La Haute cour annule les amendes infligées aux manifestants lors du confinement
Rechercher

La Haute cour annule les amendes infligées aux manifestants lors du confinement

La règle n’a été appliquée que pendant deux semaines entre le 30 septembre et le 13 octobre, au plus fort de la deuxième vague d’infections en Israël

Manifestations contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu à Herzliya, le 6 mars 2021. (Capture d'écran)
Manifestations contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu à Herzliya, le 6 mars 2021. (Capture d'écran)

La Haute Cour de justice a déclaré dimanche que les réglementations qui limitaient les manifestants anti-gouvernementaux à rester à moins d’un kilomètre de leur domicile lors du deuxième confinement à l’automne étaient illégales.

Toute amende infligée aux manifestants pour avoir enfreint ces règles sera donc annulée, selon le tribunal.

La décision interdit également au gouvernement d’imposer une telle réglementation à l’avenir.

La règle n’a été appliquée que pendant deux semaines entre le 30 septembre et le 13 octobre, au plus fort de la deuxième vague d’infections en Israël.

La limitation a été extrêmement controversée et des pétitions ont immédiatement été déposées auprès de la Haute Cour par plusieurs groupes anti-gouvernementaux. Le gouvernement a alors déclaré au tribunal qu’il ne prolongerait pas la mesure d’urgence spéciale au-delà de la période initiale de deux semaines.

Cette limitation a poussé les manifestations à passer à des rassemblements principalement centrés autour de Jérusalem, Tel Aviv et quelques autres grandes villes à des événements généralisés organisés dans tout le pays, voyant les gens manifester aux intersections centrales et sur les ponts près de leurs maisons. Ce style de manifestations a duré bien au-delà de la fin de la limitation et se produit encore aujourd’hui pendant les manifestations du week-end.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...