Israël en guerre - Jour 144

Rechercher

La France « ne prévoit pas de nouveau versement » à l’Unrwa au premier trimestre 2024

Paris, qui a versé 60 M d'euros en 2023 à l'Unrwa, a évoqué des accusations d'une "exceptionnelle gravité" concernant des employés de l'agence impliqués dans l'attaque du 7 octobre

Des employés de l'agence chargée des réfugiés palestiniens à l'ONU (UNRWA) distribuant des rations de farine et autres approvisionnements aux civils dans un entrepôt de l'UNRWA, à Rafah, dans le sud de Gaza, le 12 décembre 2023. (Crédit :  Mohammed Abed/AFP)
Des employés de l'agence chargée des réfugiés palestiniens à l'ONU (UNRWA) distribuant des rations de farine et autres approvisionnements aux civils dans un entrepôt de l'UNRWA, à Rafah, dans le sud de Gaza, le 12 décembre 2023. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)

La France a annoncé dimanche ne pas prévoir de nouveau versement à l’agence onusienne controversée pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) au premier trimestre 2024, après des accusations vendredi selon lesquelles des employés pourraient avoir été impliqués dans l’attaque sanglante du Hamas sur le sol israélien le 7 octobre.

« La France n’a pas prévu de nouveau versement au premier trimestre 2024 et décidera le moment venu de la conduite à tenir en lien avec les Nations unies et les principaux donateurs, en s’assurant que toutes ses exigences de transparence et de sécurité de l’aide sont bien prises en compte », a affirmé dans un communiqué le ministère des Affaires étrangères.

Evoquant des accusations d’une « exceptionnelle gravité », Paris, qui a versé 60 millions d’euros d’aide à l’UNRWA en 2023, dit ainsi vouloir attendre « que les enquêtes lancées ces derniers jours permettent de faire toute la lumière sur les faits passés et soient assorties de mesures concrètes ».

Israël a accusé vendredi plusieurs employés de l’UNRWA d’avoir participé à l’attaque sanglante du Hamas le 7 octobre en Israël.

Les Etats-Unis ont immédiatement réagi en annonçant qu’ils cessaient leur financement à l’UNRWA, et ils ont été suivis ensuite par un certain nombre de pays, dont l’Allemagne, l’Australie, l’Italie, la Finlande et le Royaume Uni.

La Suisse attend d’avoir plus d’informations avant de prendre une décision.

L’UNRWA de son côté a immédiatement réagi aux accusations israéliennes en renvoyant les personnes mises en cause et en promettant une enquête approfondie et, si cette participation était prouvée, des poursuites judiciaires.

Israël a annoncé sa décision d’interdire à l’agence de continuer à travailler à Gaza après la guerre.

L’attaque barbare du Hamas en Israël a fait près de 1 140 morts, principalement des civils dont la plus jeune avait 10 mois, et 253 personnes ont été emmenées en otages, dont plus de 130 sont toujours aux mains du Hamas et de ses alliés. Le plus jeune otage a un an.

L’offensive militaire contre le Hamas lancée ensuite par Israël dans la bande de Gaza a fait plus de 26.000 morts, principalement des civils, selon les chiffres donnés par le ministère de la Santé de Gaza, contrôlé par le Hamas, qui dirige le territoire. Ces chiffres sont invérifiables de manière indépendante.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.