La cour autorise la fouille du téléphone d’un témoin-clé du procès de Netanyahu
Rechercher

La cour autorise la fouille du téléphone d’un témoin-clé du procès de Netanyahu

Les juges ont ordonné que des conversations pertinentes entre Ilan Yeshua et d'autres personnes soient fournies aux avocats du Premier ministre, ce qui pourrait prolonger le procès

L'ancien PDG du site Walla, Ilan Yeshua, arrive pour son témoignage dans l'affaire contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu dans son procès sur des allégations de corruption, de fraude et d'abus de confiance, au tribunal de district de Jérusalem, le 7 juin 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
L'ancien PDG du site Walla, Ilan Yeshua, arrive pour son témoignage dans l'affaire contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu dans son procès sur des allégations de corruption, de fraude et d'abus de confiance, au tribunal de district de Jérusalem, le 7 juin 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Les juges du procès pour corruption du Premier ministre Netanyahu ont accepté mercredi la demande de la défense de procéder à une fouille du téléphone appartenant à l’ancien PDG de Walla news et témoin clé Ilan Yeshua, ce qui constitue un revers pour l’accusation et pourrait prolonger considérablement la procédure.

Les avocats de la défense avaient fait valoir qu’ils n’avaient pas reçu les SMS de toutes les conversations pertinentes sur le téléphone de Yeshua lors d’une perquisition antérieure.

« Il existe des motifs pour justifier l’affirmation de la défense selon laquelle les documents d’enquête qu’elle a reçus étaient partiels », ont écrit les juges du tribunal de district de Jérusalem dans leur décision. « Il est incontestable que cet état de fait doit être corrigé dès que possible ».

Yeshua est le premier témoin à témoigner dans le procès de Netanyahu. Il est l’un des principaux témoins de l’affaire 4 000, dans laquelle Netanyahu est accusé d’avoir abusé de ses pouvoirs lorsqu’il était à la fois Premier ministre et ministre des Communications de 2014 à 2017, afin de profiter de manière illicite et lucrative des intérêts commerciaux de l’actionnaire majoritaire de Bezeq Telecom, Shaul Elovitch.

L’homme d’affaires israélien Shaul Elovitch arrive à la cour de district de Jérusalem, le 19 avril 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

En échange, Elovitch aurait fourni à Netanyahu et à sa famille une couverture médiatique positive sur le site d’information Walla, propriété de Bezeq, permettant notamment aux associés du Premier ministre et aux membres de sa famille de dicter régulièrement le contenu éditorial et la politique.

Dans le cadre de leur décision de mercredi, les juges ont autorisé une autre recherche dans le téléphone de Yeshua pour toute conversation avec des politiciens, des hommes d’affaires et d’autres personnes concernant son implication dans la couverture médiatique de Walla. Les recherches doivent être menées sur la base de mots-clés pertinents, qui peuvent également être suggérés par la défense.

Le volume de données concernées s’élève à des centaines de milliers de messages, y compris des courriels et quelque 150 000 messages texte envoyés via Whatsapp, selon la Treizième chaîne.

Les procureurs ont jusqu’au 27 juin pour remettre ces documents.

La recherche élargie pourrait retarder le calendrier du procès, car le contre-interrogatoire de Yeshua – qui en est déjà à son 22e jour et devrait prendre plusieurs semaines de plus – nécessitera beaucoup plus de temps si de nouvelles preuves sont présentées. Les procureurs ont envisagé de faire appel de la décision, car elle leur confie la tâche de mener les recherches, et non à la police.

« Nous sommes conscients qu’il s’agit de grandes quantités de données et que cette directive fait peser une charge considérable sur le bureau du procureur de l’État », ont écrit les juges, déplorant qu’ils ne voient pas de moyen d’accéder à la demande de la défense.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d’une audience au tribunal de district de Jérusalem, le 5 avril 2021. (Oren Ben Hakoon/POOL)

Les procureurs de l’État s’étaient opposés à fournir à la défense tous les contacts de Yeshua, soutenant que la demande équivalait à une violation de la vie privée. En conséquence, les procureurs et Yeshua lui-même auront le droit de retirer de la liste tous les contacts qui, selon eux, porteraient atteinte à sa vie privée s’ils étaient transmis à la défense, selon la Douzième chaîne.

La défense a essayé de montrer que, malgré ce que Yeshua a affirmé, les ordres de donner plus ou moins de visibilité à certains articles étaient monnaie courante non seulement pour Netanyahu mais aussi pour d’autres politiciens, hommes d’affaires et entreprises, et n’avaient parfois aucun lien avec les Elovitch.

Dans son témoignage, Yeshua a décrit comment le fils du Premier ministre, Yair, et sa femme, Sara, interféraient dans la gestion de Walla.

En début de semaine, Yeshua a déclaré lors de son contre-interrogatoire que Walla avait reçu l’ordre de supprimer un article sur Sara Netanyahu empochant l’argent de la consigne de bouteilles achetées avec des fonds publics et envoyées au recyclage.

Netanyahu est accusé de corruption, de fraude et d’abus de confiance dans cette affaire, tandis que Elovitch et sa femme, Iris, ont été accusés de corruption. Les trois accusés nient avoir commis des actes répréhensibles.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...