Rechercher

Jérusalem-Est : Des Palestiniens affrontent la police pour la 2e nuit consécutive

Des individus masqués ont lancé des cocktails Molotov et des pierres sur les forces de l'ordre ; 14 personnes ont été arrêtées pour troubles à l’ordre public dans la Vieille Ville

La police des frontières faisant face à des émeutiers palestiniens à Jérusalem-Est, le 26 septembre 2022. (Crédit : Police israélienne)
La police des frontières faisant face à des émeutiers palestiniens à Jérusalem-Est, le 26 septembre 2022. (Crédit : Police israélienne)

De violents affrontements ont éclaté entre les forces de sécurité israéliennes et les Palestiniens à Jérusalem-Est pour la deuxième nuit consécutive lundi en fin de journée, alors que les Israéliens célébraient la fête de Rosh HaShana.

Des dizaines d’émeutiers masqués ont mis le feu à des poubelles, jeté des cocktails Molotov, lancé des pierres et tiré des engins explosifs en direction des forces de l’ordre en plusieurs endroits de Jérusalem-Est, selon un communiqué de la police.

Aucun blessé ou dommage n’a été signalé. La police des frontières a été déployée dans toute la zone pour faire respecter l’ordre et évacuer les manifestants à l’aide de « moyens de dispersion des émeutes », a indiqué la police.

Une vidéo mise en ligne sur les réseaux sociaux lundi soir semble montrer l’arrestation de plusieurs jeunes hommes par la police des frontières dans le quartier Abu Tor.

La police et les troupes ont été renforcées avant la fête, les tensions étant déjà fortes ces derniers mois en raison de la répression du terrorisme, en Cisjordanie, et de craintes d’attaques terroristes pendant les fêtes du Nouvel an juif.

Ces derniers jours, plusieurs affrontements violents ont eu lieu entre des Palestiniens et la police à Jérusalem-Est et dans la mosquée Al-Aqsa, sur le mont du Temple.

Plus tôt dans la journée de lundi, la police a arrêté 14 personnes soupçonnées d’avoir provoqué des émeutes et des troubles à l’ordre public dans la Vieille Ville de Jérusalem.

Selon la police, un groupe de jeunes Palestiniens s’est barricadé pendant la nuit dans la mosquée Al-Aqsa sur le mont du Temple et a commencé à lancer des projectiles incendiaires de l’intérieur alors que les visites de Rosh HaShana commençaient.

Des affrontements ont également eu lieu autour de la Porte des Lions de la Vieille Ville, la police affirmant que des émeutiers avaient jeté des pierres sur des agents des force de l’ordre.

Dimanche, peu après le début de Rosh HaShana, des émeutiers palestiniens ont tiré des engins explosifs sur la police des frontières dans le quartier de Silwan, à Jérusalem-Est. Aucun blessé n’a été signalé.

Plus tôt dans la journée de lundi, un Arabe israélien a été remis par la police au service de sécurité du Shin Bet pour être interrogé en rapport avec une tentative apparente de faire dérailler un train dans le nord d’Israël en plaçant un obstacle sur les voies ferrées.

La police a déclaré qu’il n’y avait pas eu de dégâts ni de blessés à la suite de l’incident, qui s’est produit pendant la fête de Rosh HaShana, lorsque les trains sont à l’arrêt.

Pendant ce temps, l’agence de presse Wafa a rapporté que le dirigeant de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, avait appelé le ministre de la Défense, Benny Gantz, pour le saluer à l’occasion du Nouvel an juif.

Bien qu’il n’y ait pas eu de déclaration officielle du bureau de Gantz en raison de la fête, un fonctionnaire israélien a confirmé les entretiens et a déclaré que les deux hommes avaient également discuté de la situation sécuritaire actuelle.

Un agent de la police des frontières israélienne se tient à son poste près du mont du Temple, où la sécurité a été renforcée à l’occasion de Rosh HaShana, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 26 septembre 2022. (Crédit : AP Photo/ Maya Alleruzzo)

Les tensions sont montées en flèche ces derniers mois. L’armée a lancé des opérations d’arrestation après une série d’attentats meurtriers qui ont fait 19 morts entre la mi-mars et le début du mois de mai.

Les troupes israéliennes ont été la cible de tirs répétés lors de raids nocturnes en Cisjordanie.

Des dizaines de Palestiniens ont été tués, faisant de 2022 l’année la plus meurtrière sur le territoire depuis 2015. La plupart des Palestiniens tués étaient des terroristes recherchés ou de jeunes hommes et adolescents affrontant violemment les soldats, notamment par des jets de pierres, de bombes incendiaires ou en ouvrant le feu.

Les responsables israéliens de la sécurité ont averti ces derniers mois que l’Autorité palestinienne, contrôlée par le Fatah, rival du Hamas, était en train de perdre le contrôle du nord de la Cisjordanie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...