Israël/Hamas : toute la région va « dans la mauvaise direction », selon Ryad
Rechercher

Israël/Hamas : toute la région va « dans la mauvaise direction », selon Ryad

Les Emirats arabes unis, Bahrein, "pensent aussi que ce qu'ils ont fait peut être une incitation à avancer" vers la paix, en référence aux accords d'Abraham, a dit ben Farhan

Le ministre des Affaires étrangères d'Arabie saoudite, le prince Fayçal bin Farhane, assiste à une réunion à Athènes, le 24 janvier 2020. (Crédit : Petros Giannakouris / AP)
Le ministre des Affaires étrangères d'Arabie saoudite, le prince Fayçal bin Farhane, assiste à une réunion à Athènes, le 24 janvier 2020. (Crédit : Petros Giannakouris / AP)

Le conflit entre Israël et le Hamas palestinien pousse toute la région « dans la mauvaise direction », a déclaré mardi le ministre saoudien des Affaires étrangères Fayçal ben Farhan, exhortant à mettre la pression sur « toutes les parties » pour arrêter les violences.

Le conflit « nous pousse dans la mauvaise direction, nous sommes en train de rendre le chemin vers une paix durable plus difficile », a déclaré le ministre dans un entretien à l’AFP à Paris, alors que le conflit se poursuit et que la communauté internationale intensifie ses efforts diplomatiques.

Le conflit « renforce les extrémistes, les voies les plus intolérantes dans la région », a ajouté le prince, présent à Paris pour participer à deux sommets organisés en France, sur le Soudan et sur l’Afrique.

« Nous devons tous travailler ensemble pour encourager toutes les parties à s’engager sérieusement, tout d’abord pour la désescalade, la fin des violences, et après à s’engager dans de sérieux pourparlers de paix vers un règlement final du conflit qui doit comprendre un Etat palestinien avec Jérusalem Est comme capitale », a-t-il estimé.

« Il est très important que nous travaillions tous ensemble pour mettre fin à ce cycle de violence » et le « Royaume travaille très étroitement avec ses partenaires dans le monde arabe, le monde musulman, et la communauté internationale pour mettre ensemble de la pression sur toutes les parties pour mettre fin au conflit ».

La France, l’Allemagne, la Jordanie, l’Egypte et d’autres pays multiplient les initiatives diplomatiques pour tenter d’enrayer la spirale.

Le Conseil de sécurité de l’ONU doit se réunir une quatrième fois en urgence mardi, alors que les Etats-Unis refusent toujours l’adoption d’une déclaration appelant à « une cessation des violences ».

Le président américain Joe Biden a exprimé pour la première fois son soutien à un « cessez-le feu », lors d’un nouvel entretien téléphonique lundi avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

Affirmant que l’Arabie a pour priorité la « paix durable », Fayçal ben Farhan a souligné que les pays signataires des accords d’Abraham qui ont repris leurs liens avec Israël comme le Maroc, ou qui ont officialisé la normalisation avec Israël, les Emirats arabes unis, Bahrein, « pensent aussi que ce qu’ils ont fait peut être une incitation à avancer » vers cet objectif pacifique.

L’Arabie Saoudite n’entretient, elle, pas pour le moment de relations officielles avec l’Etat hébreu.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...