Israël condamne Assad pour l’attaque sur l’avion russe
Rechercher
Eizenkot a exprimé ses condoléances aux proches des Russes

Israël condamne Assad pour l’attaque sur l’avion russe

Le ministre de la Défense a affirmé qu’il comprenait la colère initiale de Moscou à l’égard d’Israël, mais que la Syrie "irresponsable" d’Assad en était responsable

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Un avion militaire russe Ilyushin IL-20 atterrit sur la base aérienne de Kubinka, le 3 juin 2011. (Crédit :  Artyom Anikeev/iStock/Getty Images)
Un avion militaire russe Ilyushin IL-20 atterrit sur la base aérienne de Kubinka, le 3 juin 2011. (Crédit : Artyom Anikeev/iStock/Getty Images)

Le ministre de la Défense Avigdor Liberman a accusé jeudi les opérateurs de défense aérienne syrienne d’être « irresponsables et non professionnels » et d’avoir abattu un avion de surveillance russe lors d’une frappe aérienne israélienne survenue lundi soir.

Au cours d’une interview accordée à la radio de l’armée, M. Liberman a affirmé que, malgré la colère de la Russie suite à l’incident, Israël continuerait à opérer en Syrie afin de lutter contre les projets de l’Iran dans le pays.

« Nous ferons tout, tout ce qui est nécessaire afin de défendre la sécurité des citoyens israéliens. Sur cette question, nous n’avons pas d’autre alternative », a déclaré Liberman.

Le ministre de la Défense a nié qu’Israël était responsable de la destruction de l’avion, mais a déclaré comprendre la colère initiale de la Russie à l’égard de l’État juif.

Le ministre de la Défense Avigdor Liberman rencontre le ministre russe de la Défense Sergei Shoigu à Moscou, le 26 avril 2017. (Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)

« Vous ne jugez pas quelqu’un qui est en deuil et nous avons exprimé nos condoléances. J’ai parlé avec le ministre russe de la Défense et, naturellement, je peux comprendre leur réaction », a déclaré Liberman.

« J’accepte l’assertion du président russe selon laquelle il s’agissait d’un accident tragique, mais le responsable de cet accident tragique est l’armée d’Assad », a déclaré le ministre de la Défense.

« Il y a là-bas une armée et des défenses aériennes [gérées par] des personnes irresponsables et non professionnelles qui semblent avoir agi alors que les avions de l’armée de l’air [israélienne] étaient déjà revenus dans l’espace aérien de l’État d’Israël. Ils n’ont ouvert le feu que par obligation », a déclaré Liberman.

Le chef d’état-major de l’armée israélienne, Gadi Eizenkot, s’est joint au ministre de la Défense afin d’exprimer ses condoléances suite à la mort des 15 membres de l’équipage qui se trouvaient à bord de l’avion russe.

Gadi Eizenkot, chef d’état-major de l’armée israélienne, lors d’une conférence au Centre interdisciplinaire d’Herzliya, le 2 janvier 2018 (Crédit : FLASH90)

« Cette semaine, l’armée israélienne a opéré dans le nord afin d’empêcher notre ennemi de parvenir à des capacités avancées qui menacent l’État d’Israël. Malheureusement, les forces syriennes ont frappé un avion russe et nous nous associons à la tristesse des familles et de l’armée russe », a déclaré jeudi M. Eizenkot.

Lundi soir, des avions de combat israéliens F-16 ont mené un raid aérien contre une installation d’armement syrienne située près de la ville de Lattaquié, sur la côte ouest du pays. Selon l’armée israélienne, les armes qui se trouvaient sur le site devaient être remises aux forces liées à l’Iran et au Hezbollah, ce qu’Israël a juré d’empêcher.

Au cours de l’attaque, les défenses aériennes syriennes ont tiré sur les avions et les missiles entrants. Selon Israël, cette attaque s’est poursuivie après le départ des chasseurs israéliens. C’est à ce moment-là que l’avion espion russe, avec 15 personnes à bord, aurait été abattu.

Israël et la Russie entretiennent une étroite coordination concernant leurs activités à l’intérieur et à l’extérieur de la Syrie afin d’éviter de tels incidents. L’armée israélienne maintient qu’elle avait prévenu la Russie à l’avance, alors que Moscou a déclaré qu’elle avait reçu une notification « moins d’une minute » avant l’attaque israélienne, l’empêchant de mettre ses troupes à l’abri de tout danger.

L’armée russe et le ministre de la Défense ont d’abord accusé les pilotes israéliens d’avoir utilisé l’avion de reconnaissance IL-20 comme une « couverture » lors de leur attaque et ont déclaré que Moscou se réservait le droit de répondre à cette action israélienne.

Après une série de discussions entre hauts responsables israéliens et russes, le président russe Vladmir Poutine a déclaré qu’il n’avait pas accusé Israël d’avoir abattu l’avion espion mais qu’il l’avait plutôt accusé d’avoir mis en place une « chaîne de circonstances accidentelles tragiques ».

Le président russe Vladimir Poutine (à droite) serre la main du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu lors de leur rencontre au Kremlin à Moscou le 11 juillet 2018. (AFP/Pool/Yuri Kadobnov)

Dans son interview à la radio militaire, Liberman a déclaré qu’Israël coopérerait pleinement avec la Russie dans l’enquête.

« Nous sommes ouverts aux Russes et sommes prêts à leur présenter toutes nos informations. Nous n’avons rien à cacher. Nous avons agi comme nous agissons toujours », a déclaré le ministre de la Défense.

Plus tôt dans la matinée de jeudi, une délégation de l’armée israélienne conduite par le chef des forces aériennes israéliennes, le major-général Amikam Norkin, s’est rendue à Moscou afin de présenter les conclusions de l’armée israélienne sur l’incident de lundi.

L’armée a déclaré que Norkin et son équipe présenteraient aux responsables russes « un aperçu complet de l’événement et de tous ses aspects, y compris les renseignements [qui ont mené aux tirs] et les principales conclusions de l’enquête interne de Tsahal, ainsi que les preuves des efforts de l’Iran visant à fournir des armes stratégiques au Hezbollah et à s’établir en Syrie ».

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...