La famille du tueur d’Ofir Hasdai s’excuse auprès de la famille de la victime
Rechercher

La famille du tueur d’Ofir Hasdai s’excuse auprès de la famille de la victime

Des parents de Victor Katan, 74 ans, déplorent la tragédie, mais insistent sur le fait que le défunt se livrait à une agression lorsqu'il a été abattu

Dikla Hasdai se recueille près du corps de son mari, Ofir Hasdai  qui a été abattu dans un parking de Ramle, lors de ses funérailles au cimetière de Ramle, le 29 juillet 2019. (Avi Dishi/Flash90)
Dikla Hasdai se recueille près du corps de son mari, Ofir Hasdai qui a été abattu dans un parking de Ramle, lors de ses funérailles au cimetière de Ramle, le 29 juillet 2019. (Avi Dishi/Flash90)

La famille du tireur lors d’une querelle de stationnement dans le centre d’Israël a exprimé ses regrets pour la mort d’Ofir Hasdai.

Hasdai, 40 ans, essayait de se garer sur une place pour handicapés au centre commercial Azrieli de Ramle, dimanche après-midi, pour le compte de son épouse, qui souffre de dystrophie musculaire. Là, une bagarre a éclaté avec Victor Katan, 74 ans, au sujet de la place de stationnement, et Hasdai a été abattu dans le parking du centre commercial, sous les yeux de sa femme et de ses trois filles.

« Nous exprimons notre profonde tristesse pour ce qui s’est passé. Nous sommes désolés que les choses se soient terminées ainsi », a déclaré la famille Katan dans un communiqué mercredi dernier. « Il n’y avait aucune intention de le tuer. C’est une tragédie pour nous aussi. Il voulait juste faire cesser l’agression contre sa femme. »

La famille de Katan a affirmé que Hasdai a attaqué la femme de Katan pendant la dispute, ce qui a incité le retraité à ouvrir le feu. Selon Dikla Hasdai, cependant, son mari s’est approché de Katan sur le parking pour lui demander de déplacer son véhicule, qui était garé sur deux places pour handicapés. Elle a dit que la femme de Katan a commencé à frapper Hasdai avec son sac à main. Selon son récit, Katan a ensuite sorti une arme et a tiré sur Hasdai dans le pied et, quelques instants plus tard, dans la poitrine.

Ofir Hasdai, sa femme Dikla et deux de leurs trois filles. Hasdai a été abattu le 28 juillet 2019 dans une dispute concernant une place de stationnement. (Avec l’aimable autorisation de Facebook)

« J’ai le cœur brisé par ce terrible dénouement. J’ai subi une agression de la part de la personne décédée », a déclaré mercredi à la Treizième chaîne la femme de Katan, qui n’a pas été nommée. « Victor a craqué quand il m’a vu étendue sur le sol avec un grand homme debout au-dessus de moi. Si seulement tout cela n’était pas arrivé. »

Katan a été traduit devant un juge et placé en détention provisoire lundi pour meurtre présumé. Il prétendait être en état de légitime défense, citant la bagarre qui a éclaté pour la place de parking.

Dikla Hasdai a déclaré aux médias israéliens que le couple avait trois enfants : des jumeaux de 9 ans, dont l’un souffre de paralysie cérébrale, et un enfant de 18 mois qui souffre de dystrophie musculaire et doit utiliser un respirateur. Leur troisième fille n’est pas handicapée.

Elle a dit que son mari était le seul à subvenir aux besoins de la famille. « Je n’ai aucune idée de la façon dont je vais me débrouiller seule », a déclaré Dikla Hasdai lors d’entretiens avec plusieurs organes de presse alors qu’elle demandait de l’aide. « Il faisait tout ».

Une campagne de collecte de fonds en ligne pour la famille de Hasdai a permis de recueillir plus de 1,7 million de shekels (425 000 euros) depuis lundi matin.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a condamné lundi le meurtre « effroyable » du père de trois enfants.

« Le terrible meurtre d’Ofir Hasdai est choquant pour nous tous. Un père de famille a été abattu sur une place de parking », a déclaré le Premier ministre sur Twitter. « C’est terrible… Il n’y a pas de place pour la violence dans notre société, et nous ne la tolérerons pas ».

Netanyahu a déclaré que les autorités sociales aideraient la famille Hasdaï et a qualifié l’initiative en ligne mise en place pour aider la famille de réponse « très émouvante ».

Lundi soir, Hasdai a été inhumé au cimetière de Ramle en présence de quelque 200 personnes, dont la ministre de l’Egalité sociale Gila Gamliel.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...