Rechercher

« Qu’ils aillent se faire voir »: Korniychuk dénonce la « convocation » israélienne

L'ambassadeur ukrainien a exprimé sa colère face aux barrières imposées aux citoyens qui tentent d'entrer en Israël et sa déception face au récent vote des Nations unies

Lazar Berman est le correspondant diplomatique du Times of Israël

L'ambassadeur ukrainien en Israël, Yevgen Korniychuk, lors d'une déclaration aux médias à Tel Aviv, le 11 mars 2022. (Crédit : Avshalom Sassoni‎‏/Flash90)
L'ambassadeur ukrainien en Israël, Yevgen Korniychuk, lors d'une déclaration aux médias à Tel Aviv, le 11 mars 2022. (Crédit : Avshalom Sassoni‎‏/Flash90)

L’envoyé de l’Ukraine en Israël a condamné mardi les restrictions imposées par ce pays à l’entrée des Ukrainiens dans le pays, lors d’une réunion au ministère des Affaires étrangères. Les responsables des deux pays se sont rencontrés dans un contexte de tensions croissantes entre les pays à propos de la guerre en Europe.

Utilisant un langage étonnamment peu diplomatique avant la réunion, l’ambassadeur de Kiev, Yevgen Korniychuk, a répondu au ministère des Affaires étrangères, qui a déclaré qu’il avait été « convoqué », par une réplique furieuse : « Qu’ils aillent se faire voir. Ils peuvent dire ce qu’ils veulent ».

Dans un message publié sur Facebook après la réunion avec les hauts diplomates israéliens, Korniychuk a déclaré qu’il avait « transmis l’indignation de la partie ukrainienne concernant la pratique bien ancrée consistant à refuser de manière injustifiée aux citoyens ukrainiens l’entrée sur le territoire d’Israël. »

L’envoyé a ajouté que Kiev considère les obstacles à l’entrée comme « une mesure hostile ».

Les hauts responsables ukrainiens se sont montrés très critiques à l’égard de la décision de la ministre de l’Intérieur Ayelet Shaked de plafonner le nombre de réfugiés ukrainiens autorisés à entrer dans le pays, décision annulée en juillet par la Haute Cour. Mais les Ukrainiens sont toujours refoulés à l’aéroport en Israël.

« Lorsque le conflit a commencé, de nombreux pays européens ont annulé toutes les restrictions de voyage pour les réfugiés ukrainiens et les ont aidés, etcetera. Israël a fait le contraire. Israël a violé l’accord et a imposé des restrictions de visa à notre entrée dans le pays », a déclaré le ministre de la défense Oleksii Reznikov en octobre.

Selon la réglementation en vigueur, les Ukrainiens n’ont pas besoin de visa pour une visite de trois mois maximum en Israël.

Des immigrants juifs fuyant les zones de guerre de l’Ukraine à leur arrivée à l’aéroport Ben Gurion, près de Tel Aviv, le 15 mars 2022. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Korniychuk a également exprimé sa déception quant à l’abstention d’Israël lors du vote de lundi à l’ONU sur le paiement des réparations russes à l’Ukraine.

Simona Halperin, la cheffe de la division Euro – Asie du ministère des Affaires étrangères, et Amir Weissbrod, chef de la division ONU et organisations internationales, lui ont fait part de la déception d’Israël suite au vote de l’Ukraine en faveur d’une résolution contre Israël à l’ONU vendredi.

La Quatrième Commission de l’ONU a approuvé une résolution visant à demander à la Cour internationale de justice de se prononcer « de toute urgence » sur le conflit israélo-palestinien et « l’annexion » israélienne.

L’Ukraine et la Russie ont toutes deux voté en faveur de cette résolution. L’abstention d’Israël lors du vote sur les réparations a été perçue comme une réponse à cela.

« Il a été clairement indiqué à l’ambassadeur que ce comportement ne reflète pas les relations entre des États amis, qui partagent des valeurs, notamment au vu du soutien qu’Israël apporte à l’Ukraine dans une série de résolutions importantes de l’ONU et dans le cadre d’une large aide humanitaire », selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères publié après la rencontre avec Yevgen Korniychuk.

Les Israéliens ont également exprimé leur espoir de voir Kiev changer de position lorsque la résolution sera examinée par l’Assemblée générale en décembre.

Convocation, réprimande ou réunion ?

Les deux parties ont insisté sur le fait que la conversation au ministère des Affaires étrangères n’était pas une réprimande d’aucune sorte, malgré les informations indiquant le contraire.

« Nous allons exposer notre position. Il exposera sa position », a déclaré Yossi Zilberman, porte-parole adjoint du ministère des Affaires étrangères, au Times of Israel avant la réunion.

« Il s’agit d’une réunion diplomatique régulière », a-t-il assuré.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...