Rechercher

La Malaisie présente des suspects à l’origine de l’enlèvement d’un membre du Hamas

Des hommes menottés, les yeux couverts, ont été conduits au tribunal alors que les médias ont fait état d'une opération d'enlèvement "ratée" qui a conduit à plusieurs arrestations

Des suspects malaisiens accusés d'avoir travaillé pour le Mossad afin d'enlever un Palestinien à Kuala Lumpur pour l'interroger sur ses liens avec le groupe terroriste du Hamas, sur une vidéo du 18 octobre 2022. (Crédit : Twitter)
Des suspects malaisiens accusés d'avoir travaillé pour le Mossad afin d'enlever un Palestinien à Kuala Lumpur pour l'interroger sur ses liens avec le groupe terroriste du Hamas, sur une vidéo du 18 octobre 2022. (Crédit : Twitter)

Mardi, la Malaisie a montré publiquement plusieurs suspects qui auraient été arrêtés pour avoir enlevé un agent du groupe terroriste palestinien du Hamas pour le compte du Mossad afin qu’il puisse être interrogé par Israël.

Cependant, les agents présumés, tous des Malaisiens locaux, ont manqué leur opération. La police, qui aurait fait irruption alors que les Israéliens interrogeaient par vidéoconférence l’agent du Hamas, a ensuite libéré le captif.

Les images diffusées par les chaînes d’information malaisiennes montrent plusieurs hommes marchant en file indienne vers le tribunal de première instance de Kuala Lumpur, les mains menottées et les yeux couverts.

Selon les médias locaux, ils font partie des 11 personnes qui ont été arrêtées, soupçonnées d’avoir participé à l’enlèvement.

Le ministre malaisien de l’Intérieur, Datuk Seri Hamzah Zainudin, a déclaré que les autorités enquêteraient sur cette affaire et prendraient des mesures s’il s’avérait que l’agence d’espionnage israélienne était derrière cet incident.

« Nous allons nous pencher sur la question et annoncerons les mesures à prendre », a-t-il déclaré, selon un article du New Strait Times.

La Malaisie, nation majoritairement musulmane et fervente soutien des Palestiniens, n’a pas de relations diplomatiques avec Israël.

Le New Strait Times affirme que les autorités malaisiennes ont récemment libéré un Palestinien qui aurait été capturé à la fin du mois dernier par des agents employés par le Mossad et qui était interrogé près de Kuala Lumpur pour son affiliation supposée au groupe terroriste du Hamas et à sa branche armée, les Brigades Ezzedine al-Qassam.

Le 28 septembre, une équipe de quatre agents avait enlevé le Palestinien, originaire de la bande de Gaza, gouvernée par le Hamas, alors qu’il montait dans un véhicule avec un autre homme originaire de Gaza dans la capitale malaisienne. Tous deux étaient censés être des experts en programmation informatique.

Le deuxième homme, qui, selon les informations malaisiennes, a tenté d’aider son ami, a été averti de rester à l’écart alors que les agents traînaient leur suspect vers une camionnette. Il s’est alors empressé d’alerter les autorités de l’incident, car il aurait réalisé que son compagnon était en train de se faire enlever par le Mossad.

Citant une source ayant connaissance de l’affaire, le New Strait Times rapporte que l’homme enlevé a été battu dans la camionnette et emmené dans un cabanon situé dans une zone isolée du district de Kuala Langat, au sud-ouest de la capitale.

Au cabanon, le Palestinien a été attaché à une chaise et a dû faire face à des interrogateurs israéliens en vidéoconférence. « Vous savez pourquoi vous êtes ici », lui auraient-ils dit.

L’interrogatoire s’est poursuivi pendant environ une journée avant que les autorités malaisiennes ne fassent une descente dans le cabanon et n’arrêtent les agents présumés tout en plaçant le Palestinien en détention.

Une femme portant un masque passant devant les tours jumelles de Kuala Lumpur, en Malaisie, le 18 mars 2020. (Crédit : AP Photo/Vincent Thian)

L’inspecteur général de la police malaisienne, Tan Sri Acryl Sani Abdullah Sani, a déclaré que 11 personnes avaient déjà été inculpées la semaine dernière dans le cadre de cette affaire.

Selon les informations malaisiennes, le Palestinien a subi de multiples blessures lors des passages à tabac présumés par les agents et a depuis quitté la Malaisie avec le second Palestinien.

Le ministère de l’Intérieur et de la Sécurité nationale de Gaza a remercié lundi les autorités malaisiennes d’avoir sauvé le Palestinien et a blâmé le Mossad pour l’enlèvement.

« Cela a exposé les activités des membres du Mossad opérant à l’étranger », a déclaré le ministère, selon le New Strait Times.

Deux hommes placardant la photo d’un membre du Hamas, Fadi Mohammad al-Batsh âgé de 35 ans, devant la maison de sa famille, à Jabaliya, au nord de la bande de Gaza, le 21 avril 2018. (Crédit : AFP/Mahmud Hams)

Fadi Mohammed al-Batsh, ingénieur électricien né à Gaza et membre reconnu du Hamas, a été abattu par deux motocyclistes alors qu’il se rendait à pied à la prière de l’aube à Kuala Lumpur en 2018, dans un meurtre largement imputé à Israël.

Après la mort d’al-Batsh, la famille du scientifique a immédiatement accusé le Mossad d’être responsable de sa mort. Le Hamas a officiellement revendiqué al-Batsh comme membre à titre posthume. La branche armée du Hamas a décrit al-Batsh comme un membre de la branche militaire du groupe terroriste, le qualifiant de « commandant ».

Avigdor Liberman, qui occupait alors le poste de ministre de la Défense, a nié toute implication israélienne dans ce meurtre. Mais il avait également déclaré qu’al-Batsh avait participé à la conception des systèmes balistiques du Hamas.

Au début de l’année, le Hamas a déclaré avoir arrêté un Palestinien de Gaza qui aurait collaboré avec le Mossad dans l’assassinat ciblé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...