La musicienne israélienne Noga Eretz assure ne pas soutenir le BDS
Rechercher

La musicienne israélienne Noga Eretz assure ne pas soutenir le BDS

La chanteuse avait dit à un journal anglais que le mouvement "a fait un travail important", suscitant l'indignation ; elle dit ne pas avoir réalisé l'importance du choix des mots

Noga Erez (Capture d'écran : Youtube)
Noga Erez (Capture d'écran : Youtube)

La musicienne israélienne Noga Erez a expliqué jeudi qu’elle s’était trompée, au début de l’année, dans des propos tenus dans le cadre d’un entretien – des paroles qui avaient semblé être un soutien apporté au mouvement BDS (Boycott, Divestment and Sanctions) anti-israélien.

« Je ne soutiens pas le BDS. Je n’ai jamais soutenu le BDS. J’adore Israël et je ne soutiens aucune sorte de boycott contre mon peuple et contre mon pays », a écrit Erez dans une publication Facebook.

Cette publication est venue répondre aux nombreuses critiques suscitées par une interview accordée au mois de mars au magazine britannique Huck, qui a attiré l’attention des médias la semaine dernière.

« Je pense que le BDS a fait un travail important en plaçant la situation sous le feu des projecteurs mais j’espère que tous les efforts possibles, que tout l’argent et que tout le temps nécessaires seront investis dans le discours et dans les liens », avait-elle déclaré au magazine londonien.

« Il y a beaucoup de gens qui le veulent, des deux côtés. Les gouvernements ne ne feront pas parce que c’est très difficile de le faire. Cela vient réellement de l’intérieur et c’est ce qui rend le conflit plus profond », avait-elle ajouté.

Le mouvement international de boycott, dirigé par les Palestiniens, cherche à exercer des pressions sur Israël concernant la politique mise en œuvre en Cisjordanie et à Gaza. L’État juif a adopté la ligne dure contre BDS, votant une loi qui interdit aux membres du mouvement de séjourner dans le pays.

Jeudi, après une semaine de réactions indignées sur la Toile, Erez a déclaré qu’elle avait mal choisi ses mots en évoquant la phrase « BDS a fait un travail important », qui a été très reprise dans les médias.

Erez a expliqué avoir pensé que les réponses données au magazine seraient citées textuellement, et qu’elle n’avait pas supposé que certaines parties seraient isolées « pour rendre les titres plus aguichants ».

« Naïvement, je n’ai pas compris combien le choix des mots serait important. Combien un mot écrit en noir et blanc peut être trompeur. Et j’ai eu tort. Je n’ai pas le droit de m’en plaindre. Personne ne m’a promis que ce serait une promenade de santé. J’apprends aujourd’hui les règles du jeu dans la douleur », a-t-elle écrit à l’intention de ses fans.

L’artiste de 31 ans s’est fait connaître en 2016 sur la scène électronique avec son premier single « Dance While You Shoot, », et elle est devenue depuis une voix singulière – et un son particulier- sur la scène de la dance music électronique internationale.

Ce single et un autre, « Off The Radar, » ont été utilisés dans deux publicités du géant technologique Apple.

Erez a fait son service militaire dans une unité musicale de l’armée, puis elle a travaillé avec le producteur israélien Ori Rousso. Tous deux ont créé le son particulier d’Erez, qui sert d’arrière-plan pour exposer ses pensées et ses points de vue sur de nombreuses thématiques qui vont de la politique au féminisme en passant par la société.

Jessica Steinberg a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...