Israël en guerre - Jour 191

Rechercher
Interview

Jason Greenblatt : La Maison Blanche s’aliène les alliés du Golfe

L'ancien envoyé de Trump au Moyen-Orient estime que Biden rend plus difficile l'extension des Accords d'Abraham et donne trop facilement de l'argent aux Palestiniens

Lazar Berman est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Jason Greenblatt, ancien envoyé spécial des États-Unis au Moyen-Orient, s'exprimant lors d'un sommet d'investisseurs organisé par OurCrowd, à Jérusalem, le 13 février 2020. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90/Dossier)
Jason Greenblatt, ancien envoyé spécial des États-Unis au Moyen-Orient, s'exprimant lors d'un sommet d'investisseurs organisé par OurCrowd, à Jérusalem, le 13 février 2020. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90/Dossier)

L’administration Biden a mal évalué son approche du Moyen-Orient, a déclaré dans une interview un haut fonctionnaire de la Maison Blanche de Donald Trump, qui a rejoint la direction d’un groupe de réflexion israélien.

« Elle s’est aliéné le prince héritier d’Arabie saoudite et n’a pas été particulièrement clémente avec les Émirats arabes unis », a déclaré Jason Greenblatt, l’envoyé spécial de Trump pour le Moyen-Orient, qui est devenu directeur principal du Jerusalem Center for Public Affairs le mois dernier.

Selon Greenblatt, l’approche de Biden, qui consiste notamment à prendre à partie les alliés arabes de l’Amérique pour leur bilan en matière de droits de l’Homme, a rendu plus difficile pour Israël l’adhésion de nouveaux pays aux Accords d’Abraham.

« Je pense qu’ils ont creusé un fossé entre nous et les pays qui, en particulier l’Arabie saoudite, auraient pu souhaiter aller de l’avant », a-t-il déclaré au Times of Israel.

« Nous avons besoin de pays dans le monde entier, que nous soyons ou non sur la même longueur d’onde en matière de droits de l’Homme », a déclaré Greenblatt. « Je ne dis pas qu’il faut l’ignorer. Je ne dis pas qu’il ne faut pas s’engager. Mais l’idée que nous pourrions radier des pays simplement parce que nous ne sommes pas d’accord avec eux, qu’il soit question des droits de l’Homme ou d’autre chose, me semble être une approche irréaliste du point de vue de la sûreté, de la sécurité et des avantages des États-Unis ou de n’importe quel autre pays. »

La Maison Blanche n’a pas répondu aux demandes de commentaires sur les remarques de Greenblatt.

Greenblatt a été l’architecte du plan de Trump pour le Moyen-Orient, que beaucoup considèrent comme favorisant Israël. Il a travaillé en tant que représentant spécial de la Maison Blanche pour les négociations internationales jusqu’à sa démission en octobre 2019.

Le président américain Donald Trump, à gauche, se tournant vers le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, au centre, à la Maison Blanche à Washington, le 25 mars 2019, après avoir signé le décret officiel reconnaissant formellement la souveraineté d’Israël sur le plateau du Golan. De gauche à droite : Jared Kushner, conseiller de la Maison Blanche, Jason Greenblatt, envoyé spécial des États-Unis, David Friedman, ambassadeur des États-Unis en Israël, Ron Dermer, ambassadeur d’Israël aux États-Unis et Mike Pompeo, secrétaire d’État. (Crédit : AP/Susan Walsh)

Il a rejoint la société israélienne de capital-risque OurCrowd en 2020 pour se concentrer sur la recherche d’investissements en provenance d’Arabie saoudite, des Émirats arabes unis, du Qatar et de Bahreïn.

Deux ans plus tard, il a publié In the Path of Abraham : How Donald Trump Made Peace in the Middle East-And How to Stop Joe Biden from Unmaking It (« Sur le chemin d’Abraham : Comment Donald Trump a fait la paix au Moyen-Orient et comment empêcher Joe Biden de la défaire »), affirmant que les politiques de l’administration américaine actuelle risquaient de réduire à néant les réalisations de son ancien patron.

Plusieurs responsables du Golfe qui ont travaillé en étroite collaboration avec Greenblatt pour jeter les bases des Accords d’Abraham ont approuvé le livre.

« In the Path of Abraham : How Donald Trump Made Peace in the Middle East-And How to Stop Joe Biden from Unmaking It », par Jason Greenblatt. (Autorisation)

Le cheikh Abdullah Al Khalifa, envoyé de Bahreïn à Washington, l’a qualifié d’outsider et a déclaré que Greenblatt « a abordé son rôle d’artisan de la paix entre les nations arabes et Israël avec zèle, passion et sincérité ».

« Bien que Jason et moi ayons des points de vue différents sur certaines questions, notamment sur le meilleur moyen de parvenir à un règlement juste et pacifique pour le peuple palestinien, lui et moi avons en commun la passion de contribuer à rendre le monde meilleur », a déclaré le cheikh Mohammed Bin Abdulrahman Al Thani du Qatar.

Le Qatar et Israël n’ont pas de relations diplomatiques.

Prudence dans le Golfe

Compte tenu de la distance qui sépare la Maison-Blanche des Saoudiens, Greenblatt n’est pas optimiste quant à une normalisation prochaine des relations entre Ryad et Israël.

« Je pense que l’Arabie saoudite elle-même est affairée à ses propres affaires », a-t-il déclaré. « La quantité de projets, et de changements sociaux, entre autres, qu’ils réalisent dans leur pays est stupéfiante. J’y retourne assez souvent et à chaque visite, je suis surpris. Alors, même si les Accords d’Abraham seraient une bonne chose pour le royaume, je ne pense pas que ce soit leur priorité pour le moment. »

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’est engagé à établir des liens diplomatiques avec les Saoudiens, affirmant même qu’il pourrait le faire dans le courant de l’année.

Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salman, à droite, accueillant le président américain Joe Biden au palais Al-Salam à Jeddah, en Arabie saoudite, le 15 juillet 2022. (Crédit : Bandar Aljaloud/Palais royal saoudien via AP)

Bien que des responsables saoudiens aient exprimé en privé leur intérêt pour un tel accord au cours des dernières années, les perspectives de normalisation israélo-saoudienne restent incertaines.

Ryad a présenté aux États-Unis de nombreuses demandes concernant des améliorations majeures de leurs relations bilatérales, notamment en matière de garanties de défense, comme condition préalable à la conclusion d’un accord. La politique du gouvernement de Netanyahu, qui s’est déjà attiré plusieurs condamnations cinglantes de la part du royaume du Golfe pour sa politique à l’égard des Palestiniens, a rendu la normalisation moins acceptable tant au palais que dans la rue, mais certains observateurs affirment que Mohammed ben Salman, le dirigeant de facto du pays, est toujours ouvert à un accord d’ici la fin de l’année.

« C’est irréfutablement un dirigeant courageux et créatif, et il pourrait y parvenir, mais je ne pense pas que cela fasse partie de la liste des choses que les Saoudiens doivent faire ou veulent faire l’année prochaine », a expliqué Greenblatt.

Il y a également eu des signes de discorde modérée dans les liens entre Israël et les États du Golfe qui ont reconnu Israël. Il n’y a pas eu de visites de haut niveau dans les deux sens, et les deux pays du Golfe – les Émirats arabes unis en particulier – ont ouvertement et à plusieurs reprises condamné les dirigeants et les politiques israéliens sous le nouveau gouvernement.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu applaudit alors que le ministre des Affaires étrangères Eli Cohen et l’ambassadeur des Émirats arabes unis en Israël Mohamed al-Khaja échangent des copies signées de l’accord douanier entre les deux pays, le 26 mars 2023. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)

Les ambassadeurs des alliés israéliens du Golfe ont évité un dîner d’iftar organisé par le ministère des Affaires étrangères en avril pour envoyer un message à Jérusalem.

Les données révèlent également une tendance inquiétante et indéniable : au fil du temps, les Accords d’Abraham deviennent de moins en moins populaires dans les rues des nouveaux pays alliés d’Israël.

À LIRE : Deux ans après les Accords d’Abraham, les succès sont teintés d’inquiétudes

« Je pense que les Émirats arabes unis ont une approche beaucoup plus prudente des affaires », a expliqué Greenblatt. « Les Israéliens ont une attitude différente, disons excitée, et ils pensent que tout est rapide et facile. »

« Je pense que les Israéliens ont compris qu’il faut plus de temps, de relations et de confiance avant que ces choses ne se réalisent, même si les affaires ne cessent de croître », a-t-il poursuivi. « Les Émiratis ont tout simplement une culture différente dans leur façon d’aborder ces choses. »

Malgré l’absence notable d’initiatives très médiatisées dans le cadre des Accords d’Abraham, Greenblatt reste optimiste quant aux tendances générales. « Il y a une différence entre la diplomatie publique, les séances de photos, des choses comme le Forum du Néguev, qui sont très agréables, intéressantes et utiles, et les choses qui se passent sur le terrain au quotidien en termes de tourisme, d’opportunités commerciales, d’amitié et de culture, qui vont de l’avant. »

Distribuer de l’argent

Greenblatt a affirmé que Biden avait fait certaines choses bien dans son approche des Palestiniens.

« Je suis heureux de constater que l’administration Biden ne pense pas que ce soit le moment d’essayer de promouvoir un effort de paix avec les Palestiniens », a-t-il déclaré. « Je suis tout à fait d’accord avec lui sur ce point. Je ne pense donc pas que les anciens points de vue reviennent dans ce sens. »

Le dirigeant palestinien Mahmoud Abbas participant au sommet de la Ligue arabe à Jeddah, en Arabie saoudite, le 19 mai 2023. (Crédit : Saudi Press Agency via AP)

L’avocat a toutefois critiqué la décision de l’administration Biden de rétablir le financement de l’Autorité palestinienne (AP). Après que Donald Trump a supprimé la plupart des financements américains, Biden a alloué près de 100 millions de dollars aux Palestiniens quelques semaines après son entrée en fonction.

Greenblatt a déclaré que la Maison Blanche « distribuait de l’argent comme des bonbons ».

« Distribuer l’argent du contribuable américain comme s’il s’agissait d’un bonbon pour les Palestiniens n’est ni bon pour le peuple palestinien, ni bon pour développer une quelconque forme de potentiel de paix à l’avenir », a-t-il soutenu.

L’ancien conseiller de Trump a également fait l’éloge de Mahmoud Abbas, le dirigeant octogénaire de l’AP. « Je pense qu’au fond de lui, il souhaite probablement une certaine forme de paix. Ce n’est peut-être pas la paix qu’Israël pourrait accepter, mais je pense qu’il n’a ni le courage ni – c’est probablement le meilleur mot – la force de pouvoir le faire. »

Le représentant spécial aux Affaires palestiniennes américain Hady Amr, à gauche, parlant aux résidents en inspectant les dégâts commis par des résidents d’implantations à Huwara, le 28 février 2022. (Crédit : Jaafar Ashtiyeh/AFP)

Greenblatt a déclaré que l’une des raisons pour lesquelles il avait écrit ce livre était de s’opposer aux points de vue « éculés » sur Israël et les Palestiniens qui prévalent à Washington.

« Lorsque j’ai commencé à travailler à la Maison Blanche, il y avait des gens, principalement des diplomates et d’autres fonctionnaires du monde entier, qui avaient un point de vue très arrêté sur le conflit israélo-palestinien et le conflit israélo-arabe », a-t-il expliqué. « Ils venaient dans mon bureau pour expliquer leur point de vue, et il s’est avéré que beaucoup de ces points de vue étaient dépassés. J’ai donc voulu partager ce que nous avons appris, pourquoi nous avons fait ce que nous avons fait et qui nous sommes. »

Malgré sa mauvaise opinion de l’AP, il espère qu’une nouvelle génération de dirigeants palestiniens pourra s’affirmer une fois qu’Abbas aura disparu du paysage.

« Je pense qu’il faudra du temps pour que leurs voix se fassent entendre, et il se peut qu’elles soient nombreuses », a-t-il déclaré. « Il se peut qu’il y ait une majorité silencieuse. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.