Rechercher

Israël s’attend à 2 000 roquettes par jour en cas de conflit avec le Hezbollah

Le chef du Commandement du front intérieur Uri Gordin affirme que la guerre de 2006 avec le Liban a été un "signal d'alarme" pour la division de la défense civile

Le général de division Uri Gordin, chef du commandement du Front intérieur, lors d'une interview avec l'AFP au centre opérationnel du commandement à Ramle, le 12 octobre 2021. (Crédit : JACK GUEZ / AFP)
Le général de division Uri Gordin, chef du commandement du Front intérieur, lors d'une interview avec l'AFP au centre opérationnel du commandement à Ramle, le 12 octobre 2021. (Crédit : JACK GUEZ / AFP)

Israël ne souhaite pas de guerre avec le mouvement terroriste du Hezbollah libanais mais se prépare à recevoir un triste record de quelque 2 000 roquettes par jour si un conflit armé éclatait entre les deux camps, a affirmé dimanche un haut responsable de l’armée à l’AFP.

Dans la foulée de manifestations musclées en mai à Jérusalem-Est, le groupe terroriste islamiste du Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza, avait lancé des salves de roquettes vers les principales villes d’Israël, dont Jérusalem, qui avait aussitôt répliqué, donnant lieu à 11 jours de guerre.

Au total, environ 4 400 roquettes ont été tirées vers le territoire israélien par les groupe terroristes palestiniens de Gaza, dépassant le rythme de la dernière guerre (2006) avec le Hezbollah, où un nombre similaire de roquettes avaient été lancées depuis le Liban mais sur une période d’un mois, selon l’armée israélienne.

Le bouclier antimissile israélien « Dôme de Fer », en service depuis environ une décennie, a intercepté la majeure partie des roquettes lancées en mai depuis Gaza, mais un peu moins de 300 d’entre elles se sont abattues dans des zones habitées en Israël.

Résultat, des villes comme la métropole Tel-Aviv ou Ashdod ont essuyé leur « plus grand nombre de tirs » depuis la création du pays, a déclaré lors d’un entretien avec l’AFP le général israélien Uri Gordin.

« S’il y avait un conflit ou une guerre avec le Hezbollah, nous nous attendons à ce qu’il y ait au moins cinq fois plus de roquettes tirées chaque jour du Liban vers Israël. Cela ferait entre 1 500 et 2 500 roquettes », a ajouté ce haut gradé, à la tête du Commandement du Front intérieur.

Mise sur pied en 1992, après la première guerre du Golfe, cette branche de l’armée israélienne est en charge de la défense civile, c’est-à-dire qu’elle est responsable de préparer le pays en cas de menaces, conflits ou désastres.

En 2006, le Commandement du Front intérieur avait été critiqué pour sa réponse lors de la guerre avec le Hezbollah libanais, qui avait fait plus de 1 200 morts côté libanais, en majorité des civils, et 160 côté israélien, en majorité des militaires.

Le système antimissile du Dôme de fer lance un missile intercepteur vers des roquettes tirées depuis la bande de Gaza vers Ashkelon, le 19 mai 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Cette guerre a servi de « signal d’alarme » au Commandement du Front intérieur qui a depuis renforcé ses unités de liaisons, déployées aujourd’hui dans les 250 municipalités israéliennes afin de fournir des secours en cas d’attaques, souligne M. Gordin, assis dans la salle de contrôle du QG de cette branche basée à Ramle, près de Tel-Aviv.

L’Iran nucléaire ?

A partir de projections informatiques, son équipe peut anticiper la trajectoire d’une roquette dès son lancement. Elle appelle aussitôt la population, dans un périmètre précis, à se cacher dans un abri antibombes, tout en prévenant policiers, pompiers et ambulanciers.

« Cela nous a permis d’intervenir (sur le terrain, NDLR) en moins de cinq minutes après chaque incident », lors de la dernière guerre avec le Hamas, assure le général qui dit se préparer également à d’éventuels accrochages à la frontière avec le Liban.

L’armée israélienne souhaite « la stabilité » du Liban voisin, mais souligne que le Hezbollah est une « source d’instabilité (…) exploitant les ressources de l’Etat pour servir les intérêts iraniens », selon un autre entretien de l’AFP avec une source sécuritaire israélienne.

En revanche, au vu de la situation catastrophique du Liban, on voit mal le Hezbollah s’embourber dans une guerre contre Israël.

Englué dans une crise inédite, qualifiée par la Banque mondiale d’une des pires dans l’histoire du monde depuis 1850, le pays connaît depuis des mois des rationnements draconiens de courant, culminant à plus de 22h par jour, et peine à importer du carburant, sur fond d’une dégringolade historique de la monnaie nationale et d’un assèchement des devises étrangères.

Ces coupures paralysent la vie de la population et plusieurs secteurs vitaux, tandis que les gérants de générateurs privés, qui prennent généralement le relais, rationnent aussi commerces, hôpitaux et foyers, à mesure que le carburant se raréfie.

La communauté internationale réclame des réformes urgentes aux autorités libanaises, notamment pour la compagnie d’électricité nationale EDL, symbole d’une mauvaise gouvernance et de la déliquescence des services publics au Liban.

Des militants et des proches de victimes de l’explosion du port de Beyrouth manifestent le 29 septembre 2021 devant le palais de justice de la capitale libanaise pour protester contre la suspension de l’enquête sur l’explosion du port du 4 août 2020. (Crédit : Anwar AMRO / AFP)

L’Iran, allié du Hezbollah, est « plus près que jamais de créer la matière fissile nécessaire à l’arme nucléaire », mais aurait encore besoin de deux ans pour parvenir à la bombe, a indiqué cette source.

L’Etat hébreu, ouvertement opposé à l’accord sur le nucléaire iranien de 2015 (JCPOA), pourrait s’accommoder d’une nouvelle entente si celle-ci permet d’assurer que Téhéran n’accède jamais à la bombe, ont suggéré récemment des responsables israéliens à l’heure où les Etats-Unis, premier allié d’Israël, cherche à pousser l’Iran à retourner à la table des négociations, tout en brandissant la possibilité d’autres options.

En cas d’échec, Israël considère l’option militaire face à Téhéran, ont suggéré récemment les ministres israéliens de la Défense Benny Gantz et des Affaires étrangères, Yaïr Lapid.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...