La marine aurait voulu attribuer au constructeur de sous-marins allemand le lucratif travail de maintenance
Rechercher

La marine aurait voulu attribuer au constructeur de sous-marins allemand le lucratif travail de maintenance

Le président des travailleurs civils affirme que des responsables ont délibérément provoqué un conflit social pour tenter de nuire aux employés israéliens

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Un sous-marin israélien de type Dolphin au port. Illustration. (Crédit: shlomiliss/CC BY/Wikimedia)
Un sous-marin israélien de type Dolphin au port. Illustration. (Crédit: shlomiliss/CC BY/Wikimedia)

Dans un nouveau renversement de situation de la saga sur une supposée infraction liée à l’achat par Israël de nouveaux sous-marins allemands, le dirigeant de l’Organisation des travailleurs civils de l’armée israélienne a affirmé que d’importants responsables de la marine ont délibérément provoqué les employés qui entretiennent la flotte sous-marine d’Israël pour entraîner un conflit social, pour tenter de faire en sorte que le constructeur naval allemand fasse à leur place le lucratif travail de maintenance.

Le président de l’Organisation des travailleurs civils de l’armée israélienne, Moshe Friedman, a envoyé dimanche une lettre aux travailleurs, déclarant qu’il se sentait obligé de donner sa version des évènements concernant la maintenance des sous-marins sur les chantiers navals de la marine israélienne, a annoncé lundi le quotidien Yedioth Ahronoth [lien en hébreu].

L’achat de ces sous-marins fait l’objet d’une attention médiatique intense depuis la semaine dernière, quand il a été dévoilé que l’avocat personnel du Premier ministre Benjamin Netanyahu, David Shimron, travaillait également pour le constructeur allemand.

D’autre part, Netanyahu a fait pression ces derniers mois pour qu’Israël achète les navires, contre la volonté de l’armée israélienne et de l’ancien ministre de la Défense Moshe Yaalon.

Dans sa lettre, Friedman a affirmé que l’année dernière, il y avait eu des perturbations sur les chantiers navals causés par un « comportement inhabituel du commandement naval et du commandement portuaire de la marine, qui ont traîné les ouvriers dans un conflit sévère, entraînant finalement la déclaration d’un conflit social. »

Prime Minister Benjamin Netanyahu's lawyer and coalition negotiator David Shimron (photo credit: Kobi Gideon/Flash90)
David Shimron, avocat personnel du Premier ministre Benjamin Netanyahu qui a négocié la coalition. (Crédit : Kobi Gideon/Flash90)

Il est devenu évident, a-t-il écrit, qu’ « il y avait ceux qui provoquaient de manière délibérée […] pour créer la fausse impression » que les chantiers navals de la marine n’étaient pas fiables pour réaliser le travail de maintenance.

Des civils sont employés par l’armée israélienne pour réaliser la plupart des travaux d’entretien sur les navires et les sous-marins, ce qui rend leur emploi dépendant du choix du chantier naval qui s’occupera des sous-marins.

En août, Friedman et le président du syndicat Histadrout, Avi Nissenkorn, ont rencontré Shimron, l’avocat de Netanyahu, et Miki Ganor, représentant israélien de ThyssenKrupp, le constructeur allemand, qui devrait gagner 30 millions d’euros avec cet accord si la vente venait à se faire. Une proposition a été présentée, a-t-il déclaré, pour que la firme allemande reprenne la maintenance à la marine en Israël.

Les tentatives de persuader la Histadrout d’accepter de donner du travail à un nouveau chantier naval allemand ont été accompagnées de « déclarations sévères pour tenter de ternir la réputation des ouvriers du port », a-t-il écrit, tout en soulignant que les employés du chantier naval israélien n’ont jamais interrompu la maintenance des sous-marins.

Friedman a affirmé que Ganor avait donné l’impression que la marine israélienne soutenait totalement la maintenance des sous-marins par un chantier naval allemand, et que Ganor avait déclaré qu’il avait vérifié avec les autorités du port de Haïfa quelles zones pourraient être allouées au site allemand.

Il a déclaré que Shimron, pendant la rencontre, avait suggéré qu’il serait mieux pour le chantier naval et les ouvriers de conclure un accord entre eux plutôt que ses conditions soient dictées par le ministère de la Défense.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu à bord du sous-marin "Rahav" sur la base de la marine à Haïfa, le 12 janvier 2012. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu à bord du sous-marin « Rahav » sur la base de la marine à Haïfa, le 12 janvier 2012. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)

Friedman a noté que, à son avis, le travail, l’expérience et les informations militaires sensibles devraient rester interne à la marine, et pas être sous-traités à des entreprises étrangères.

Le procureur général Avichai Mandelblit a ordonné dimanche à son bureau d’étudier l’accord d’achat des sous-marins allemands , pour une valeur de plusieurs milliards de shekels.

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...