienne SANA, le président Bashar Assad, à gauche, serre la main du chef suprême iranien, l’Ayatollah Ali Khamenei, avant leur rencontre à Téhéran, le 25 février 2019 (Crédit : SANA via AP)

Le président syrien a rencontré lundi à Téhéran l’ayatollah Khamenei et le président Hassan Rohani, au cours d’un rare déplacement à l’étranger et sa première visite en Iran depuis le début 2011 du conflit en Syrie, où Téhéran soutient le régime.

Le quotidien Ghanoon a été interdit à deux reprises ces dernières années. Une fois pour une caricature jugée « offensante à l’égard d’organisations gouvernementales » et une seconde pour un article sur les prisons iraniennes intitulé « Vingt-quatre heures maudites », selon l’agence Tasnim.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...