Rechercher

Le Hamas dit avoir arrêté un Palestinien qui aurait aidé le Mossad en 2018

Le Hamas affirme que le suspect a admis son implication dans le meurtre de Fadi al-Batsh, un ingénieur qui aurait aidé le groupe terroriste ; le père réclame la peine de mort

Photo prise le 21 avril 2018 : deux hommes placardent le visage d'un membre du Hamas, Fadi Mohammad al-Batsh âgé de 35 ans,, devant la maison de sa famille, à Jabaliya, au nord de la bande de Gaza. (Crédit : AFP/Mahmud Hams)
Photo prise le 21 avril 2018 : deux hommes placardent le visage d'un membre du Hamas, Fadi Mohammad al-Batsh âgé de 35 ans,, devant la maison de sa famille, à Jabaliya, au nord de la bande de Gaza. (Crédit : AFP/Mahmud Hams)

Le groupe terroriste palestinien du Hamas a annoncé dimanche avoir arrêté un Palestinien de Gaza qui aurait collaboré avec l’agence d’espionnage israélienne du Mossad dans l’assassinat ciblé d’un expert en armes du groupe en Malaisie.

Fadi Mohammed al-Batsh, ingénieur électrique né à Gaza et membre du Hamas, a été abattu par deux motocyclistes alors qu’il se rendait à pied aux prières du matin à Kuala Lumpur en 2018, dans un assassinat largement imputé à Israël.

« Nous avons arrêté une personne impliquée dans l’assassinat de l’ingénieur Fadi al-Batsh en Malaisie. Il a admis avoir participé à l’assassinat, qui a été commandité par le Mossad israélien », a déclaré le ministère de l’Intérieur du Hamas, dans un communiqué dimanche.

Le suspect n’a pas encore été identifié publiquement par le Hamas. Le père d’Al-Batsh a déclaré aux médias de Gaza qu’il exigerait la peine de mort et demanderait à être autorisé à l’exécuter lui-même.

Les palestiniens se réunissent devant la maison d’un membre du Hamas, Fadi Mohammad al-Batsh âgé de 35 ans, tué en Malaisie, le 21 avril 2018. (Crédit : AFP / MAHMUD HAMS)

« Je demanderai qu’on lui fasse exactement ce qu’il a fait à mon fils », a déclaré Mohammad al-Batsh à l’agence de presse Shehab, affiliée au Hamas.

Après la mort d’al-Batsh, sa famille avait immédiatement accusé le Mossad d’être responsable. Le Hamas a officiellement revendiqué al-Batsh comme membre à titre posthume. La branche armée du Hamas a décrit al-Batsh comme un membre de sa branche armée et « un commandant ».

Avigdor Liberman, qui occupait alors le poste de ministre de la Défense, a nié toute implication israélienne dans ce meurtre. Mais il avait également déclaré qu’al-Batsh avait participé à la conception des systèmes balistiques du Hamas.

« Cet homme n’était pas un saint. Il ne s’agissait pas d’améliorer le réseau électrique ou d’améliorer les infrastructures et l’eau… Il était engagé dans la production de roquettes, dans l’amélioration de la précision des roquettes », avait déclaré Liberman à la radio de l’armée à l’époque.

Le dirigeant d’Yisrael Beytenu, Avigdor Liberman, lors d’une conférence à l’Institut israélien de la démocratie, à Jérusalem, le 24 février 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

« Même si ce n’était pas nous, il n’y a aucune raison de verser une larme », avait-il ajouté.

Israël a une longue histoire d’assassinats ciblés de ses ennemis, tant en Cisjordanie et à Gaza qu’à l’étranger. Au milieu des années 1990, des agents israéliens auraient fait échouer une tentative de tuer le chef du Hamas Khaled Meshaal en Jordanie, ce qui a provoqué une crise diplomatique.

Les attentats meurtriers se sont multipliés pendant la deuxième Intifada, lorsqu’Israël a assassiné des centaines de responsables du groupe terroriste palestinien dans le but de mettre un terme à la vague d’attentats-suicides contre des Israéliens.

À Dubaï, en 2010, Mahmoud al-Mabhouh, l’un des principaux acheteurs et importateurs de missiles du Hamas, a été assassiné dans sa chambre d’hôtel dans un meurtre largement attribué au Mossad.

Le père du nucléaire iranien Mohsen Fakhrizadeh. (Autorisation)

Les services de sécurité israéliens nient formellement la plupart des opérations. Mais d’anciens responsables ont longuement discuté de cette politique dans des interviews publiques.

Le Mossad a également été accusé de cibler les personnes qui développent des armes de pointe pour le compte de groupes terroristes, notamment les scientifiques nucléaires iraniens.

Mohsen Fakhrizadeh, père du nucléaire iranien, aurait été assassiné en novembre 2020 lors d’un attentat sophistiqué mené par une équipe du Mossad.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...