Jérôme Bourbon continue de publier des messages injurieux envers les juifs
Rechercher

Jérôme Bourbon continue de publier des messages injurieux envers les juifs

Les messages du directeur de la revue d'extrême-droite, Rivarol, appellent régulièrement à la réhabilitation d'Adolf Hitler et du nazisme

Jérome Bourbon (Crédit : capture d'écran Les Inrocks)
Jérome Bourbon (Crédit : capture d'écran Les Inrocks)

Alors qu’une partie importante de l’opinion publique française s’émouvait la semaine dernière de la flambée de l’antisémitisme en France, d’une croix gammée dessinée sur un portrait de Simone Veil et de la découverte de plusieurs tags antisémites, Jérome Bourbon, directeur de la rédaction de Rivarol, un journal pétainiste, négationniste et proche du néo-nazisme, se fendait d’un message sans équivoque sur Twitter :

« Lorsque j’étais enfant, je ne comprenais pas pourquoi les juifs avaient été détestés par tous les peuples, toutes les nations au cours de l’histoire. Aujourd’hui je ne me pose même plus la question. Ou plutôt si : je me demande pourquoi ils ne l’ont pas été davantage ».

Alerté, Twitter n’a pas retiré le message mais seulement empêché les personnes localisées en France d’y accéder.

Jérôme Bourbon est un habitué de ce type de saillies antisémites.

« Refusons l’anti-nazisme primaire. Il peut conduire au pire. Aux heures les plus sombres de notre histoire. Celle que nous vivons aujourd’hui »; « Le Führer était un homme proche des gens (…). On raconte qu’un enfant s’étant fait mal en heurtant une chaise, le Führer avait aussitôt donné des tapes à la chaise coupable. N’est-ce pas touchant ? ».

A mi-chemin de l’antisémitisme pur jus et du trolling, une pratique consistant à attirer l’attention sur soi par des propos outranciers, les messages de Jérôme Bourbon suscitent depuis longtemps sur Twitter une vague d’indignations.

Catholique, anti-juif, nostalgique de Vichy, amateur du listage de personnalités juives, Bourbon aime autant Jean-Marie Le Pen, qu’il abhorre sa fille Marine.

Fin 2017 déjà, la Licra regrettait que « le compte de Jérôme Bourbon [ne soit] toujours pas fermé malgré nos nombreux signalements ».

Dans une interview récente, le délégué inter-ministériel à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme, l’homophobie (Dilcrah), Frédéric Potier, s’interrogeait à haute voix sur la sincérité de Twitter et de sa volonté affichée de lutter contre la haine en ligne.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...