Italie : Le boycott académique du Technion critiqué car “fasciste”
Rechercher

Italie : Le boycott académique du Technion critiqué car “fasciste”

Des milliers d’Italiens ont signé une pétition s’opposant aux appels au boycott de l’université technique israélienne

Manifestants appelant à boycotter Israël. Illustration. (Crédit : WikiCommons)
Manifestants appelant à boycotter Israël. Illustration. (Crédit : WikiCommons)

Des milliers d’Italiens appellent au boycott de 200 de leurs concitoyens, étudiants et professeurs, qui avaient appelé à boycotter l’institut de technologie d’Israël, le Technion à Haïfa.

La pétition originale appelait à boycotter les universités israéliennes à cause de leur « complicité notoire » avec « l’état de violence » du pays dans le conflit avec les Palestiniens.

Environ 30 des professeurs enseignent à l’université de Turin, dans le nord du pays.

Le maire de Turin, Piro Fassino, a exprimé sa propre opposition à l’appel au boycott.

La pétition, produite par un groupe appelé la compagne italienne pour la révocation des accords avec le Technion, accuse l’institut israélien de travailler en collaboration avec les forces de défense israélienne et des producteurs d’armes.

Le quotidien italien de centre droit Il Folio a décrit les efforts pour boycotter les institutions académiques israéliennes comme le retour de l’époque fasciste, quand sous la dictature de Benito Mussolini, allié des nazis, les professeurs juifs ne pouvaient plus exercer dans les institutions académiques italiennes, a rapporté mardi la radio publique israélienne.

Le Premier ministre italien, Matteo Renzi (à droite) avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d'une conférence de presse conjointe au Palazzo Vecchio à Florence, en Italie le 29 août, 2015. (Crédit : Kobi Gideon / GPO)
Le Premier ministre italien, Matteo Renzi (à droite) avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d’une conférence de presse conjointe au Palazzo Vecchio à Florence, en Italie le 29 août, 2015. (Crédit : Kobi Gideon / GPO)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...