La distanciation sociale durera au moins jusqu’à l’été – responsable de la santé
Rechercher

La distanciation sociale durera au moins jusqu’à l’été – responsable de la santé

Un épidémiologiste espère que la chaleur de l'été va ralentir la propagation du virus, mais les Israéliens doivent se préparer à se retrancher à long terme

Des policiers israéliens montent la garde aux abords de la Vieille Ville, le 20 mars 2020 à Jérusalem. (Olivier Fitoussi/Flash90)
Des policiers israéliens montent la garde aux abords de la Vieille Ville, le 20 mars 2020 à Jérusalem. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Un haut responsable du ministère de la Santé israélien a averti que le confinement actuel du pays devrait durer au moins jusqu’à l’été et pourrait s’aggraver avant de s’améliorer.

Le Dr Tal Brosh-Nissimov, un épidémiologiste de haut niveau qui aide à déterminer la réponse d’Israël à la pandémie de coronavirus, a déclaré dimanche à la radio Kan que les responsables de la santé « s’attendent à beaucoup plus de cas de maladie dans un avenir proche, y compris des cas graves ». Nous devons être prêts à faire face à des maladies graves et à des décès dans les jours à venir ».

Brosh-Nissimov est le chef de l’unité des maladies infectieuses à l’hôpital Asuta d’Ashkelon et il est le coordinateur de l’équipe des épidémies du ministère de la Santé, le principal organe consultatif médical qui informe le gouvernement des efforts déployés pour lutter contre la propagation du coronavirus à l’origine du COVID-19.

Il s’est exprimé alors que des règles strictes interdisant à la plupart des Israéliens de quitter leur domicile sont entrées en vigueur dimanche matin.

« Si le public obéit aux règles », a-t-il dit, « alors dans une semaine, deux, trois, nous verrons une baisse du taux de propagation, et la propagation commencera à se produire au sein des ménages seulement. Pour l’instant, notre plan est de nous permettre de prendre soin des gens, d’empêcher les décès massifs de personnes parce que nous ne pourrons pas nous en occuper ».

Mais même si les chiffres baissent le mois prochain, il a indiqué que les règles visant à contrôler le virus resteraient en place.

« Nous devons supposer que ces restrictions, sous une forme ou une autre, seront présentes pendant longtemps », a-t-il déclaré, tout en indiquant qu’il n’était pas directement impliqué dans le calendrier des mesures.

Des Israéliens à la plage de Tel Aviv, le 21 mars 2020. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Il a indiqué qu’il pensait que les restrictions seraient en place au moins jusqu’à l’été.

« Nous espérons que la chaleur de l’été mettront fin aux nouvelles contaminations », a-t-il déclaré, faisant référence aux premières découvertes suggérant que le virus pourrait être sensible à des températures plus chaudes, ce qui n’est pas l’avis de tous les experts.

A LIRE – Experts israéliens : peu probable que le COVID-19 disparaisse en été

Les restrictions, qui doivent être contrôlées par la police, visent à « arrêter et ralentir le taux de contagion ». Si nous sortons les gens de la quarantaine maintenant et les envoyons travailler, nous aurons une énorme vague d’infections que nous ne pourrons pas maîtriser. Nous devons donc maintenir cette tension entre notre vie, la routine de notre vie, et la prévention des infections de masse et des décès dus à des maladies graves. Les gens continueront à travailler et à vivre leur vie avec certaines restrictions, dans l’espoir que nous puissions en suspendre d’autres [restrictions] quand il fera plus chaud ».

Un employé du Magen David Adom sur un site de drive-in pour collecter des échantillons en vue de tests de coronavirus, Tel-Aviv, 20 mars 2020. (Tomer Neuberg/Flash90)

Si la propagation de la maladie n’est pas réduite, a-t-il averti, « au final, il y aura un nombre limité de lits, de personnel médical, d’équipement médical. [Si le graphique des infections augmente], nous augmenterons encore les restrictions ».

Les responsables de la santé du monde entier ont cependant déclaré qu’ils prévoyaient que la crise se poursuivrait au-delà de l’été.

Vendredi, un éminent chercheur médical britannique a déclaré à la BBC que les restrictions pourraient être en vigueur pendant « plus de deux ans ».

Le professeur Neil Ferguson dirige l’équipe de recherche de l’Imperial College de Londres qui a produit en janvier un document avertissant les gouvernements britannique et américain que le nombre de morts potentielles dues au virus pourrait être catastrophique si des mesures de distanciation sociale n’étaient pas prises rapidement.

« Nous parlons de supprimer la transmission à un niveau où, espérons-le, seule une très petite partie du pays sera infectée [à la fois] », a-t-il déclaré à la BBC vendredi au sujet des mesures d’éloignement nécessaires.

« Donc, finalement, si nous poursuivons cela pendant plus de deux ans, peut-être qu’une fraction suffisante du pays à ce moment-là pourrait avoir été infectée pour donner un certain degré de protection à la population ».

Un homme et une femme portent des masques et des gants de protection alors qu’ils traversent Oxford Street dans le centre de Londres, le 17 mars 2020. (Tolga Akmen / AFP)

Les responsables du monde entier ont également averti les pays de ne pas placer leurs espoirs dans un vaccin. Tous les virus ne s’avèrent pas sensibles à la réponse immunitaire engendrée par les vaccins, et le fait de se précipiter dans les essais cliniques pourrait produire des vaccins dangereux.

La plupart des estimations situent le vaccin à 18 mois, mais certains espèrent que les anciens médicaments pourront être réadaptés pour traiter le virus plus rapidement.

A LIRE : Accélérer à moins de 18 mois le vaccin contre le Covid-19 pourrait être risqué

Selon les nouvelles dispositions, les Israéliens doivent rester chez eux, avec des exceptions faites pour l’achat de nourriture et de fournitures médicales essentielles ou pour suivre un traitement médical. Les autres exceptions concernent la participation à des manifestations, l’aide à une personne âgée ou malade, les dons de sang, la participation à des audiences judiciaires, la demande d’aide auprès des services sociaux, les déplacements à la Knesset et la participation à des cérémonies religieuses, y compris les mariages et les funérailles (qui ne doivent pas réunir plus de 10 personnes) ou la fréquentation d’un bain rituel (mikvé).

Des employés du Magen David Adom collectent des échantillons de tests au coronavirus à Tel Aviv, le 20 mars 2020. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Les Israéliens sont autorisés à faire de l’exercice en plein air, avec un maximum de deux personnes à la fois, et à faire de petites promenades près de chez eux. L’interdiction limite également à deux le nombre de personnes pouvant se déplacer en voiture, sauf si elles font partie du même foyer (cela ne s’applique pas aux courses « essentielles », aux covoiturages de travailleurs essentiels pour se rendre au travail et en revenir, et aux services de livraison).

Le chef de l’équipe de traitement du coronavirus au ministère de la Santé a déclaré dimanche que si les gens se conforment aux directives et restent chez eux, Israël commencera à voir les résultats dans environ 10 jours.

« L’auto-confinement est très utile et nous verrons les résultats dans une dizaine de jours. Il faut espérer que l’auto-confinement va aplatir la courbe de manière significative », a déclaré le Dr Boaz Lev au radiodiffuseur public Kan, en faisant référence au protocole qui tente d’éviter une augmentation du nombre de personnes devant être hospitalisées en même temps.

Tout au long de la journée de samedi, le ministère de la Santé a exhorté le public à rester à l’intérieur même s’il fait chaud, alors que de nombreux Israéliens se sont aventurés à l’extérieur, au mépris des directives. Des vidéos ont montré la police dispersant les gens dans des lieux très fréquentés comme le parc Yarkon et la promenade de Tel Aviv.

Le directeur général adjoint du ministère de la Santé, Itamar Grotto, a déclaré samedi à la Douzième chaîne d’information : « Les gens vont devoir être enfermés pendant une longue période. Ce n’est pas une question d’un jour ou deux. Nous parlons d’au moins deux semaines dans un premier temps, et cela pourrait signifier plusieurs mois dans un deuxième temps ».

Il a ajouté que les contaminations dans tout le pays pouvaient encore atteindre 30 à 60 %, « la grande majorité ignorant qu’ils sont malades ».

En date de dimanche matin, 945 personnes avaient été diagnostiquées comme étant atteintes de coronavirus en Israël. Le ministère de la Santé a déclaré que 20 personnes étaient dans un état grave, deux jours après qu’un homme de 88 ans est devenu le premier décès du pays dans la pandémie mondiale. Le ministère a également indiqué que 24 personnes étaient dans un état modéré et que les autres présentaient des symptômes légers.

Dans son interview de dimanche, Brosh-Nissimov a défendu le rythme actuel des tests de dépistage du coronavirus, qui a lentement augmenté mais est resté inférieur à 3 000 tests par jour malgré les appels des critiques pour en faire beaucoup plus.

Les autorités sanitaires israéliennes ont été critiquées pour la lenteur des tests et les allégations de ralentissement des tests pendant le Shabbat. L’augmentation du nombre de tests est considérée comme un facteur majeur de la forte augmentation du nombre de cas ces derniers jours.

« L’important n’est pas de savoir combien de tests sont effectués. Il n’y a aucune raison de tester, trouver et diagnostiquer tous les porteurs de coronavirus en Israël. Le ministère de la Santé procède à des prélèvements, et il y a suffisamment de kits de test pour cela », a-t-il déclaré.

Un Israélien portant un masque par crainte du coronavirus au marché Mahane Yehuda de Jérusalem, le 20 mars 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

« Le fantasme selon lequel toute personne qui se réveille le matin avec un mal de gorge sera contrôlée n’est ni possible ni nécessaire. Ceux qui ont mal à la gorge resteront chez eux [de toute façon en raison des restrictions existantes] et iront mieux. Ceux qui sont gravement malades recevront des soins dans un hôpital. Les tests sont un outil utile parmi tant d’autres ».

Le ministère de la Santé a indiqué qu’il avait augmenté le nombre de tests de dépistage du virus de 500-700 tests par jour à environ 2 200 par jour et les responsables ont déclaré que le nombre de tests passerait à 3 000 par jour d’ici le dimanche et à 5 000 par jour d’ici la semaine suivante.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...