J Street appuiera les candidats au Congrès ayant soutenu l’accord nucléaire avec l’Iran
Rechercher

J Street appuiera les candidats au Congrès ayant soutenu l’accord nucléaire avec l’Iran

Le groupe d’action liberal juif américain organise une campagne de 500 000 dollars dans 2 Etats encore indécis pour garantir la victoire de leurs candidats

Le directeur général de J Street, Jeremy Ben-Ami, pendant la conférence de l'association, à Washington, le 21 mars 2015. (Crédit : JTA/J Street)
Le directeur général de J Street, Jeremy Ben-Ami, pendant la conférence de l'association, à Washington, le 21 mars 2015. (Crédit : JTA/J Street)

Le groupe d’action politique libéral J Street est prêt à lancer une campagne publicitaire d’un montant de 500 000 dollars qui a pour objectif d’appuyer les candidats au Congrès qui ont soutenu l’accord nucléaire signé avec l’Iran l’année dernière.

La campagne aura lieu dans deux Etats susceptibles de faire basculer les résultats des élections, selon un communiqué de presse émis au nom de l’organisation, qui n’a pas pour autant spécifié lesquels. Les détails de cette initiative seront rendus publics mercredi.

J Street a indiqué chercher à “garantir que les candidats à la Chambre et au Sénat qui ont soutenu l’accord nucléaire passé avec l’Iran au Congrès et lors de la campagne électorale l’emporteront au scrutin, et ce faisant, prouveront que les politiques appuyées sur la voie diplomatique contribuent à faire de bonnes politiques ».

La campagne comprendra des publicités télévisées et sur Internet, des envois directs de courriels, des sondages et entrera dans le cadre « d’un effort multiple se concentrant sur la course au Sénat lors de laquelle des candidats ont été attaqués en raison de leur soutien de l’accord nucléaire ».

L’organisation maintient que l’accord nucléaire signé l’année dernière entre Téhéran et six puissances mondiales et qui a été mis en oeuvre au mois de janvier, est une bonne chose pour les Etats-Unis et pour Israël – convention toutefois controversée et dont le Premier ministre, Benjamin Netanyahu, a été l’un des opposants farouches.

Le lancement et la présentation de cet appel auront lieu mercredi à l’initiative du président de J Street Jeremy Ben-Ami qui fournira les détails sur cette nouvelle campagne à cette occasion, aux côtés notamment de l’ancien ambassadeur américain en Russie, en Israël et en Jordanie, Thomas R. Pickering.

Au début de l’année, un exposé de l’AP avait révélé qu’un groupe nommé The Ploughshares Funds — que la Maison Blanche avait identifié comme étant un substitut essentiel dans la vente de l’accord iranien – avait fourni des fonds à des organisations et à des groupes de presse pour appuyer l’accord, parmi lesquels J Street. Le lobby avait ainsi reçu 576 500 dollars pour faire la promotion de l’accord.

“Nous sommes fiers des activités de l’organisation pour faire avancer l’accord nucléaire entre les puissances mondiales et l’Iran, une convention dont nous pensons qu’elle est de la plus haute importance pour la sécurité de l’Etat d’Israël”, avait déclaré J Streetà ce moment-là.

L’année dernière, en amont du vote crucial de ratification ou de blocage de l’accord au Congrès, J Street avait entrepris une campagne globale d’un montant à hauteur de 5.5 millions de dollars, selon le communiqué de presse, en soutien à la convention nucléaire, parmi d’autres groupements pro-israéliens ou de Jérusalem qui tentaient pour leur part d’en obtenir l’abandon.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...