Islande: une commission parlementaire contre l’interdiction de la circoncision
Rechercher

Islande: une commission parlementaire contre l’interdiction de la circoncision

Selon les organisations juives, il est improbable que la mesure soit soumise au vote, la députée à l'origine de la loi espère qu'elle sera de nouveau soulevée après l'ajournement

Photo d'illustration d'une circoncision rituelle (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Photo d'illustration d'une circoncision rituelle (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Une commission juridique du Parlement islandais a recommandé l’abandon d’un projet de loi qui interdirait la circoncision non médicale des garçons.

Les parlementaires de quatre partis ont soumis la mesure au vote en mars dans l’attente d’un examen par le Comité des affaires juridiques et de l’éducation, a rapporté jeudi le site d’information local Visir.

Alors que le Parlement est sur le point de suspendre ses travaux cette semaine, les organisations juives qui s’opposent à la mesure d’interdiction ont déclaré qu’il était très improbable que cette mesure soit soumise au vote, surtout après la recommandation du comité.

Cependant, la députée à l’origine de la loi, Silja Dögg Gunnarsdóttir, a exprimé l’espoir que sa mesure sera de nouveau soulevée après l’ajournement.

Le projet de loi, qui qualifie la coutume juive et musulmane de cruelle et dangereuse, ferait de l’Islande le seul pays européen où la circoncision non médicale des garçons de moins de 18 ans est illégale. Dans toute l’Europe, la coutume est attaquée par les libéraux qui la considèrent comme une violation des droits de l’enfant et les nationalistes qui affirment qu’elle est étrangère à la culture européenne.

Maison du Parlement, Reykjavik, Islande. (Education Images/UIG via Getty Images via JTA)

Au cours des dernières semaines, des organisations juives internationales ont exercé des pressions intenses auprès des autorités et des législateurs islandais pour que le projet de loi soit abandonné. Elles soutiennent qu’une interdiction de la circoncision constituerait une condamnation à mort pour la vie de la communauté juive en Islande, où vivent 200 Juifs, et créerait un précédent pour les tentatives faites ailleurs pour interdire la circoncision et ainsi mettre en danger les libertés religieuses.

Le président de l’Association juive européenne, le rabbin Menachem Margolin, a salué cette semaine la recommandation de la commission des affaires juridiques dans un communiqué publié vendredi.

« Je me félicite de la disparition de ce qui était un projet de loi discriminatoire, inutile et fondamentalement anti-juif », a-t-il déclaré, affirmant que la législation « cherchait à criminaliser une religion entière ».

« Bien que nous nous félicitons de cette nouvelle, nous devons rester vigilants. D’après notre expérience, les projets de loi comme celui-ci ne sont pas isolés, mais représentent une idée qui ne connaît pas de frontières », a ajouté le rabbin Margolin.

L’Orthodox Union américaine, qui a contribué à faire pression contre le projet de loi, a également salué l’évolution récente de la situation en Islande.

« Nous sommes extrêmement heureux que les membres du gouvernement islandais aient entendu nos préoccupations, compris l’importance de cette question et réagi en conséquence », a déclaré le groupe.

La semaine dernière, des responsables de l’Agence gouvernementale islandaise pour la protection de l’enfance – un organe consultatif dont la politique est indépendante du gouvernement – ont déclaré ne pas vouloir soutenir le projet de loi s’il est soumis à un vote.

Par ailleurs, au Danemark, une pétition en faveur de l’interdiction de la circoncision a reçu 90 % de son objectif de 50 000 signatures. Une fois ce nombre atteint, la pétition sera soumise au vote d’un projet de résolution au Parlement. Les organisateurs de la pétition ont jusqu’au mois d’août pour recueillir les signatures nécessaires.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...