Rechercher

Isaac Herzog condamne le Board of Deputies anglais pour l’accueil réservé à Smotrich

Défendant le député du parti d'extrême-droite, le président israélien a estimé que les paroles de l'organisation britanniques avaient été "profondément insultantes" et clivantes

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Le président Isaac Herzog s'exprime pendant la conférence de BSheva à Jérusalem, le 7 février 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Le président Isaac Herzog s'exprime pendant la conférence de BSheva à Jérusalem, le 7 février 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Le président Isaac Herzog a dénoncé, lundi, l’organisation-cadre des communautés juives britanniques, le Board of Deputies, qui s’en était pris avec férocité au député d’extrême-droite Bezalel Smotrich dans un tweet, au début du mois – qualifiant la publication de « profondément insultante » pour le parlementaire.

« J’ai trouvé les Tweets en anglais et en hébreu écrits au sujet du député Smotrich, il y a quelques semaines, profondément inappropriés. La version en hébreu était franchement insultante et elle m’a mis très mal à l’aise », a déclaré Herzog qui s’exprimait devant les membres du bureau des gouverneurs de l’Agence juive à Jérusalem.

Le 9 février, Smotrich s’était rendu au Royaume-Uni pour y rencontrer un certain nombre de groupes juifs, dans le but de dénoncer le projet du gouvernement de réformer la conversion au Judaïsme en enlevant le monopole du grand-rabbinat sur ce processus.

En réponse à ce déplacement, le Board of Deputies avait émis un rare tweet en hébreu, condamnant le législateur d’extrême-droite, qui a régulièrement tenu des propos homophobes, anti-arabes et défavorables aux Juifs réformés – qui, selon lui, pratiquaient une « fausse religion ». Dans la publication parue sur le réseau social, l’organisation avait fait savoir qu’elle rejetait « les points de vue abominables et l’idéologie haineuse de Bezalel Smotrich. »

Elle appelait également « tous les membres de la communauté juive britannique à lui montrer la porte », ajoutant que le parlementaire devait « rester dans les mémoires comme ce qu’il est : une ignominie ».

Smotrich, de son côté, avait qualifié en riposte le Board of Deputies, l’une des plus grandes communautés juives de Grande-Bretagne, de « petit » groupe » dont l’objectif, selon lui, était « de le réduire au silence ».

Dans son allocution, Herzog a salué Smotrich en disant qu’il était « ouvert à un dialogue sincère avec de nombreuses communautés juives qui ont pourtant des valeurs et un agenda substantiellement différents » des siens.

Le chef du Parti sioniste religieux Bezalel Smotrich, (à gauche), et Itamar Ben Gvir du parti d’extrême droite Otzma Yehudit lors d’une tournée de campagne électorale au marché Mahane Yehuda à Jérusalem, le 19 mars 2021, quatre jours avant les élections générales. (Yonatan Sindel/Flash90)

Le président a estimé que les propos du Board of Deputies étaient « clivants », ajoutant que les communautés juives qui vivent hors des frontières israéliennes ne pouvaient pas s’attendre à être traitées avec dignité si elles-mêmes ne le faisaient pas.

« Je sais que ce message a été partagé sur Twitter et qu’il a été applaudi. Mais maintenant – qu’avons-nous gagné ? Le fossé [entre Israël et les communautés juives à l’étranger] s’est encore creusé », a dit Herzog.

Le président a appelé le Board of Deputies à « inviter Bezalel Smotrich pour discuter avec lui. Faites entendre votre souffrance, exprimez vos points de vue et vos réserves. Protestez et débattez. Mais faites-le au cours d’un dialogue en face à face. Nous ne pouvons pas nous permettre qu’il y ait de nouvelles divisions parmi le peuple juif. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...