Rechercher

Israël se tourne vers l’écoconstruction pour contrer les bâtiments polluants

Plusieurs entreprises israéliennes innovent dans la réduction des émissions de carbone ; cela implique de réinventer la façon dont les structures sont construites et occupées

Matériaux de construction sur un site d'approvisionnement de Netanya, en août 2022. (Crédit : Danielle Nagler)
Matériaux de construction sur un site d'approvisionnement de Netanya, en août 2022. (Crédit : Danielle Nagler)

L’engagement d’Israël à réduire ses émissions de gaz à effet de serre à zéro d’ici 2050 modifie la façon dont les maisons et autres bâtiments sont construits jusqu’à présent.

En mars 2022, les normes de construction écologique visant à réduire les émissions pendant et après la construction sont devenues obligatoires pour tous les projets de construction en Israël.

En juillet, le ministère de l’Énergie et le Conseil israélien de la construction écologique ont annoncé que huit autorités locales avaient été sélectionnées pour recevoir une formation aux techniques de construction écologique.

Ils ont également annoncé que les nouveaux logements devraient fournir aux acheteurs potentiels un label d’efficacité énergétique, comme c’est déjà le cas pour la plupart des gros appareils électroménagers.

Ces mesures sont typiques de l’approche de la carotte et du bâton que de nombreux pays utilisent dans le monde entier pour faire pression en faveur d’une plus grande durabilité dans de nombreux domaines, y compris dans le processus de construction – facteur important d’émissions de carbone.

Les villes contribuent largement à la pollution par l’émission de carbone. Selon le groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat des Nations unies, elles sont responsables de plus de 70 % des émissions mondiales, dont la majeure partie provient de la construction et de l’exploitation des structures, selon les experts. L’écologisation de ce processus devra être une priorité majeure pour les politiciens israéliens si le pays souhaite réellement atteindre ses objectifs d’ici à 2050, selon les experts.

Travaux de construction à Tel Aviv, en août 2022. (Crédit : Danielle Nagler)

« Le bâtiment le plus écologique est celui qui existe déjà », a déclaré Carl Elefante, ancien président de l’American Institute of Architects.

Il aurait pu ajouter que le meilleur bâtiment est celui qui s’efforce, à chaque étape du processus de construction, de réduire son empreinte carbone, de la gestion du projet aux déchets en passant par la conception et les matériaux qui minimisent la consommation d’énergie pendant toute la durée de vie du bâtiment.

Pour être considérée comme un bâtiment écologique, une structure doit être évaluée de différents points de vue et répondre à certaines normes. Les phases de construction et d’occupation doivent être conçues pour gérer efficacement l’énergie, l’eau et les autres matériaux, tout en utilisant des technologies qui minimisent les émissions et les conséquences sur l’environnement. Une grande partie de la charge incombe aux promoteurs, mais les occupants ont eux aussi, souvent un rôle à jouer, notamment en réduisant leurs apports énergétiques.

Le processus va généralement bien au-delà des caractéristiques esthétiques, telles que les « murs végétaux », bien qu’elles aient effectivement un certain impact.  De plus en plus à la mode dans les grandes villes, les murs végétaux jouent un rôle dans l’absorption du dioxyde de carbone et contribuent à gérer les températures et à améliorer la qualité de l’air. Mais leur niveau d’impact est encore débattu, des mesures moins visibles faisant une différence plus significative.

Mur végétal à l’extérieur de l’immeuble Checkpoint, à Tel Aviv. (Crédit : Yoav Peled/Vertical Field)

À l’échelle nationale, seules 85 structures sont certifiées LEED par le US Green Building Council, considéré comme la norme mondiale en matière de construction durable. À Jérusalem, la ville la plus peuplée du pays, seules deux structures ont obtenu ce classement (dont le bâtiment abritant les bureaux du Times of Israel).

Le ministère israélien de l’Environnement a certifié 450 autres bâtiments comme répondant aux normes de durabilité. Selon le ministère, en 2020, 1 000 autres bâtiments étaient en cours de certification.

Ziv Shor, qui dirige la branche israélienne du géant international de l’immobilier commercial JLL, affirme que le pays se trouve dans une phase de transition en matière de construction écologique.

Ziv Shor, responsable de JLL en Israël (Crédit : JLL)

Dans le passé, « les promoteurs ne comprenaient pas pourquoi ils devaient changer », a déclaré Shor. « L’efficacité énergétique et l’empreinte carbone minimale deviennent maintenant la priorité numéro un des occupants des bâtiments commerciaux ; cela devient donc la priorité des promoteurs. »

Shor pense que le secteur de la gestion immobilière peut montrer la voie en s’assurant que l’industrie de la construction livre des bâtiments répondant aux normes souhaitées par les entreprises.

Il constate que les occupants commerciaux sont prêts à payer une prime – jusqu’à 10 % de plus que les loyers commerciaux habituels – pour un bâtiment durable. Un bâtiment écologique peut à son tour permettre de réaliser des économies de 20 à 40 % sur les coûts d’exploitation du bâtiment tout au long de sa durée de vie ; ces chiffres devraient augmenter à mesure que les ressources se raréfient et que les technologies deviennent de plus en plus efficaces.

Dans les années 1950, Israël était le leader mondial de la production d’énergie solaire, en grande partie parce qu’il avait besoin de produire de l’énergie indépendamment du monde arabe. Le virage technologique du pays a donné naissance à un grand nombre de start-ups visant à apporter des solutions écologiques à divers secteurs.

Parmi les jeunes entreprises israéliennes susceptibles d’avoir le plus grand impact, on trouve ECOncrete, qui se concentre sur la création de béton durable pour les infrastructures sous-marines ou côtières, conçu pour soutenir les environnements marins plutôt que de leur nuire.

L’entreprise affirme avoir déjà entrepris 40 projets dans 11 pays, en adaptant son produit à la composition biologique unique de chaque lieu, afin de soutenir la faune et la flore marines locales.

Installation de matelas marins articulés ECOncrete. (Crédit : ECOncrete)

Le béton est l’élément le plus polluant du processus de construction, représentant environ 8 % des émissions de carbone dans le monde. Plus de 4 milliards de tonnes de ciment, qui est mélangé à l’eau et aux granulats pour créer le béton, sont produites chaque année.

Mais le béton – bon marché, durable et de longue durée – est également très important pour l’industrie de la construction, fournissant des logements à environ 70 % de la population mondiale.

ECOncrete affirme que son matériau peut réduire jusqu’à 70 % la production de carbone par rapport au ciment traditionnel. L’adjuvant de l’entreprise remplace principalement le clinker – une substance graveleuse qui est un ingrédient clé du ciment et la principale source d’émissions dans le béton – par des matériaux plus durables et recyclés tels que le ciment de laitier ou les cendres volantes, bien que la fabrication de ces matériaux soit également connue pour être polluante.

Sur le terrain, Criaterra affirme réduire la consommation d’énergie de 90 % par rapport à la fabrication traditionnelle en remplaçant le ciment et la céramique cuits au four par des matériaux 100 % naturels. L’entreprise se concentre sur le carrelage mural d’intérieur, mais prévoit également de se lancer dans la maçonnerie.

La start-up d’innovation céramique Criaterra. (Crédit : Criaterra)

Green Vibe, basée à Ramat Gan, affirme réduire jusqu’à 50 % les déchets de béton générés dans le processus de construction. Plutôt que de réinventer le béton, Green Vibe y parvient en permettant aux constructeurs de maximiser son efficacité, en utilisant des capteurs, des analyses de données avancées et d’autres outils tout au long de la durée de vie des grands projets.

Urecsys, basée à l’université hébraïque de Jérusalem, affirme pouvoir réduire l’exposition aux polluants atmosphériques urbains dangereux dans les bâtiments en utilisant sa modélisation unique de la pollution atmosphérique via des algorithmes d’apprentissage automatique.

Urecsys affirme pouvoir réduire considérablement la pénétration de la pollution atmosphérique urbaine dangereuse dans les immeubles de bureaux en analysant les polluants présents dans l’air et en établissant des prévisions fondées sur des données, qui sont ensuite transmises au système de ventilation central d’un immeuble afin de ne laisser entrer que de l’air pur. Le système est également présenté comme un moyen de réaliser des économies d’énergie substantielles et de réduire les émissions de gaz à effet de serre d’un bâtiment.

La construction modulaire a été présentée comme plus durable que la construction traditionnelle en raison des économies et d’autres avantages écologiques sur la durée de vie d’une structure.

Alors qu’Israël est à la traîne en matière de construction modulaire, le plus grand promoteur immobilier du pays, Tidhar, expérimente la construction de salles de bains entièrement hors site, qui sont ensuite installées dans les appartements.

La société en a installé 180 à ce jour, mais elle vise un millier d’unités pour l’ensemble de ses projets israéliens d’ici la fin de l’année et au moins un doublement de la capacité de son usine d’ici 2023.

Pour les propriétaires ou les locataires qui souhaitent réduire eux-mêmes leur empreinte carbone, HomeBiogas a mis au point un système, à construire soi-même, qui transforme les déchets alimentaires et les effluents d’élevage en gaz de cuisson propre permettant de préparer jusqu’à trois repas par jour, ainsi que 10 litres supplémentaires d’engrais liquide naturel propre. L’entreprise de compostage high-tech, qui est déjà cotée à la bourse de Tel Aviv, se targue d’avoir déjà atténué 58 506 tonnes de CO₂ grâce à l’utilisation de sa technologie.

Selon Shor, la clé d’une durabilité réussie est la demande – qui se produit déjà sur le marché des locaux commerciaux – les locataires internationaux, en particulier, exigeant des normes environnementales élevées pour les bâtiments qu’ils occupent.

Les promoteurs savent ce qu’ils doivent offrir à ce type de locataires et modifient déjà leur façon de faire dans le but de les satisfaire.

Les clients des hôtels, quant à eux, sont moins susceptibles d’exiger des normes d’efficacité concrètes, mais certains hôtels ont recours à des constructions respectueuses de l’environnement, ce qui permet aux visiteurs de réduire leur empreinte carbone même s’ils ne sont pas chez eux. Etic hotels, qui répertorie les propriétés respectueuses de l’environnement pour les séjours de courte durée, a recensé 136 hôtels durables en Israël.

La vue depuis une villa privée du Six Senses Shaharut dans le désert du Néguev, au sommet d’une colline surplombant la vallée de l’Arava. (Crédit : PR)

Dans le Néguev, Six Senses Shaharut se targue d’être le premier hôtel israélien certifié LEED.

Si l’hôtel est conçu pour se fondre esthétiquement dans le paysage désertique, il affiche également une réduction de 25 % de la consommation d’énergie par rapport à un hôtel traditionnel de taille similaire. L’hôtel composte ses déchets alimentaires pour alimenter le jardin biologique qui alimente lui-même partiellement la cuisine, met l’eau en bouteille sur place pour éviter l’usage du plastique, fait don des huiles de cuisson usagées pour fabriquer du biodiesel dans la communauté et utilise une palmeraie pour absorber 100 % des eaux usées traitées sur place.

De même, l’une des plus récentes propriétés d’Isrotel, Mitzpe Hayamim, a entamé son processus dit « écologique » en rénovant un bâtiment hôtelier déjà existant.

Mitzpe Hayamim, le complexe « retour à la nature » d’Isrotel entre Rosh Pina et Safed. (Crédit : Linoy&Dror Styling)

Tout en s’attachant à offrir une expérience de vacances de luxe, l’hôtel s’appuie sur les vergers, les champs d’herbes aromatiques, la ferme d’élevage, la laiterie et la ferme biologique qui l’entourent pour fournir aux restaurants de l’hôtel des ingrédients frais et de saison, avec un minimum de déplacements. Le spa utilise des huiles naturelles provenant de la ferme de Mitzpe Hayamim.

Malgré ces avancées, Shor a fait remarquer que le secteur de la construction durable en Israël n’est « pas encore un marché mature ».

Cependant, un problème majeur subsiste, à savoir la capacité d’évolution. Alors que les Israéliens se sont montrés adeptes de la création de solutions technologiques via des logiciels facilement adaptables et extensibles, la construction écologique ne nécessite pas seulement de se mettre au vert, mais aussi de construire de véritables bâtiments.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...