Israël se déchire sur le procès Netanyahu, mais le verdict testera la démocratie
Rechercher
Analyse

Israël se déchire sur le procès Netanyahu, mais le verdict testera la démocratie

Pour les pro-Netanyahu, la droite et ses partisans sont sur le banc des accusés avec lui; pour les anti, la démocratie est en jeu ; comment la moitié du pays va gérer la défaite ?

Haviv Rettig Gur

Haviv Rettig Gur est l'analyste du Times of Israël

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, (au centre), est accompagné de députés du Likud lors de l'événement post-électoral du parti à Tel Aviv, le 2 mars 2020. (Gili Yaari/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, (au centre), est accompagné de députés du Likud lors de l'événement post-électoral du parti à Tel Aviv, le 2 mars 2020. (Gili Yaari/Flash90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a eu une journée bien remplie dimanche.

À 11 heures, le 35e gouvernement s’est réuni dans la salle Chagall de la Knesset pour sa première réunion régulière. À l’ordre du jour : la mise en place des puissantes commissions ministérielles qui s’occuperont de la sécurité nationale et de la crise du coronavirus ; la nomination de huit nouveaux vice-ministres ; en créant officiellement les ministères des « Affaires des Implantations » et des « Ressources en eau » ainsi qu’en créant le « bureau du Premier ministre d’alternance » pour le partenaire rival Benny Gantz (bien que le vote pour la création de ces bureaux ait apparemment été retardé à la dernière minute pour des raisons budgétaires).

Il ne s’agit pas de toutes les missions du gouvernement, bien sûr. Le point 10 concerne la « limitation de l’autorisation du Shin Bet pour contribuer à l’effort national visant à limiter la propagation du nouvel agent pathogène coronavirus – extension et modification des décisions du cabinet ». Le gouvernement votera pour étendre dans le temps, mais limiter dans sa portée, l’autorité de l’agence de sécurité intérieure à suivre les Israéliens dans le but de garder un œil sur la propagation du virus.

Ensuite, il y a les quelque 800 millions de shekels (200 millions d’euros) que le cabinet va approuver pour la municipalité de Jérusalem afin de compenser l’énorme déficit de la capitale.

Une journée bien remplie, et ce n’est pas étonnant. Netanyahu a un nouveau gouvernement à mettre en place, une économie ravagée par le coronavirus à réhabiliter, un pays à diriger.

La première conférence du nouveau gouvernement d’unité israélien, dirigé par le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le leader du parti Kakhol lavan Benny Gantz à la Knesset, le 17 mai 2020. (Alex Kolomoisky/POO)

Mais à 15 heures, ce programme chargé a été mis en attente. Netanyahu est arrivé au tribunal de district de Jérusalem pour entendre les accusations criminelles portées contre lui et confirmer officiellement au tribunal qu’il les comprend. C’est le moment du rituel juridique qui lancera officiellement le tout premier procès d’un Premier ministre israélien en exercice.

Cette juxtaposition – Netanyahu le timonier confiant du navire de l’État et Netanyahu l’accusé dans trois affaires de corruption – accompagne le Premier ministre depuis son premier interrogatoire par la police en janvier 2017.

Ces derniers mois, alors que le procès se rapprochait, et surtout depuis l’annonce officielle en novembre qu’il serait inculpé, Netanyahu a essayé de combler ce fossé, de retrouver sa dignité et de renforcer son soutien politique pour la lutte juridique qui l’attend.

Son principal moyen a été une campagne axée sur deux énormes revendications. La première : lui et ses partisans ont accusé ses accusateurs – le ministère public, la police et, ces dernières semaines, les juges de son procès – de conspiration visant à le destituer du pouvoir en utilisant de fausses accusations.

« Beaucoup de gens ont travaillé très dur, à gauche et dans les médias, vous avez tout fait pour obtenir cette photo du Premier ministre demain [dimanche] dans une salle d’audience », a déclaré le député Likud Miki Zohar, lors de l’émission « Meet the Press » de la Douzième chaîne de télévision, samedi soir. « Vous n’avez pas réussi à le battre dans les urnes, alors vous avez pris un chemin plus tortueux. La police et le ministère public travaillent pour vous, c’était un « travail à plein temps ». Vous avez travaillé en parfaite synergie », a-t-il déclaré.

Les partisans du Premier ministre Benjamin Netanyahu se rassemblent à Tel Aviv pour soutenir son affirmation selon laquelle il fait l’objet d’un coup d’État judiciaire, le 26 novembre 2019. (Crédit : Jack Guez / AFP)

Ce récit domine désormais la couverture du procès dans les médias de droite. La Vingtième chaîne a intitulé sa couverture de dimanche après-midi de l’ouverture du procès « La tentative de destitution ». Ces mots seront le titre et le cadre de l’émission, et la rhétorique de la chaîne au cours du week-end indiquera clairement qu’elle a l’intention de suivre sans réserve la ligne en faveur de Netanyahu tout au long de la journée.

Des hégémonies partout

Mais il y a une deuxième revendication plus profonde que Netanyahu a faite au sujet de son procès, et cela aussi sera mis en évidence le jour de son ouverture.

Jeudi, dans un moment extraordinaire de télévision, le Dr Avishay Ben Haim, analyste Haredi spécialisé dans les affaires de la Treizième chaîne, a fait entendre sa voix, expliquant au cours d’une émission pourquoi il considérait le procès de Netanyahu comme « mon procès ».

Ben Haim a consacré son doctorat au chef spirituel du Shas, le rabbin Ovadia Yosef, et a contribué à inventer le terme « le Second Israël » pour décrire les communautés juives mizrahi (ou « orientales ») longtemps marginalisées et maintenues loin des centres du pouvoir politique et économique par une élite ashkénaze dans les premières décennies de l’existence d’Israël. Ben Haim est un fervent défenseur de Netanyahu, un ashkénaze laïque, le décrivant comme le « champion élitiste » que le Second Israël a choisi pour mener son combat auprès du reste de l’élite ashkénaze.

« Le procès de Netanyahu n’est pas vraiment un événement juridique, a-t-il expliqué dans cette émission très suivie, mais un événement social. C’est un moment culminant dans l’effort de l’hégémonie pour affaiblir le système politique afin de diminuer le droit des Israéliens qui n’acceptent pas son autorité et ses valeurs à participer à la démocratie ».

Le grand rabbin séfarade de Jérusalem, le rabbin Shlomo Amar, le rav Yehiel Abouhatsira et les rabbins de la Yeshiva Or Hashravi de Meron participent à une prière spéciale pour arrêter la pandémie de coronavirus, sur la tombe du Rashbi (Rabbi Shimon bar Yohaï) à Meron, dans le nord d’Israël, le 9 mars 2020. (David Cohen/Flash90)

« J’ai discuté dans le passé du processus par lequel les différentes tentatives de participation du Second Israël à la vie démocratique du pays, de Wadi Salib aux enfants yéménites en passant par le Shas, ont été criminalisées. Toutes ont été décrites comme un événement criminel. Mais cela ne s’est pas arrêté là. Partout, les hégémonies combattent les forces qui menacent leur pouvoir, et réagissent parfois avec une belligérance instinctive.

« Le procès de Netanyahu doit donc être placé dans un large contexte historique, non pas un contexte juridique mais un contexte social. En ce sens, le procès de Netanyahu n’est pas son procès privé, mais le mien aussi. Donc, dans ce sens, et seulement dans ce sens, ce n’est pas Netanyahu qui sera jugé dimanche, mais moi. Dimanche, mon procès commence. Un procès commence contre moi et contre beaucoup, beaucoup de gens qui comprennent et sentent qu’il ne s’agit pas d’une lutte juridique dont le but est la justice, mais d’une lutte hégémonique dont le but est l’injustice ».

Netanyahu a partagé une vidéo de la diffusion de Ben Haim sur son compte Twitter.

Le thème du récit est récurrent. « Ils ne me persécutent pas moi, ils nous persécutent nous », peut-on lire sur une affiche électorale populaire citant Netanyahu, qui a été partagée par les partisans du Premier ministre sur les médias sociaux ces derniers jours.

Comme le ministre de la Sécurité publique Amir Ohana, l’un des plus fervents partisans de Netanyahu dans les rangs du Likud (et enfant d’immigrants juifs marocains), l’a déclaré samedi à la Douzième Chaîne : « Les électeurs du Likud ne croient pas à la thèse du ministère public. L’injustice est faite à la droite, ce sont eux qui seront jugés demain ».

Deux éléments distincts, mais entrelacés, constituent les efforts de Netanyahu pour présenter l’histoire de son procès à ses partisans : une clique de gauche tente de subvertir la volonté du peuple – et cela constitue le dernier en date des nombreux efforts de l’élite ashkénaze pour refuser aux Juifs Mizrahi la place qui leur revient à la table.

OJ Simpson et Aryeh Deri

Netanyahu semble croire sincèrement qu’il est innocent. Il va sans dire qu’il n’a pas encore eu son heure de gloire au tribunal, et ses partisans comprennent des juristes respectés qui soutiennent que certaines des accusations dont il fait l’objet sont inquiétantes, novatrices et même dangereuses pour la démocratie israélienne.

Mais le bien-fondé de son action en justice n’est pas le principal message qu’il adresse à ses partisans. Alors qu’il s’efforce de cadrer le récit de son procès, son argument central est centré sur sa prétention à représenter un collectif opprimé et sur le fait que ses problèmes juridiques font partie de leur lutte plus large.

Le tribunal de district de Jérusalem, le 28 janvier 2020. (Olivier Fitoussi/Flash90)

C’est une stratégie qui n’a pas manqué de susciter l’anxiété dans divers milieux.

Le chef de l’opposition, le député Yair Lapid, a averti sur Twitter que Netanyahu envoyait des ministres du Likud faire des apparitions médiatiques dans lesquelles « l’un après l’autre… [ils] menacent les juges et incitent à des discours violents contre les autorités chargées de faire respecter la loi ». C’est la seule tentative de coup d’État en cours ici. Netanyahu et Gantz – il est de votre devoir de vous élever contre cela, et de préciser que vous ne laisserez aucun mal arriver à Mandelblit ou au tribunal ».

Mais il est peu probable que Netanyahu fasse de telles « clarifications » ou prenne ses distances par rapport à la campagne qui cherche à délégitimer le procès. Il a deux excellentes raisons de prétendre qu’il est le représentant injustement tourmenté des masses opprimées de la société israélienne. La première raison : ce type de récit est le reflet de ce que pensent ses électeurs. La deuxième : c’est ce que tout le monde pense aussi.

Le sondeur américain Mark Mellman a récemment tenté d’expliquer pourquoi de nombreux démocrates ont choisi Joe Biden plutôt que Bernie Sanders, bien qu’ils soient d’accord avec ce dernier sur les questions, ou du moins sur la question des soins de santé, qui est la signature de M. Sanders. Dans un article d’opinion consacré à la course aux primaires de Sanders-Biden (avec une brève incursion dans une initiative de contrôle des armes au Nevada), Mellman a exposé une vérité fondamentale sur le comportement politique – le comportement politique de chacun, que vous soyez israélien ou américain, de gauche ou de droite.

« Malgré le conte de fées avec lequel nous sommes confrontés », a-t-il écrit, « si les sujets sont ceux que l’on aborde dans les campagnes, ils sont rarement le facteur décisif dans les élections ».

L’ancien vice-président Joe Biden (à gauche) et le sénateur Bernie Sanders (Indépendant-Vermont) lors d’un débat des primaires démocrates pour la présidentielle à l’université Loyola Marymount, le 19 décembre 2019, à Los Angeles, en Californie. (Justin Sullivan/Getty Images/AFP)

Les électeurs ne votent pas sur des thèmes, même lorsqu’ils expliquent leur choix après coup en se référant à ces thèmes. « Souvent, les électeurs ne connaissent pas les positions des candidats, ne comprennent pas les enjeux et ne se soucient pas suffisamment de la plupart d’entre eux pour laisser les enjeux décider de leur vote.

Alors, sur quoi votent-ils ?

« Le plus souvent, les électeurs votent en fonction de leur identité (celle des candidats et celle des électeurs), des circonstances du monde réel et des liens affectifs ».

Il existe de nombreuses recherches universitaires sur ce point, mais les témoignages d’éminents militants politiques peuvent être plus convaincants que ceux des universitaires. Les premiers sont arrivés là où ils en sont en prouvant constamment qu’ils peuvent influencer la façon dont de grands groupes de personnes votent réellement.

Mellman, comme tous les stratèges de campagne ayant au moins une campagne à leur actif, connaît une vérité fondamentale : le comportement politique ne découle pas d’un accord politique mais d’une identification intuitive. Les dirigeants, les partis et les militants ne gagnent pas de soutien grâce à une analyse minutieuse et raisonnée, mais en forgeant des canaux d’investissement émotionnel et d’affinité.

Des Israéliens manifestent leur soutien au Premier ministre Benjamin Netanyahu et contre le système judiciaire israélien à Tel-Aviv, le 30 décembre 2019. (Flash90)

Ce fait fondamental ne change pas lorsque les identités sociales et politiques se croisent avec le système de justice pénale.

En 1995, lors du procès pour meurtre très médiatisé à Los Angeles de l’ancien grand joueur de football OJ Simpson, l’opinion sur sa culpabilité était divisée selon les lignes de l’identité raciale. Environ 20 % des Noirs américains pensaient qu’il était coupable ; chez les Blancs américains, ce chiffre était d’environ 70 %.

En 2016, lorsque le procès ne touchait plus aussi vivement les Noirs américains quant à leur identité et leur place en Amérique, le pourcentage de ceux qui étaient convaincus de sa culpabilité avait augmenté de plus de 30 points.

De même, la destitution de Bill Clinton n’a pas entraîné une baisse significative du soutien de ses électeurs démocrates. Ceux qui l’ont soutenu se sont méfiés des arguments républicains contre lui ; ceux qui ne l’ont pas soutenu ont cru en ces arguments.

Et plus près de nous, lorsque le leader du Shas Aryeh Deri a été condamné à la prison en 2000 pour une condamnation pour corruption, plus de 80 % des électeurs du Shas l’ont cru lorsqu’il a insisté sur le fait que la justice israélienne avait systématiquement des préjugés contre lui du fait de son identité sépharade et haredi.

Le président du parti Shas et ministre de l’Intérieur Aryeh Deri (à gauche) et le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d’une cérémonie marquant le sixième anniversaire de la mort du rabbin Ovadia Yosef, à la Knesset, le 4 novembre 2019. (Hadas Parush/Flash90)

Il en va de même pour Netanyahu et son procès.

Le 17 novembre, peu après l’annonce par le procureur général Avichai Mandelblit qu’il allait inculper le Premier ministre, Netanyahu a prononcé un discours à la télévision nationale accusant les enquêteurs de la police et les procureurs de l’État d’une « tentative de coup d’État ».

L’Institut israélien de la démocratie a ensuite mené un sondage auprès des Israéliens au sujet de cette affirmation et a découvert que les préférences politiques des Israéliens correspondaient presque parfaitement à leur vision des problèmes juridiques de Netanyahu.

Le sondage, effectué du 24 au 26 novembre, posait la question suivante : « Selon vous, Netanyahu avait-il raison ou tort lorsqu’il a déclaré dans son discours, après que la décision du procureur général eut été rendue publique, que la procédure judiciaire dans son cas était « entachée », c’est-à-dire que son but était de le destituer du pouvoir ?

Une majorité d’Israéliens, 52 %, a rejeté l’accusation de Netanyahu. Plus d’un tiers, soit 36,5 %, a approuvé le Premier ministre. (Chez les Juifs, l’écart se réduit à 47 % et 41 % respectivement).

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu présentant le 35e gouvernement d’Israël à la Knesset, le 17 mai 2020. (Knesset/Kobi Gideon)

La ventilation du sondage par opinion politique, basée sur les votes auto-déclarés lors de l’élection du mois précédent, le 17 septembre, est beaucoup plus intéressante.

Parmi les électeurs du Likud, 73 % ont convenu avec Netanyahu que les autorités policières avaient un motif politique de le poursuivre. Parmi les électeurs de Kakhol lavan, ce chiffre était de 3 %.

Si l’on dépasse le cadre du likud et de son principal concurrent (à l’époque) Kakhol lavan, on trouve des points de vue similaires sur la question de la criminalité de Netanyahu au sein des grands blocs pro et anti-Netanyahu.

Parmi les électeurs de Yahadout HaTorah, Shas et Yamina, dont les partis ont soutenu Netanyahu en tant que bloc religieux de droite, 88,5 %, 68 % et 61 %, respectivement, étaient d’accord avec Netanyahu.

De l’autre côté de l’échiquier, les électeurs des partis opposés à Netanyahu ont exprimé un désaccord tout aussi complet. Les électeurs Travailliste-gesher ont vu 19 % d’entre eux être d’accord avec Netanyahu, 7 % des électeurs de la Liste arabe unie, et pas un seul des sondés parmi les électeurs du Camp démocratique-Meretz.

Des manifestants portant des masques de protection en raison de l’épidémie de coronavirus dans le pays accrochent une banderole montrant le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors de la manifestation « Drapeau noir » contre Netanyahu et la corruption du gouvernement, sur la place Rabin à Tel Aviv, en Israël, le 25 avril 2020. (AP Photo/Oded Balilty)

Mais le joker qui met à nu le pouvoir de l’identification politique est le chiffre surprenant pour les électeurs d’Yisrael Beytenu. Yisrael Beytenu est un parti de droite qui a passé l’année dernière dans l’opposition à Netanyahu, mais dont le leader Avigdor Liberman avait auparavant passé 17 ans à lutter contre diverses enquêtes de corruption et à dénoncer la politisation du ministère public. Pourtant, les électeurs du parti semblent avoir connu un revirement remarquable en ce qui concerne Netanyahu ; seuls 15 % d’entre eux ont convenu avec Netanyahu que son procès était biaisé.

A LIRE : Une ex-procureur déplore l’échec de l’inculpation de Liberman

Le procès qui commence dimanche ne se terminera pas de sitôt. Les arguments préliminaires devraient à eux seuls s’étendre sur plusieurs mois. Plus de 300 témoins sont cités dans l’acte d’accusation. C’est l’occasion pour la rhétorique entourant les événements dans la salle d’audience de s’échauffer, pour les émotions d’atteindre un pic de fièvre.

Les ministres du Likud ont promis d’être présents pour offrir leur soutien à leur chef en difficulté. Les militants du Likud se sont vantés d’avoir une flotte de 50 bus qui transporteront des centaines de partisans au palais de justice pour protester contre le « procès spectacle injuste ».

Pourtant, la loyauté que les partisans de Netanyahu lui témoigneront probablement tout au long du procès, et son appel explicite à cette loyauté pour consolider sa base politique, ne sont pas une rébellion contre le système, comme le craignent certains. C’est ainsi que les sociétés démocratiques gèrent ces conflits d’identité et de justice. Les deux camps ont fait preuve de désinvolture à l’égard des préoccupations de l’autre, le camp pro-Netanyahu voyant des conspirations derrière toute suggestion à laquelle Netanyahu pourrait avoir à répondre, et les détracteurs du Premier ministre convaincus que toute remise en cause de la validité de l’argument du procureur est une conspiration dans l’autre sens visant à subvertir l’État de droit.

La démocratie israélienne n’est pas mise à l’épreuve par le choc actuel des récits et des identités. La capacité à arbitrer de tels conflits sans violence ni oppression est le cœur et l’âme de la démocratie. Le débat actuel, aussi frénétique qu’il puisse parfois paraître, porte sur la manière dont une démocratie réussie se comporte dans ces moments difficiles.

Le véritable test ne viendra qu’à la fin du processus judiciaire, au moment où la décision finale sera rendue à l’issue du dernier appel, quand il sera temps pour la moitié du pays d’accepter le fait amer qu’il a perdu, et de choisir, comme les démocrates doivent le faire, d’accepter le verdict, quoi qu’il arrive.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...